Dark side

Publié par 10lunes le 16 octobre 2013 à 12 h 44 dans Blessures

 

dark-side-of-the-moon

Comme tout le monde, je me perds dans les méandres du net.
J’entretiens l’illusion de ne rien rater des sujets qui me tiennent à cœur en programmant de multiples alertes. Les filtres sont largement paramétrés. Au final, ça fait un gros entonnoir qui absorbe articles, vidéos, publications officielles ou officieuses, revues de presse, forum, blogs etc…

A moi de faire le tri en aval. Je saute de référence en référence en cherchant ce qui mérite d’être retenu. La pêche se révèle plus ou moins bonne et parfois très indigeste.

Ce jour-là, je tombe sur un site dédié aux questions. Un message y disait, à peu de choses près :
Depuis plusieurs heures, j’ai la diarrhée et très mal dans le dos. Je dois accoucher dans trois semaines. C’est mon premier bébé et je ne sais pas si c’est normal pour une femme enceinte. Je ne sais pas quoi faire. Aidez-moi !

Parenthèse pédagogique
Cette association dorsalgies et diarrhée est très évocatrice d’un début de travail.
– Les contractions utérines peuvent ne se ressentir qu’au niveau du dos avec un utérus évidemment contracté dans son ensemble mais une douleur projetée sur le sacrum.
– La diarrhée est souvent associée au début du travail. Ce petit signe est rarement évoqué dans nos bouquins français qui s’entêtent à décrire une illusoire et faussement rassurante analyse des contractions, rythme, fréquence, intensité … Dans d’autres pays, cet emballement intestinal fait partie des signes présentés comme annonciateurs de la mise en route.

Cet appel au secours m’a semblé doublement attristant.
Attristant de constater qu’une femme inquiète préfère lancer une bouteille à la mer plutôt que de contacter ceux qui ont suivi sa grossesse. De quelle indifférence, de quelle indisponibilité faisons-nous preuve pour qu’il soit plus facile de s’adresser à des inconnus que de passer un coup de fils aux professionnels censés être une aide et un soutien ?

Attristant de constater que rien ne change et que de futures mères se heurtent encore à l’incompréhension de leur ressenti. La préparation à la naissance est normalement un temps dédié -entre autres – à l’anticipation de ce qui va advenir pour pouvoir s’y adapter au mieux. Peut-être cette jeune femme n’a-t-elle pas souhaité ou pas pu suivre ces séances ? Peut-être les explications données n’ont-elles pas été suffisamment claires ? Quoi qu’il en soit, cela questionne à nouveau l’attitude des professionnels auprès de celles dont nous devons prendre soin…

 

Mais le surf m’amène parfois de plus mauvaises surprises encore. Il y a quelques jours, je suis tombé sur un de mes textes disons… « recontextualisé ». Je ne renie pas une virgule de ce que j’ai écrit mais mes propos sont utilisés à l’appui de théories parfaitement fumeuses à forts relents racistes dans lesquelles je ne me reconnais aucunement.

J’ai tenté d’en obtenir le retrait mais on ne discute pas avec les cons. J’ai aussi contacté « Le Plus » sans plus de succès (aucune  réponse… ça donne envie de collaborer à cet « espace participatif », dixit leur compte twitter).

Je ne donnerai pas le lien du site qui a volé mon texte. Pas envie d’en faire la publicité.
Mais si par hasard vous tombez sur ce mec, vous avez le droit de lui pourrir la vie !

 

 

 

17 commentaires sur “Dark side”

  1. La sorcière dit :

    ca c’est méga nul 🙁
    Oui, la préparation à l’accouchement est bel et bien manquante. Ma première m’a appris comment le bébé descendait, et que je pouvais bouger sur un ballon. J’en suis partie rassurée en me disant que « ça se ferait de toute façon, c’est fait pour ça » (un genre de fatalisme/qu’elle est belle la biologie et serre les dents, la sage femme a parlé de quelques heures). Je dirais pas que cette préparation était parfaite, mais elle m’a beaucoup aidée quand même.

  2. Zab dit :

    La première fois j’ai suivi la préparation à l’accouchement que proposait la clinique. Ça s’est réduit à « serrez les dents et attendez l’anesthésiste » pour la gestion de la douleur, et « x contractions toutes les x minutes » pour les signes que le travail commence.
    Quant à l’indifférence des professionnels… On pourrait écrire des bibliothèques entières là-dessus, on l’a déjà fait d’ailleurs. 🙁

  3. 10lunes dit :

    Zab, tu as autant de préparation que de personne la proposant. Le cadre est tellement vaste que chacun fait à sa sauce…ça vaut le coup de se renseigner avant et – comme toujours – de faire un choix !

