A la maison

Publié par 10lunes le 17 août 2009 à 23 h 50 dans Profession sage-femme

Quelques journées passées avec une amie, sage-femme elle aussi, exerçant à domicile…

Fin de matinée, entre deux consultations, un appel : elle vient de perdre les eaux.

Une route sinueuse nous amène chez eux.  Elle n’a que peu de contractions, tourne et vire dans la maison, en attente. Son compagnon s’occupe en cuisine et nous propose de partager leur repas. On parle de tout et de rien, du temps qu’il fait, du bébé à venir, de l’ainé justement parti 24 heures chez des amis.
Deux heures s’écoulent au même rythme que le liquide amniotique, tranquillement.
Cela laisse le temps d’envisager d’autres visites.

Quelques virages plus loin,  une maison joyeuse. Une mère s’y repose, son nouveau-né d’hier auprès d’elle… Autour d’un café, on parle de tout et de rien, du bébé, de cette autre naissance qui s’annonce dans la maison presque voisine, du temps qu’il fait… Tout va bien.

Autres virages, autre famille. L’enfant a deux semaines et son père demande à être rassuré sur sa croissance. La petite est potelée et les seins de sa mère lourds de lait.  Allez, on la pèse pour faire plaisir au papa… ça lui fait plaisir. Vous prendrez bien quelque chose ? On parle de tout et de rien.

Retour dans la première maison en fin d’après midi. Les contractions sont un peu plus présentes, pas encore suffisamment ; quelques granules sont proposés pour aider le travail à s’installer. Il faut se donner le temps.
C’est l’heure du repas et le papa nous invite à nouveau autour d’un plat de pâte. La soirée est douce.
Les heures passent, les contractions s’installent, trop pour repartir, pas assez pour que ça avance vraiment. Chacun tente alors de se reposer un peu

Une heure. Un son modulé… les contractions sont maintenant bien là.
Elle marche, prend un bain, en ressort… une musique qu’elle n’entend plus tourne en boucle sur la platine.
Petit café pour tous sauf elle, déjà dans un autre monde, isolée,  il n’est plus temps d’autre chose que d’accoucher… Elle accompagne chaque contraction d’une psalmodie, quelques mots, toujours les mêmes, comme un mantra. Le son va crescendo puis redescend. Accrochée au chambranle d’une porte, elle s’étire et se balance.

Plus tard, elle s’est accroupie, la tête du bébé juste là, posée sur le périnée. Le père pleure déjà… Aucun mot, aucune « consigne », juste la confiance, notre certitude à tous qu’elle sait «faire», sa tranquille assurance en son corps agissant.
Le bébé glisse dans un souffle.

C’est une fille, elle porte un nom d’étoile.

Je sors sur la terrasse, le ciel est bleu profond.
La douceur de la nuit.
La vie
Vraie

PS : afin de ne pas nourrir la vindicte des détracteurs de la naissance à domicile, je tiens à préciser que la surveillance « technique » du travail a eu lieu. Mais les gestes sont si mesurés, retenus, dans le respect de ce que vit la femme, soucieux de ne pas la déranger… qu’ils en deviennent presque invisibles.

Un commentaire sur “A la maison”

  1. Cerise violette dit :

    Vous pouvez retrouver les commentaires de cet article ici:
    http://10lunes.canalblog.com/archives/2009/08/17/14773795.html#comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.