So fashion

Publié par 10lunes le 17 juin 2012 dans Profession sage-femme

 

3186863691_e30cbdb289_b

En 1663, Louis XIV fait appel à un chirurgien pour l’accouchement de sa maîtresse, Louise de la Vallière. Etre accouchée par un chirurgien devient alors un must et la mode se répand rapidement dans les milieux aristocratiques et la grande bourgeoise.
C’est le début du déclin de la profession de sage-femme autrefois seule habilitée à assister les femmes en couches.

Trois siècles et demi plus tard, le mouvement pourrait s’inverser. Ainsi qu’en témoigne cet article paru dans le New York Times, top modèles et autres célébrités se tournent vers les sages-femmes, saluant la prise en charge globale qu’elles proposent, et délaissent les obstétriciens. 

Cela s’inscrit dans un courant plus large, également présent en France, prônant un retour au naturel, mêlant alimentation biologique ou santé holistique, cherchant une naissance préservée, dé-technicisée, en maternité ou à domicile.

Le Etats-Unis ont toujours un petit temps d’avance. Les sages-femmes françaises devraient donc redevenir prochainement ce qu’elles n’ont jamais cessé de revendiquer, les professionnels référents de la maternité physiologique.

Toutes nos explications, tous nos efforts de communications sont restés vains, les études attestant de la sécurité de nos prises en charge ont été négligées, même les enjeux économiques n’ont pu convaincre.
Mais gageons que ces arguments deviendront audibles le jour où accoucher avec une sage-femme sera un critère de réussite sociale…

Se transformer en « signe extérieur de richesse » pour enfin se faire entendre ?

 

 

©Photo : Jeff Koons « Hanging Heart » – Château de Versailles


 

Mots-clés : , , , | Ajouter un commentaire

L’académie veille

Publié par 10lunes le 26 janvier 2012 dans Profession sage-femme

5462827674_f9575f9db4_z

Me voilà encore à défendre le prado*… Pas tant pour ce qu’il est – nous le faisions déjà – mais pour dénoncer la manipulation des idées…

L’académie de médecine se préoccupe du sort des femmes et des nouveau-nés. Louable souci ! Mais nos académiciens sont au mieux mal informés, au pire de mauvaise foi.

Si les termes de « sortie précoce » sont largement utilisés par des médias méconnaissant la réalité hospitalière, ils étonnent dans la bouche d’experts de la médecine. Le programme expérimenté ne consiste pas à faire sortir les femmes plus rapidement de la maternité mais à leur proposer, après une sortie « normale »  un suivi prolongé qui n’était pas encore formalisé. Le prado permettra que chaque jeune mère soit informée de cette possibilité,(auparavant, les femmes qui bénéficiaient de cet accompagnement étaient principalement celles qui, suivies pendant leur grossesse par une sage-femme libérale, faisaient de nouveau appel à celle-ci à leur retour à domicile). 

Mais les sous-entendus parsemant le texte me laissent penser que la dénomination erronée ne relève pas du défaut d’information …

Pourquoi insister sur la « décision médicale »  – en taclant dans le même temps celles qui décideraient d’elles même une sortie rapide – alors que la décision de sortie est explicitement précisée comme du ressort de l’équipe hospitalière.

Pourquoi souligner la nécessité d’une « parfaite connexion entre les maternités et les sages-femmes libérales » alors que nul ne se préoccupait jusqu’à présent de l’absence de suivi au retour à la maison. 

Pourquoi réclamer une sécurité équivalente à celle proposée en maternité qui laisse entendre que le retour à domicile met en danger la santé des femmes et des nouveau-nés ?

Pourquoi préciser le nombre de visites nécessaires qui suggère que les sages-femmes ne sont pas en capacité d’en décider avec les parents.

Pourquoi insister sur une disponibilité de la sage-femme « à tout moment » alors qu’il s’agit de mères et d’enfants sans souci particulier (c’est dans la définition même du prado) et que plus aucun médecin de ville, quel que soit l’état de santé de ses patients, n’assure cette permanence. 

Pourquoi évoquer « l’accompagnement attentif » de l’allaitement maternel alors que ce rôle est assuré au quotidien par les sages-femmes.

Et pourquoi conclure sur d’éventuels retards diagnostiques si ce n’est pour faire frémir les familles – femmes et bébés seraient-ils des bombes à retardement – et suggérer en quelques mots que les sages-femmes sont incompétentes.

 

En clair, ce communiqué n’est-il pas au service des médecins plutôt que des »patients », certains parmi les premiers s’inquiétant de voir les sages-femmes prendre enfin une place plus visible dans la périnatalité française ? 

