Effet de non-annonce

Publié par 10lunes le 4 mars 2014 à 13 h 21 dans Militer, Profession sage-femme

 

blablabla (1)

Voilà un billet que je sais par avance mal écrit et mal fichu, parfaitement assorti à l’état d’esprit de son auteur après les annonces ce matin de Marisol Touraine au sujet du statut des sages-femmes.
Pas de retransmission en direct, les premières infos reçues sont les tweets du ministère de la santé que je me fais un devoir de copier et commenter ici…

Garantir la santé des femmes, reconnaître les compétences médicales des sages-femmes et favoriser un cadre de travail collectif à l’hôpital.
Qui pourrait s’opposer à tout cela ? Se préoccuper de la santé des femmes est un incontournable, les compétences médicales des sages-femmes sont inscrites dans le code de la santé publique et la coordination des acteurs de santé est un préalable indispensable à la qualité de nos prises en charge.
Langue de bois mon amour…

Apres le temps du dialogue vient celui de la décision.
Création d’un statut indépendant de sages-femmes des hôpitaux
Ce statut permettra aux sages-femmes d’être reconnues a la hauteur de leur rôle.
On ne sait pas bien ce que ça veut dire mais il est facile de déduire que le statut de « praticien hospitalier sage-femme » réclamé par une grande partie de la profession tombe aux oubliettes. Quel sera ce « statut indépendant » ? Que va t’il garantir ?
Dans un courrier, Marisol Touraine évoque la « possibilité d’unités fonctionnelles en fonction du projet médical de l’établissement et avec l’avis favorable des équipes concernées ».
Quand on sait que l’ouverture des plateaux techniques aux sages-femmes libérales est inscrite dans la loi depuis 1991… et que pourtant – parce que l’équipe n’y est pas favorable et que cela ne correspond pas au projet médical – très peu d’établissements en donnent la possibilité…
En clair, dans les chouettes maternités qui travaillent déjà ainsi de façon informelle, cela pourra être formalisé, dans les autres… ben on continuera sans rien changer !

2ème mesure : valorisation des compétences médicales des sages-femmes.
Une campagne de communication, valorisation spécifique des actes réalisés par les sages-femmes à l’hôpital.
Cette phrase me donne l’occasion de féliciter le SYNGOF pour son efficace travail de lobbying !!! Souligner les compétences des sages-femmes à l’hôpital, ça ne mange pas de pain…Les femmes y sont en quelque sorte captives ; au sein des établissements hospitaliers, on ne décide pas des modalités de son suivi. Etre mieux informées ne peut être que plus respectueux pour elles, mais ne changera rien à l’organisation des soins.
En dehors, par contre…. Mieux faire connaitre les compétences des sages-femmes en libéral, c’était prendre le risque de voir certaines patientes se détourner de leur gynécologue pour choisir de s’adresser à une sage-femme. Faut pas pousser hein !*

De nouvelles responsabilités : participation au projet médical d’établissement, à la recherche, à des missions d’intérêt général…
Les sages-femmes étaient déjà présentes en CME qui participe (depuis fin 2013) à l’élaboration du projet médical d’établissement, déjà en mesure de faire de la recherche et même d’en assurer la direction. Quant aux missions d’intérêt général, le courrier évoque les réseaux de périnatalité (les sages-femmes y sont bien heureusement déjà présentes, et certaines en sont les coordinatrices) ou la PMI où travaillent déjà par ailleurs … je vous le donne en mille….des sages-femmes !

4ème mesure : amélioration de la formation des sages-femmes (statut de maîtres de stage, des étudiants en maïeutique).
Le courrier parle de « pleine reconnaissance ». Mais encore ?

5ème mesure : revalorisation de la rémunération des sages-femmes – la concertation s’ ouvrira dès le mois d’avril.
Après quatre mois de mobilisation, il est effectivement urgent d’attendre deux mois de plus pour débuter les négociations salariales.

Un nouveau statut, des compétences mieux reconnues, des responsabilités accrues, une formation renforcée, une rémunération revalorisée.
Les sages-femmes auront un statut médical avec la création du statut de sages-femmes des hôpitaux.
Les sages-femmes hospitalières pourront exercer sur le territoire des missions d’intérêt général et verront leurs compétences valorisées.
Seul le détail des mesures concrètes permettra de se faire vraiment une opinion.
Pour le moment, je ne vois rien dans cette annonce qui réponde aux attentes des sages-femmes.

Ou comment enflammer une profession en tentant d’endormir sa colère…

 

Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, les sages-femmes communiquent sur leurs compétences.
L’ANSFL organise le 8 mars prochain, à l’occasion de la journée des droits des femmes,
une porte ouverte dans les cabinets de sage-femme

C’est le moment de découvrir les professionnels de votre secteur !! A bientôt ?

 

* Dans son discours, Marisol Touraine n’est guère plus précise… Elle évoque cependant une valorisation des compétences des sages-femmes qui ne semble pas restreinte aux hospitalières. Trop peu de nos concitoyennes savent aujourd’hui qu’elles peuvent aller consulter une sage-femme pour leur contraception ou, à des fins de prévention. Il est de ma responsabilité de mieux faire connaître du grand public et des autres professionnels le rôle primordial que jouent les sages-femmes pour la santé des femmes.