  4. Vi dit :

    Ma préparation à l’accouchement fut aussi sérieusement déficiente. Et pourtant, sur le papier, rien à dire : ma sage-femme expliquait beaucoup de choses sur le corps féminin, pratiquait l’euthonie, il y avait une partie de la préparation qui se faisait en piscine : j’étais persuadée qu’à la fin de la préparation, je serai fin prête.

    Et bien, dans les faits : ma sage-femme parlait tellement qu’elle n’a jamais laissé la place aux parents de s’exprimer (faut dire que nous étions entre 3 et 4 (!!) couples à chaque séance) ; les exercices étaient très limités et la péridurale présentée comme incontournable.

    Mon accouchement (25h de travail—sous péridurale, « bien entendu », puis césarienne pour cause de travail lent (0,5 par heure) m’a laissé un goût amer. Le bébé n’était pas en souffrance, si j’avais pu bouger et ne pas demander la péridurale aussi tôt, peut-être aurais-je eu un accouchement par voie basse ?

    La prochaine fois, je serai beaucoup plus intransigeante et n’hésiterai pas à dire à la sage-femme que cette préparation ne me convient pas si c’est le cas, et à me tourner vers quelqu’un d’autre.

    Mais, comme le dit la sorcière ci-dessus, pour un premier accouchement, on se dit que « ça se fera, c’est naturel »… Je suis assez remontée contre « ma » sage-femme et aussi (même si dans une moindre mesure, car je connais malheureusement les problèmes budgétaires) contre le système hospitalier, où je me suis sentie bien seule dans cet accouchement…
    Du coup, sur les possibilités de « faire un choix » en amont : je suis assez dubitative si on n’est pas dans le médical, et si on n’a pas déjà eu un enfant !

  5. 10lunes dit :

    VI, en te lisant, je me dis qu’un billet sur la préparation pourrait être intéressant…
    Coté choix, bien sur que c’est pas si simple. Il y a normalement un premier entretien individuel qui permet de faire connaissance, de confronter attentes et propositions et de voir si le feeling passe. Le net peut aussi êaider. Dans ma région où « l’offre » est plutôt large, les couples disent souvent s’être renseignés sur les forums.

  6. Zab dit :

    10lunes, la première fois j’ai été naïve, j’ai fait confiance… Le « programme » était bien, à lire, mais rien n’a été respecté ! Quant au « premier entretien individuel » dont tu parles, il n’a pas eu lieu ; la SF a présenté son programme (totalement faux, donc) devant une quinzaine de couples avant l’inscription, et c’est tout.
    La deuxième fois je me suis plus renseignée et j’ai été voir une sage-femme en libéral. Elle m’a vraiment appris plein de choses sur mon corps. Ça m’a beaucoup aidée, même si ça n’a pas suffi, vu l’attitude des SF présentes le jour J.

  7. speedy dit :

    Comme mes predecesseurs, 8 cours de prepa à la naissance consciencieusement suivi en maternité, et le même message « x contraction par heure, vous venez », compris par moi comme « nous, on vous dira ce qu’il se passe ». Ayant eu des douleurs costales très importantes en cours de grossesse, l’accueil de la maternité m’avait vertement renvoyé « allez voir votre généraliste ». Pas faux, mais pas très accueillant. Aussi, dans le cas que tu cites, je ne pense pas que j’aurais appelé la mater. Alors, avec aucun contact de SF liberale, j’aurais peut etre fait comme elle, appelé à l’aide sur internet.
    Deuxième grossesse, instruite par l’experience, j’ai fait mon suivi en liberal. Effectivement, même si les symptomes que tu décris ne m’avait pas ete donnés comme début du travail, je n’aurais pas hésité à demander à ma sage femme en cas de doute (ou à ma généraliste)

  8. Miss Niet dit :

    Je n’ai pas d’enfants, mais ma mère m’a parlé de ses préparations à l’accouchement. Pour moi (sa première), elle a été très satisfaite, elle été dans une maternité respectueuse, et a bien vécu son accouchement. Pour ma soeur, elle avait de nouveau droit à une préparation, et comme on venait de déménager elle s’est dit que c’était l’occasion de découvrir la maternité, et de se faire des copines.
    Elle n’a pas été déçue puisque la sage-femme a commencé son intervention par « Vous allez avoir mal comme si on vous arrachait un bras, et ici pas de péridurales, alors faudra serrer les dents ! » Heureusement, ma mère ayant déjà accouché sans péridurale a réagit, en demandant à cette sage-femme si elle avait elle même accouché… Et bien non, mais elle était convaincu. Au final, ma mère s’est retrouvée à parler à la place de la SF pendant le cours et a répondu au mieux aux angoisses des primipares présentes. Mais quand même !!! Imaginez le traumatisme de l’entrée en matière…

  9. erulelya dit :

    Ah oui, cette fameuse préparation, celle que ma mère m’a déconseillé de faire parce que ça ne sert à rien, sur le moment on oublie tout, et en plus ça ne prépare pas vraiment à la réalité.