 

 

©Photo

 * présentation du prado

Mots-clés : , , , , | Ajouter un commentaire

Tirs groupés

Publié par 10lunes le 16 décembre 2011 dans Militer

 

Les sages-femmes libérales sortent de l’ombre et cette exposition semble contrarier certains autres praticiens. Plutôt que de penser nos prises en charge comme complémentaires, quelques réactions évoquent fortement la bataille de territoire.

Ainsi, sur Impact-santé, la FMF s’exprime par la voix de son président, le Dr Hamon, qui qualifie le Prado « de scandale de la fin de l’année et évoque un risque sanitaire puisque seule une équipe de soins pluridisciplinaire est en mesure de repérer des situations à risques comme les déprimes post-partum »

Confier le suivi des accouchées et de leurs enfants aux sages-femmes est donc un risque sanitaire ? C’est bien embêtant puisque cela se passe ainsi depuis … des lustres !
Par ailleurs, le Dr Hamon invente un nouveau concept, la « déprime » du postpartum. Nous connaissons le blues du post partum (ou babyblues), épisode bref, sans gravité et qui ne demande qu’un accompagnement empathique pour aider à le traverser, et la dépression du post partum, réelle pathologie à prendre en charge médicalement… mais qui se révèle à quelques semaines de l’accouchement. La sortie de maternité avancée ou retardée de quelques jours n’y change rien.
A l’inverse, le dépistage de ces situations passe par un accompagnement prolongé dans le temps, souvent assuré par… les sages-femmes ! Nous revoyons les mères pour leur allaitement, les questions liés aux soins du nouveau-né, la rééducation périnéale… elles évoquent avec nous leur fatigue et leurs difficultés… toutes occasions qui permettent de faire le point en amont ou en aval de la consultation postnatale, de se préoccuper d’un épisode dépressif et de mettre en route le réseau médical pour une prise en charge adaptée. Complémentaires vous dis-je.

Sur Egora, autre article sur les transferts de compétences qui évoque l’extension récente (20 octobre) de nos droits de prescription en listant « antibiotiques, contraceptifs, homéopathie, anti-inflammatoires non stéroïdiens, anti-sécrétoires gastrique ». 

Faut-il rappeler aux rédacteurs que notre compétence en matière de contraception date de 2004 pour le postpartum et 2009 pour le suivi gynécologique.  C’est une compétence certes récente mais qui n’a pas été modifiée par cet arrêté sur les médicaments. Feindre de la découvrir permet à nouveau de s’en offusquer… et de quelque peu se ridiculiser.  « …Ceci dans le but notamment d’améliorer le suivi de la contraception des femmes et des jeunes filles. «On se demande quand les sages-femmes les rencontrent», ironise le Dr Michel Combier, le président de l’Unof . C’est vrai ça, quand est-ce qu’une sage-femme peut bien rencontrer les femmes et les jeunes filles ? Au quotidien, parce qu’elles s’adressent à nous.

Dans le même article « (les sages-femmes) « ont renoncé à la prescription de l’IVG médicamenteuse, ce qui signifie qu’elles ont conscience de leurs limites ».
A ma connaissance, nous n’avons renoncé à rien, le projet de loi présenté par la députée Bérangère Poletti a été écarté sous la pression des lobbies anti avortement. Cette proposition d’expérimentation ne concernait pourtant que les sages-femmes hospitalières et de fait, les sages-femmes exerçant dans les CIVG sont déjà impliquées dans cette prescription.

Leur accorder la possibilité de prescrire une contraception « ne serait pas sans risques, alors que le sujet « très sensible », justifie une prise en charge longue, surtout auprès des adolescentes« .
La contraception est un sujet sensible, merci de le souligner ! Nous le savons, prenons le temps de débattre avec les femmes du moyen contraceptif qui leur sera le plus adapté et les revoyons aussi souvent, aussi longtemps que nécessaire. En obstétrique comme en gynécologie, nos compétences concernent les situations exemptes de pathologie et nous passons le relai quand ce n’est pas ou plus le cas. Nous ne prétendons pas faire mieux mais aussi bien que les médecins avec souvent la possibilité d’y consacrer plus de temps.

Enfin, dans le Quotidien du médecin « Les professionnels de santé ont découvert le PRADO ces derniers jours et ils s’offusquent de n’y avoir pas été associés. «À J +2, les femmes et les enfants sont fragiles et on les éjecte des maternités alors que le retour clas sique à domicile est de 4 à 5 jours », s’insurge le Dr Jean-Paul Hamon, président de la FMF ».
Il semble ignorer les contingences hospitalières. La tarification à l’activité impose aux établissements de faire « tourner » au maximum leurs lits. La durée de séjour se réduit depuis plusieurs années sans prise en charge à domicile. Officialiser un tel suivi est plutôt un progrès.

