Post partum animal triste

Publié par 10lunes le 3 septembre 2013 à 11 h 29 dans Après

 

jcw_pinup_vargas1-500x345

Merci les médias, quand je suis en mal d’inspiration, un petit article et ça repart.

Cette fois-ci, l’article est titré « La vraie histoire du sexe après l’accouchement ». Je le lis, bougonne doucement. Il la joue un peu hussard le Dr Harvey ! Le vagin ne sera plus jamais comme avant, ça a l’air de signer la fin d’une époque : bonjour la parentalité, adieu l’orgasme.
Mais si le propos est un peu rude, dénoncer le ronronnement médiatique – qui aime à laisser croire qu’une grossesse est une location de neuf mois restant sans effet dès le départ de l’occupant – est salutaire.

Pour autant est-il normal de penser Plus jamais mon mec ne me touche ? Ce n’est pas ce que j’entends des femmes que je rencontre au quotidien même si rien n’est simple. Fatigue, manque de disponibilité, peur d’avoir mal et/ou de ne pas retrouver le plaisir sont des sujets récurrents dans les semaines suivant la naissance… L’arrivée d’un enfant bouleverse tous les aspects de la vie et il faut se laisser le temps de s’y adapter. Ce n’est sûrement pas assez dit.
Admettons qu’il faille un peu charger la barque pour que le message soit clairement audible.

Mais la barque coule aux paragraphes suivants. 

Mon vagin était devenu un hall de gare. Pourquoi  présenter l’envahissement des examens comme un incontournable ? Les touchers vaginaux sont le plus souvent inutiles lors de la grossesse et ne devraient pas se multiplier pendant un accouchement. Par ailleurs, une femme peut être examinée avec respect, douceur, en ayant attendu son autorisation. Ou l’on peut considérer son corps comme un domaine public, entrer dans une salle de travail sans prononcer un mot, enfiler un doigtier et fourrager brutalement en oubliant qu’il y a un être humain de l’autre côté du plastique. N’est-ce pas plutôt cela qu’il faut dénoncer ?

Pendant l’accouchement, la sage-femme rentre l’avant-bras dans ton vagin pour voir où en est ton col. Que nenni, l’index et le majeur suffisent grandement, pas besoin de l’avant-bras ! Pourquoi véhiculer ce genre d’image sinon pour conforter la « goritude » de la chose ? 

S’ajoutait à cette sensation un accessoire peu glamour mais obligé : pendant un mois après la naissance de son bébé, elle a porté constamment des couches, de très grosses serviettes. Effectivement la couche épaisse manque un tantinet d’élégance. Mais cela ne concerne que les premiers jours, ensuite les pertes diminuent et les protections se font plus discrètes. Alors oui, pas de tampons en postnatal immédiat (le glamour du fil qui dépasse ?) pas de moon cup non plus… Saigner est un aspect de la vie des femmes, tout simplement.

Les médecins recommandent d’attendre au moins quinze jours avant la reprise des rapports. Personnellement, je ne recommande rien sinon d’attendre d’en avoir envie et de prendre du temps ensemble ; pas forcément pour se grimper dessus, juste le temps de la tendresse, parce que le désir émerge rarement entre des pleurs à apaiser et un sac poubelle à descendre…

On nous sert ensuite les inévitables exemples de ceux pour qui ça n’est jamais reparti. L’arrivée d’un enfant ne soude pas un couple, ne le détruit pas non plus. Mais elle aiguise toutes les aspérités. Si ça n’allait pas très bien avant, ça ira rarement mieux après et ce n’est pas l’accouchement en lui-même qui est en cause.

Ce qui m’irrite au final, c’est que cet article écrit en filigrane qu’une nana n’est désirante et désirable que mince, tonique et aménorrhéique ; que tout changement corporel est forcément assassin pour le désir ; que récupérer d’un accouchement, c’est perdre ses kilos, masquer ses vergetures et remonter ses seins. Bien la peine de citer le Beautiful Body Project ! *

Je vous invite à ré(?)-écouter cette chanson de Moustaki magnifiquement interprétée par Reggiani (avec du Baudelaire en prime)

 

*extrait du volume 1 consacré aux mères

 

PS : j’ai volontairement omis plusieurs questions évoquées dans cet article car elles méritent à elles seules un billet. A venir… ?

 

 

4 commentaires sur “Post partum animal triste”

  1. Lelen dit :

    Retrouvez les commentaires sur cet article à l’adresse suivante :
    http://10lunes.canalblog.com/archives/2013/09/03/27946138.html#comments

  2. tirelou dit :

    Je tombe pour la première fois sur ce blog, je ne sais même pas comment… Je suis bien contente de lire ça, une sorte de preuve en filigrane, que ce que j’ai pu ressentir lors de mes grossesses, de mes accouchements, auraient parfois pu être autrement: d’autres gestes, d’autres paroles! Merci…

  3. Marie Hélène dit :

    Bonjour
    Je dois ëtre un cas car, à peine sortie de la mat après mes accouchements (2 dont un gémellaire !!!), j’étais si contente que si j’avais osé, j’aurais sauté sur mon mari toutes affaires cessantes. Je n’ai jamais attendu 3 semaines!!! Suis-je normale ? (j’ai 69 ans !=

  4. Lyrah dit :

    Et dans mon cas, (et pas que dans le mien, j’en connais d’autres qui disent la meme chose) les orgasmes sont encore plus forts et plus rapides depuis mon premier accouchement. Donc certes on fait l’amour moins souvent quand on a un enfant en bas-age qui reclame beaucoup d’attention, mais quand on trouve du temps pour nous ca en vaut la peine 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.