    J’ai fait quand même la première séance et en effet, la préparation classique telle qu’on me l’a proposée ne correspond pas à grand chose. Après j’ai eu un très bon cours sur la douleur, mais passé un peu trop vite parce qu’il fallait laisser toute la place au médecin en blouse qui est venu parler de la péridurale.

    Finalement ma meilleure préparation à été d’écumer internet et ses récits de sage-femme (merci Dix-Lunes !!), les récits d’accouchement à domicile qui n’omettent PAS la fameuse diarrhée, ni la phase de désespérance, ni les postures qu’on adopte naturellement quand on ne nous force pas à rester sur le dos, et le merveilleux site de projet de naissance…

    C’est comme ça que j’ai su la dernière fois que la nuit passée à évacuer mes tripes sur la cuvette alors que je n’avais rien mangé de particulier était le premier signe, bien avant les contractions, et bien avant qu’on ne me demande de sortir la montre pour compter.

  10. Estel dit :

    Préparation ou non, je ne sais pas si c’est réellement le fond du problème… Dans mon cas, ce serait plutôt de pouvoir trouver une oreille attentive à mes questionnements et un interlocuteur qui a envie de répondre honnêtement sans me prendre pour une simple d’esprit. Je suis à 4 jours de mon terme d’une seconde grossesse, et après avoir été fortement infantilisée lors de la première (J’attendais des jumeaux, il y a 8 ans, j’avais moins d’assurance face aux soignants) j’ai à nouveau cette amère sensation depuis que je suis suivie à la maternité. Avec ma sage-femme libérale, tout s’est bien passé. Elle est sans doute académique, mais à l’écoute, je n’en demandais pas plus.

    A l’hôpital, où j’ai été reçue il y a 3 jours pour le sacro-saint monito des 40 SA, je me suis sentie stupide. « ah va falloir réveiller votre bébé, si j’ai pas de bébé qui bouge, je suis obligée de vous garder 3h moi » Oui, mais j’avais bien dit avant, à quel point ma petite fille est tonique, sauf que le matin c’est pas bien son heure (elle a été plus que conciliante puisqu’elle a finit par faire ses génuflexions lors de ce fameux monito)
    Et ensuite « votre prise de sang pour l’accouchement ne sera plus bonne le jour de votre terme, il faut la refaire », à la question pourquoi, j’ai eu droit à un regard condescendant et un magnifique « ben c’est pour l’accouchement, on doit vérifier des choses ». Demande de précisions de ma part et nouvelle réponse « ffff, des choses pour l’accouchement »

    J’en suis à prier pour que cette sage-femme là ne soit surtout pas en salle de naissance le jour où moi j’y serai, car je sais d’avance que je vais me braquer.

  11. Tacha dit :

    J’avoue avoir du mal à comprendre qu’on aille poster sur internet pour avoir un avis médical…
    Concernant ma préparation à l’accouchement, je ne me souviens pas si on faisait allusion à la possible « diarrhée ». Il faut dire que je n’ai pas eu les deux dernières séances. Par contre je peux dire que leur séance sur l’allaitement était complètement à côté de la plaque, genre c’est naturel. Oui c’est naturel mais on ne prépare pas assez les mamans aux possibles difficultés. Si j’avais eu la chance de pouvoir être à nouveau enceinte, je ne sais pas si j’y serais allée.
    Par contre, lorsqu’en pleine nuit, un mois avant le terme, j’ai téléphoné à la maternité pour leur dire que j’avais un écoulement la sage-femme de garde a été nickel. Après quelques questions, elle m’a confirmé que ce que je pensais était en train d’arriver : « eh bien votre fille a décidé d’arriver un peu plus tôt 🙂 ». Elle m’a dit de ne pas paniquer, de prendre mon temps, prendre une douche et surtout de manger avant de partir. Etant donné que ma fille est née 24h plus tard (heureusement j’ai eu le droit de boire du jus de pommes pendant le travail), je la bénis de son conseil 🙂