« Nous sommes pris pour des pions », s’insurge pour sa part le Dr Alice Touzaa, du Syndicat des gynécologues médicaux« . Pourtant, le suivi postnatal immédiat ne concerne pas les gynécologues médicaux qui, à ma connaissance, ne se déplacent pas à domicile. Loin de moi l’idée de le leur reprocher. C’est encore une fois le constat de notre complémentarité, constat que le SGM a décidément ( voir ici et ici) du mal à accepter.

Je suis plus que lassée de ces incantations sécuritaires chaque fois qu’il est question des compétences des sages-femmes. Comment espérer parvenir à collaborer efficacement quand les uns se défient autant des autres ?

 

PS : contrairement à ce que ce billet pourrait laisser penser, ma position sur le Prado reste la même. J’affirme l’intérêt d’un suivi cohérent de l’ante au postnatal et déplore que l’accompagnement du retour à domicile ne soit pas encore (expérimentation à venir) lié à celui de la grossesse.


Mots-clés : , , , , | Ajouter un commentaire

Cherchez l’erreur…

Publié par 10lunes le 13 octobre 2011 dans Militer

Ces derniers temps, la presse abonde (tout est relatif) d’articles dithyrambiques sur de nouvelles maternités reconstruites, remodelées, recolorées… Dénoncer l’hypertechnicisation de la naissance semble devenir de bon ton. Réjouissons-nous de voir les médias s’enthousiasmer pour des naissances plus « naturelles », vécues dans d’agréables salles d’accouchement peuplées de ballons et de « lianes » pour le confort de la mère.
Ainsi cet article sur la maternité de Montfermeil.

Si je ne doute pas de la bonne volonté des sages-femmes travaillant dans ce service, je doute fortement de celle de la direction imposant un système « de centralisation des monitorings (…) que l’équipe médicale de la maternité peut ainsi suivre à distance ».

Parce que l’équipe médicale, entendons nous bien, ce sont les sages-femmes. Jamais vu un obstétricien rivé devant un écran pour décompter les contractions ou calculer le rythme de base du cœur fœtal et analyser ses variations. Cette surveillance est assurée par les sages-femmes qui, lorsqu’elles détectent une anomalie, la signalent au médecin. En cas de doute celui-ci, compulsant plus ou moins attentivement l’accordéon de papier quadrillé de vert pale ou l’écran de contrôle, vient confirmer le diagnostic.

Il n’y a pas de poste de spécialiste « es analyse du rythme cardiaque fœtal », la centralisation de l’ensemble des enregistrements ne dégage donc en rien l’équipe de ce travail.
Cette organisation vient simplement souligner que le slogan « Une femme / une sage-femme » est vide de sens pour les administratifs.

Aux yeux des décideurs, la sage-femme fera tout aussi bien son boulot – et de façon plus rentable – en surveillant du coin de l’œil ce qui se passe dans les autres salles tout en étant auprès d’une femme… Si tant est que l’on peut réellement se consacrer à l’une en restant en permanence attentif aux autres.

Toute femme ayant vécu un accouchement en comptant sur ses propres ressources sait les phases de découragement où l’on se sent totalement dépassée. Le recours à la péridurale est alors une tentation envahissante. Dans ces moments de doute, l’accompagnement rassurant de la sage-femme peut tout changer ; le niveau de la douleur s’abaisse, celui de la confiance remonte… et c’est reparti. Mais comment repartir sans soutien ?

Les lits ronds et roses, les ballons ronds et bleus, les écharpes roses et douces ne sont que poudre aux yeux si les équipes ne sont pas en nombre suffisant. La douleur et le stress se payent cash et le risque est de voir pulluler des statistiques démontrant l’inanité des ces équipements car les taux de péridurale et d’intervention restent inchangés…

Alors, oui à des maternités design, confortables et colorées mais pas sans sages-femmes DISPONIBLES !

 

 

Mots-clés : , , , , | Ajouter un commentaire

Deux ans d’existence. Pour l’occasion, je m’essaie à répertorier les recherches de ces derniers jours ayant conduit sur Dix lunes.

Evidemment, la plupart arrive très banalement avec quatre mots : blog/dix/lunes/sage-femme… minuscule ou majuscule, chiffre ou lettre, singulier ou pluriel, mélangez, secouez autant que vous le voulez, Google mon ami vous amènera ici.
Certains comptent moins bien : 9 lunes blog sage femme ou 13 lunes sage femme blog

Et puis il y a aussi…

Ceux qui vont être très déçus

  • nue et ligotée sur la table il a un scalpel
  • la sage femme me leche la chatte

Ceux qui ont un vrai problème

  • sf fille qui fait des bebes mais a qui on ne veut pas en faire : cornélien en effet

Ceux qui souhaitent s’informer

  • les sages femmes libérales peuvent-elles assurer un suivi de grossesse : oui !
  • suivi par une sage femme jusqu’au 7ème mois : puisque je vous dis que oui
  • puis je faire venir une sage femme libérale à mon domicile : oui (sauf pour la catégorie « vont être très déçus »)
  • comment faire pour faire tombé des point : « sauté » ?