 

 

 

12 commentaires sur “Effet de non-annonce”

  1. Marie-Véronique dit :

    que j’aimerais mal écrire de la sorte! En tous cas, ceci reproduit exactement ce qui réagit dans monesprit confus: je ne vois rien de concret dans ces annonces, négociations salariales reportées après les élections c’est à dire aux calendes grèques.
    M. Touraine prend un temps de respiration.
    Je suis heureuse de ne pas être la seule à être dubitative.

    1. laborde dit :

      Merci!!votre commentaire est le plus audacieux de ce que j ai pu lire..!!! Continuez!!! Continuons…et encore merci..! Anne Laborde sage femme libérale

  2. Morgane dit :

    Merci pour ce billet que j’attendais pour en savoir « plus » suite à cette annonce… Et je me rends compte que j’avais raison de penser que c’est vraiment un coup de bluff ! Un statut independant ? Ou comment ne pas satisfaire les sf et caresser les gynobs dans le sens du poil… Suis dépitée. Incroyable qu’il y ait autant à batailler pour quelque chose qui devrqit aller de soi. Bref MST c’est vraiment, mais alors vraiment pas ma copine !

  3. estelle M dit :

    Que tout cela est bien dit ! tout y est. merci. C’est vrai qu’en tant que sage-femme de PMI, en lisant la partie sur les missions d’intéret général je me suis dit qu’elle se moquait de nous, qu’elle ne connaissait rien à son sujet ou peut etre les deux.

  4. LEWIK dit :

    Merci, comme souvent tu arrives à transcrire exactement ce que j pense et ressens… en mieux ordonné! Ben oui, bien déçue moi aussi, je n’y croyais pas vraiment au statut PH, je ne suis même pas sure de le défendre à 100%, mais….. là….. vraiment…. disons que les 5 mesures sont à coté de la plaque (pas loin non plus, mais, à coté et pis c’est tout!!)

  5. Foligou dit :

    Tiens, c’est drôle, MST… ça me rappelle un autre acronyme 🙂

  6. Géraldine dit :

    Je suis allée voir le site du SYNGOF et suis particuièrement choquée par cette phrase:

    « Ce doit être le garde-fou qui protège les patientes mais également les sages-femmes des dérives dangereuses qui pourraient être passées sous silence par opportunité politique. »

    Je ne suis pas du tout de la profession, juste une maman qui a été suivies, accouchée et rééduquées par une sage-femme. Je trouve que cette extrait montre le manque de confiance total qu’ils portent aux sages-femmes, comme si elles n’étaient pas capables de passer la main, de reconnaître une urgence. Je suis gênée par l’utilisation du mot « compétence » qui est très réducteur, plutôt que « rôle » ou « mission », je ne sais pas, en tous cas quelque chose de moins dévalorisant…

  7. Tiens ça me fait penser : comment sait on quels médecins adhèrent au Syngof (pas trouvé sur leur site) ? J’aimerai tellement en faire ma liste noire perso… Histoire de ne jamais mettre les pieds chez l’un d’entre eux.

  8. lorène dit :

    mais sinon, elle sait VRAIMENT qui sont les sages femmes?!! on dirait des textes sortis des années 20…

  9. ES dit :

    J’aurais une question: pourrais-tu expliquer à quoi correspond le statut de praticien hospitalier que réclament le mouvement des sages-femmes, et quels seraient ses changements par rapport au statut actuel (pour les sages-femmes concernées, et pour leurs patientes) ?

    Et il me semble avoir lu qu’une partie des syndicats de sages-femmes ne partageaient pas cette réclamation et voulaient conserver le statut de fonctionnaire. Sait-on quelle est l’opinion majoritaire parmi les sages-femmes à ce sujet ? Est-ce qu’elles voudraient que toutes les sages-femmes changent de statut, ou simplement qu’un nouveau statut existe pour celles qui le réclament ?

    Je trouve que ce n’est pas simple de comprendre ce mouvement quand on n’est pas dans le milieu médical (et les médias ne font pas beaucoup d’efforts pour donner des explications claires).

    1. 10lunes dit :

      Honteusement, je vais dire que non, je ne sais pas répondre. Le sujet est complexe, les sages-femmes un peu divisées. Le statut médical au sein de l’hôpital serait d’abord conforme au code de santé publique et apparait, pour ce qui semble être la majorité des SF, comme le seul statut garant de l’indépendance des sages-femmes (pour par exemple faire fonctionner des unités physiologiques).
      Difficile d’en dire plus sans prendre le risque de dire une énormité. J’ai quitté l’hôpital depuis trop longtemps.
      Pour ma part, j’aurais préféré que l’on se concentre sur un des objectifs : se donner les moyens de pratiquer une obstétrique physiologique ! Mais les conditions de travail sont telles et la souffrance si réelle que ça ne pouvait que flamber plus largement…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.