  12. VI dit :

    10lunes, oui,je serais très intéressée par un billet sur la préparation à la naissance !
    Depuis mon accouchement, je lis beaucoup de choses (en particulier ici) et je me dis que ça aurait pu être si différent… la prochaine fois, peut-être… D’ailleurs, je serais aussi intéressée par un billet sur l’AVAC 😉
    Sinon pour terminer sur mon précédent commentaire, comme Zab, le premier rdv avec ma sage-femme n’a aussi été consacré qu’à décrire les séances à suivre. Rétrospectivement, je me dis que j’aurais dû fuir. Rétrospectivement !
    En tout cas, MERCI pour ce blog qui est une mine d’or et surtout qui montre ce que peut / devrait être un bel accouchement et un bel accompagnement 🙂

  13. Zahia dit :

    Personnellement, je n’ai pas reconnu grand chose dans mon accouchement par rapport à ce qu’on m’avait raconté avant, et j’ai pourtant eu une bonne préparation qui m’a entre autre aidé à la gestion de la douleur.

    Déjà, on entend partout que pendant les contractions on a mal dans tout le ventre, qui se durcit. Je ne me souviens pas d’avoir ressenti ça à un seul moment pendant mon accouchement. Mal au dos, par contre ça oui !

    Ensuite, il faudrait soit-disant avoir des contractions régulièrement espacées de moins de 10 minutes (voire moins pour un premier enfant) avant d’aller à la maternité. Le seul moment où j’ai commencé à avoir des contractions régulières, c’était à mon avis trop tard. 1h30 plus tard ma fille était née (et c’était mon premier enfant). Heureusement que j’étais déjà sur place, sinon, ça aurait été juste !

    Les signes décrits comme le début du travail ne conviennent malheureusement pas à tout le monde

  14. Sophie dit :

    Oui, un billet sur les différentes préparations est une bonne idée. Pour mes 2 enfants j’ai suivi la préparation de groupe de la maternité. La SF était à l’écoute des primi et demandait aux multipares leurs expériences. Il y avait la partie anatomie de l’accouchement, la diététique, l’allaitement (mais j’ai accouché avant les 2 fois) et surtout de la sophrologie! pour mon 1er j’ai eu une césarienne, la sophro m’a aidé à me détendre. Pour le 2eme j’ai eu un avac, pas prévu. Les signes du travail ont été mal dans le dos et diarrhée, symptômes non évoqués pendant la préparation. Je pensais faire des crises de colique, c’est ma mère qui m’a dit que c’était le travail.Je n’ai pas eu mal dans le ventre, la douleur a toujours était dans le dos, là, la sophrologie m’a été d’un grand secours pour gérer les contractions (la péri a fonctionné 3h sur 17h de travail). La SF du cours est même passé me voir pour me donner des conseils, et les SF ont toutes étaient très présente pour me soutenir. J’utilise encore les techniques de relaxation de la sophrologie quand j’ai du mal à me détendre.

  15. Tchaf dit :

    Pour le piquage de texte, le plus « simple » est de contacter l’hébergeur du site en question… en indiquant une violation de copyright. On en est arrivé (hélas) au point où c’est plus facile de demander le retrait d’un texte offensant pour atteinte à la propriété intellectuelle que pour racisme, insulte ou diffamation…
    Généralement ils réagissent, car, en cas de non réaction ils deviennent responsables légaux.

  16. maman5tours dit :

    Durant mes longues insomnies au cours de ma grossesse j’ai lu tous vos articles et j’ai énormément appris notamment sur la physiologie. Je n’ai pas suivi les prépas mais j’ai lu des livres ou le déroulement de l’accouchement est expliqué comme « standard » alors que la nature ne l’est pas. mon dernier accouchement a démarré par des nausées, j’était à J -3 j’en avait marre et je guettait le moindre signe, impossible de m’endormir à cause des nausées j’ai tapé sur Google un truc comme « nausées début d’accouchement? » et merci internet d’autres femmes ont eu ça et je suis partie à la maternité les douleurs ont commencé durant le trajet. Si je n’avais pas eu internet peut être que je serait partie plus tard.

    Une naissance merveilleuse à la maternité de chinon, dans le calme, la patience, la surveillance tranquille et pas intrusive, chaque geste médical expliqué… je recommande

  17. 10lunes dit :

    Tchaf, hélas, le site est hébergé aux Etats-Unis…

    Maman5tours, merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.