A l’affiche

Publié par 10lunes le 8 septembre 2014 à 09 h 00 dans Militer, Profession sage-femme, Vie des femmes

 

Scène 1 – Cabinet médicalcinema (1)
Plan large : Une femme est accueillie par la sage-femme
Voix off  : Sa vie a dérapé il y a quelques années. Cette sensation bizarre, un matin, en savonnant son sein, l’appel au médecin juste pour se rassurer.
Plus rien ensuite n’a été rassurant. Elle a mené une longue et difficile bataille et le crabe a fini par lâcher. Le temps est passé, rythmé par les contrôles. La vie a repris doucement son cours, et un jour, elle a eu le droit d’envisager une grossesse.

Gros plan sur la femme : ventre plat, rien ne laisse encore deviner qu’elle est enceinte
Voix off
Alors cette grossesse elle a envie de la vivre sereinement, du côté de la santé et de la confiance. C’est pour ça qu’elle est là ; elle veut voir une sage-femme parce qu’elle pense qu’ensemble elles seront du bon côté.

Contre champ sur la sage-femme
Je comprends vos attentes et serai toujours disponible pour vous accompagner. Mais, selon les critères de la HAS je dois vous ré-orienter vers votre gynécologue. C’est avec ce spécialiste que vous déciderez des modalités de votre suivi.

Gros plan sur le visage de la femme enceinte. Large sourire.
J’en ai déjà parlé avec lui. Il comprend très bien mes attentes et est d’accord pour que vous me suiviez. Il m’a donné un courrier pour vous.

Scène 2 Même cabinet
Plan serré – bande son musicale : La jeune mère berce son nouveau-né. Elle parle, sourit largement, parle encore et encore et éclate de rire.


Ce n’est pas une fiction. J’ai suivi la grossesse de cette femme en partenariat avec son gynécologue et son médecin traitant et notre trio d’équilibristes l’a aidée à vivre une maternité sereine. Elle a pu se recentrer sur l’attente de son enfant, sur son corps porteur de vie, sur la promesse d’un avenir, sur tout ce dont la maladie l’avait privée pendant plusieurs années.
Notre partenariat lui a été précieux.

C’est à cette organisation des soins que je crois, celle où le « patient » réfléchit au parcours qui lui convient le mieux avec des soignants fédérés autour de lui et attentif à ses besoins.
Mais pour réfléchir, il faut être in-for-mé !

Dans le cadre du suivi de grossesse ou du suivi gynécologique, la France n’a longtemps connu qu’un seul dogme : c’est du ressort du gynécologue.
Pourtant 
trois professions peuvent assurer ces suivis, avec des compétences différentes et des niveaux d’intervention qui le sont aussi. J’ai nommé – par ordre alphabétique – gynécologue, médecin généraliste, sage-femme.
A chaque femme de choisir vers qui elle souhaite se tourner.
A nous professionnels de savoir collaborer.

Ce partenariat confiant et respectueux entre tous les praticiens apparaît parfois comme une utopie. Alors quand plusieurs d’entre eux mettent leur énergie au service du choix éclairé, j’applaudis de toutes mes mains et me dis que l’utopie est à notre portée.

 

BANDE ANNONCE

Sur une idée originale de Docteur Gécé, brillamment illustrée par Gelule, avec le soutien actif de Farfadoc, j’ai le grand plaisir de vous présenter cette affiche téléchargeable en haute définition.

 

 

affiche-gc3a9lule-entier1
 

Y a plus qu’à ! Imprimez là ! Diffusez là !

Et courrez lire les billets de Docteur GécéFarfadoc et Gelule !

 

NB : si vous voulez un A3 avec votre imprimante A4, Docteur Gécé a pensé à tout et vous propose de la tirer en deux parties : haut  bas

 

 

 

 

 

11 commentaires sur “A l’affiche”

  1. Super ! On va pouvoir afficher ça en salle d’attente ! Merci.

    http://etlaviecontinue.centerblog.net

  2. Anna dit :

    Je vais en parler à mes supers généralistes qui m’ont permis de vivre une grossesse apaisée comme jamais. 🙂

  3. SD dit :

    Quant à moi, je vais en parler à l’infirmière du lycée où je travaille.
    Par ailleurs, ce texte résonne en moi : je viens de sortir des chimios et quand mon compagnon et moi-même pourrons envisager une nouvelle grossesse, j’aimerai tant être suivie pas ma sage-femme.

    1. 10lunes dit :

      C’est tout ce que je te et vous souhaite, que la vie retrouve un cours normal. Tu reviendras nous dire un jour…?

      1. SD dit :

        Bien sûr.

  4. magali dit :

    Je peux apporter mon témoignage dans ce sens : porteuse d’une malformation cardiaque importante opérée lors de mon enfance, ma fille ainée est née avec une malformation cardiaque aussi. Lors de ma deuxième grossesse, 7 ans après, j’ai souhaité être suivie par une sage-femme libérale, comme pour ma première grossesse avec en plus, le besoin impérieux de garder l’hôpital à distance de cette grossesse.

    Ma sage-femme a demandé l’accord du gynéco grand manitou du CHU local qu’elle connaissait bien. Il a donné son accord. Je l’ai rencontré en fin de grossesse et j’ai rencontré pour la première fois de ma vie un gynéco respectueux et humain et c’est sous son influence que la naissance de ma fille a été respectée et très humaine.

    Donc, oui, un suivi sage-femme dans le cas d’une grossesse à surveiller de près est tout à fait possible, encore faut il trouver un gynéco compétent en la matière (c’est à dire non terroriste)..

  5. Finlandaise1 dit :

    Bonjour à tous,
    Ceux qui lisent « Famille et éducation », la revue des parents d’élèves du privé, avez-vous vu que dans le dernier numéro, il y a une fiche métier sur les sages-femmes. C’est vraiment très bien présenté. Dommage que tout le texte n’est pas en ligne. Voici le lien vers le sommaire :
    http://www.apel.fr/images/stories/fe503/Fe503-sommaire.pdf
    Bonne rentrée à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *