Braderie de fin d’année !

Publié par 10lunes le 22 décembre 2013 à 14 h 08 dans Militer

 

manif SF 7-11

En ce moment, les sages-femmes se font entendre et je ne moufte pas. C’est pas vraiment mon habitude hein, en général j’arrive à suivre ce qui se passe. Mais là, niet, nada… j’ai l’impression de ne rien comprendre.

Parce qu’au départ c’est clair ! Les sages-femmes portent des revendications partagées par toutes :  reconnaissance de leurs compétences, réelle autonomie d’exercice pour que ces compétences puissent être mises en œuvre, parcours de soin utilisant au mieux les dites compétences et puis un peu aussi de meilleurs salaires (ce point ne concerne pas les libérales mais je suis évidemment solidaire).

Simple, carré, évident.

Sauf que tout cela achoppe sur le statut qui semble diviser les sages-femmes.
On pourrait même dire que ça achoppe sur un point de vocabulaire : « mé-di-cal ». Encore une fois, le classement des professions de santé – quasi spécificité hexagonale – en deux catégories, médicaux/paramédicaux, complique la donne. Ainsi, Michel Sapin, ministre du travail s’autorise à interpréter (mais de quoi qu’il se mêle !) « [Le travail des sages-femmes] mérite une reconnaissance mais ce ne sont pas des médecins ». Personne ne le prétend et surtout pas les sages-femmes. Mais le code de santé publique a déjà tranché, les sages-femmes sont une des trois professions médicales. Point. 

Les objectifs sont donc communs à toute la profession. Mais les chemins qui y conduisent au sein de l’hôpital font débat. Et Marisol Touraine s’empare avec bonheur de ces divisions. Apres avoir annoncé en novembre une phase de concertation suivie de décisions définitives rendues le 20 décembre, elle annonce ce jour là qu’il est urgent d’attendre. L’annonce de la fin 2013 serait donc définitive fin mars 2014.
Ou comment tenter de laisser un mouvement s’épuiser.

Les sages-femmes se seraient mobilisées depuis deux mois pour en arriver là, c’est-à-dire pas très loin ?
Puis vient ce communiqué et là, je me dis qu’elles ont gagné !!!

Paradoxal ?
Mais si certains s’abaissent à ce genre de grossière attaque, c’est que le balancier balance et que la place des sages-femmes devient enfin plus visible.

Sachez Mesdames et Messieurs de la FNCGM que le gouvernement n’a pas à confier la santé des femmes à quiconque. De droit, nous faisons partie des praticiens à qui les femmes peuvent s’adresser. Elles sont adultes et autonomes et confieront leur santé à qui elles le voudront…  Sachez aussi que certaines confient déjà leur santé – génésique – aux sages-femmes et qu’elles sont chaque jour plus nombreuses à le faire. Sachez enfin que les sages-femmes qui les reçoivent s’attachent justement à dépister tout antécédent, toute anomalie qui justifierait de passer le relais.

Mais quand une sage-femme doit diriger une femme vers un gynécologue parce que la situation nécessite ses compétences spécifiques, comment pourrait-elle l’adresser à un signataire de cette pétition ?

Nous ne sommes pas médecins, ne prétendons pas prendre leur place. Nous demandons simplement à être respectées pour ce que nous faisons au quotidien, à pouvoir exercer la profession pour laquelle nous sommes formées.

Le méprisable mépris dont vous faite preuve dans ce communiqué, la pitoyable pétition qui l’accompagne sont révélateurs de votre mode de pensée. Vous grands chefs, nous dociles fourmis ouvrières.

Mesdames et Messieurs de la FNCGM, à tous les étages du système de soin, dès que l’un pense détenir le savoir et réduit l’autre à la simple exécution, il fait fausse route et met en péril la qualité des soins.

Je souhaite travailler avec vous, j’ai besoin de vous.
Mais sans respect réciproque, nous et les femmes dont nous prenons soin, nous sommes bien mal barrés !

 

Photo : manifestation des sages-femmes © « sage-femme en colère »

PS : la succession d’articles « militant » a de quoi lasser les non sages-femmes qui passent par ici. Je vais profiter de la la trêve de Noël pour revenir à d’autres thèmes qui me sont tout aussi chers…

 

13 commentaires sur “Braderie de fin d’année !”

  1. leclercprof dit :

    pas sage-femme … mais pas déçue par cette succession d articles militants !

    nous avons besoin de vous, en libéral comme en hospitalier, nous avons besoin de vos compétences, de votre humanité

    et pour que nous puissions accéder à vos compétences, nous avons besoin que vous puissiez exercer librement, en autonomie, en étant justement rémunérées.

    les « MDN hospitalières » sont un mini-pas… mais il en reste encore pas mal !

    beaucoup de parents vous soutiennent de tout coeur

  2. Laurie dit :

    D’où un psychologue se mêle de faire cette pétition ?! s’ il a qqch de personnel à régler avec une SF, ça n’est pas le lieu, ni le moyen. Je suis atterrée par le comportement de ce monsieur…

  3. 10lunes dit :

    Laurie, je n’ai pas vu de psychologue ? La pétition a été rédigée par le collège des gynécologues médicaux.

  4. Laurie dit :

    quand j’ai cliqué sur voir « l’auteur de la pétition », je suis tombé sur un psychologue ! d’où ma réaction… Si c’est une erreur de mon navigateur, veuillez excuser mon commentaire et le supprimer (même si je rage de voir ce genre de pétition émise par le collège!)

  5. Koa dit :

    J’ai signé la pétition. Euh non, pardon, je veux dire, j’ai laissé un commentaire 😀
    Ils sont savoureux ! Il y a presque autant de commentaires que de signatures, et à part une petite poignée, vont tous dans le même sens…

  6. 10lunes dit :

    Koa, ils n’avaient visiblement pas prévu que leur texte outrancier et agressif allait les desservir. La preuve, cette possibilité de commentaires qu’ils n’avaient surement pas envisagés aussi négatifs !

  7. Bonjour,

    J’ai beaucoup de mal à comprendre ce communiqué : le fncgm s’oppose à l’idée de la sage-femme comme praticien de premier recours. Mais cela est déjà le cas non ? Les revendications actuelles demandent à ce que ce soit effectif dans les faits mais dans la loi il me semble que c’est déjà écrit ?
    Et cette phrase est incroyable : »les sages-femmes ne peuvent avoir la compétence après 4 années d’études en maïeutique pour différencier une situation normale d’une situation pathologique(…) ». Ben en fait… c’est un peu votre job non ? (pas que, mais pour moi c’est la base! ). Donc l’Ordre des sages-femmes devraient demander à ce que cette pétition soit retirée, et que les auteurs adressent leurs excuses à votre profession.
    Et puis c’est tellement facile pour les signataires qui peuvent choisir de ne pas afficher leur nom sur internet ! Quel courage ! (oui j’ai épluché la liste pour savoir si m gynéco en faisait partie…)

    Par ailleurs, quand vous débutez l’article en parlant de dissidences, je pensais que vous alliez aborder un autre sujet : le statut libéral et salarial. Je suis en effet tombée (par hasard, je ne suis pas sage-femme ni médecin) sur une lettre d’un syndicat décriant le star libéral en exposant que seul le statut de salarié permet aux sages-femmes de bien exercer leur métier et d’assurer une égalité de soins pour toute les femmes… J’en suis restée sans voix. Et je trouve ça tellement restrictif !!!! Et surtout tellement mensonger ! Aurais-je mal compris ?

  8. Senga dit :

    « Les femmes doivent pouvoir consulter leur gynécologue selon leur libre choix en ayant connaissance que ce médecin est le mieux formé pour les soigner. »
    Quand je lis « soigner »,j’entends « malade ». Personne ne leur conteste cette compétence, si ?
    Ça laisse toute la place aux SF pour le suivi des femmes en bonne santé, même enceintes.

  9. 10lunes dit :

    Merci Senga. tu as raison, faut le litre comme ça !!

    Lesanimauxdumercredi : Oui, notre job est précisément de différencier physiologie et pathologie. Les sages-femmes, quel que soit leur mode d’exercice, le font tous les jours. Sinon il faudrait que TOUTES les consultations, TOUS les examens lors d’un accouchement,TOUS les suivis postnatal soient assurés par des médecins… Ce n’est PAS DU TOUT le cas et ça se saurait si les femmes étaient mal suivies…!)Cette pétition n’est qu’une manipulation corporatiste et désespérée…

    Sinon,je n’ai pas connaissance de ce courrier et ne pense pas qu’il existe de réels conflits entre libérales et salariés,tout au plus une méconnaissance réciproque des contraintes et difficultés de chaque exercice. L’herbe semble toujours plus verte ailleurs !

  10. Mélanie dit :

    Suivie par une sage-femme pour mon suivi gynécologique de prévention et ma prescription de contraception, et ne regrettant absolument pas mon choix à tout juste 21 ans, vous avez tout mon soutien. 😉

    J’ai regardé les signataires (mais certains ont eu le grand courage de masquer leurs noms) et, même si je n’y vois personne que je connais, je regrette que beaucoup d’entre eux fassent partie de ma région d’habitation… Après, il est vrai aussi que de plus en plus de SF libérales s’installent dans notre région et proposent le suivi gynécologique à leurs patientes nullipares ou non, avec un certain succès. Ceci explique peut-être aussi cela….

    Ne vous laissez pas abattre par ces pétitions (et d’ailleurs les commentaires sont loin d’être élogieux). Les femmes croient de plus en plus en vos compétences même si la route est encore longue y compris du côté des professionnels.

    Courage!

    Mélanie (qui est d’ailleurs en train de lire et d’apprendre beaucoup d’une sage-femme justement, au travers du livre « J’accouche bientôt et j’ai peur de la douleur »).

  11. Gaëlle dit :

    Ce livre est magnifique. J’ai eu la chance d’accoucher avec l’auteur de ce livre, et je peux te confirmer la grandeur humaine de cette sage-femme, Mélanie !
    Pour en revenir à la pétition, il me semble qu’une majorité de femmes soit signataire, j’en suis vraiment désolée !! D’autre part, il y a un pourcentage non négligeable de signataires qui n’ont même pas eu le courage d’apposer leur signature au bas du document, quelle classe !
    Merci 10 lunes pour ce blog, vraiment merci !

  12. fjell dit :

    Pas lassée non plus, il est nécessaire d’en parler !

  13. Michel Pierre dit :

    Il faudrait peut être rappeler à mes consoeurs et confrères du fncgm que la spécialité Gynécologie Médicale n’existe plus depuis 1989. Mais le savent elles? Il faut que quelqu’un leur dise !

    Bon courage à vous qui faite un si beau métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.