Ceux qui évitent tout mot inutile

  • sage femme ordonnance prise sang : oui évidemment
  • sage-femme contraception consultation diaphragme : oui toujours

Ceux qui nous informent

  • je ne viendrais pas cette après-midi : essentielle information
  • je vois vraiment pas le rapport avec leur nom : existentielle question

Ceux qui gagneraient à discuter entre eux

  • césarienne de confort remboursée / césarienne programmée attachée combien de temps
  • accouchement domicile paniquée / AAD inopiné

ou pas …

  • qui a bien vecu sa cesarienne pour siege / cesarienne difficille de sans remettre psychologiquement

Ceux qui se méfient de la médecine

  • l’art de la désinformation maternité : quand les savoirs s’affrontent
  • toucher vaginal et intimite de la femme : quasi antinomique
  • gynécologie métier inutile : je n’irai pas jusque là

Ou pourraient s’en méfier

  • refus médecin premiere prescription pilule : où l’ on se dit que la relation soignant/soigné pourrait gagner en dialogue…  
  • peut on detecter une trisomie avec un frottid pendant la grossesse : où l’ on se dit que le dialogue soignant/soigné pourrait gagner en clarté…

Ceux qui cherchent un renseignement

  • liste de maisons de naissances france 2010 : réponse facile, il n’y en a pas ! Mais quelques lieux s’en rapprochent fort, en particulier le CALM et Pontoise.
  • blog sage femme knakie : y a qu’à demander, c’est ici
  • nom des sages femmes hommes : sage-femme évidemment ! (non, je ne dirai pas maïeuticien)
  • reportage mater poissy sur quelle chaine : heu…

Et puis il y a parfois ces mots sombres lancés sur une toile dont on aimerait savoir remonter le fil. Sinistres révélateurs de nos solitudes accolées sur le net.

  • rattraper un accouchement mal vécu
  • battement du coeur inaudible fin de 9eme mois
  • poche des eaux bombee a 5 mois

Je ne peux terminer cette énumération sans citer cette ancienne recherche dont la lecture m’avait serrée le cœur : phrases pour dire que l’on a perdu son bb.
Chère inconnue, j’espère très fort que depuis la vie se sera montrée plus clémente avec toi.

 


PS: Pour ces deux années d’écriture, je réclame très impoliment vos commentaires ! Critiques, attentes, propositions …


Mots-clés : , | Ajouter un commentaire

Au tapis mais pas KO !

Publié par 10lunes le 6 août 2011 dans Pffffff

Round 1  – Eté 2009
La loi HPST valide la compétence des sages-femmes pour le suivi gynécologique de prévention et la prescription de la contraception.
L’article  L5134-1 titre III du code de la santé publique est ainsi rédigé : « Les sages-femmes sont habilitées à prescrire les contraceptifs locaux et les contraceptifs hormonaux. La surveillance et le suivi biologique sont assurés par le médecin traitant. »
Cette dernière phrase est un ajout aberrant à coup sur téléguidé par certains syndicats médicaux soucieux de préserver leur hégémonie dans le domaine de la contraception.
Pénurie de praticiens oblige, il était politiquement difficile de s’opposer à l’extension de nos compétences. Les élus ont du s’incliner devant cette évidence : contraception et suivi gynécologique risquent de manquer de « bras » ; nous étions toutes désignées pour pallier le déficit annoncé.
Protectionnisme solidaire, la seconde partie de la phrase vient contredire la première.

Round 2  – automne 2009
Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2010 tente de réparer l’anomalie. Un amendement supprimant l’obligation du suivi biologique par un médecin est voté.

Round 3 – hiver 2009
Le conseil constitutionnel censure cette disposition, estimant quelle n’a pas sa place dans le PLFSS car elle n‘aurait pas d’incidence sur les comptes de la sécurité sociale.

Round 4  – printemps 2010
Nous retrouvons par magie notre légitimé contraceptive dans un communiqué du conseil de l’ordre des médecins … brève alliance imposée pour mieux fustiger pharmaciens et infirmiers !

Round 5  – mars 2011
Un débat peu glorieux pour certains de nos représentants a lieu sur les bancs du sénat. Si vous n’avez pas lu ce billet lors de sa parution, faites-le ! A l’approche de 2012, il est bon de s’informer…

Round 6 – mai 2011
Le Syngof publie un ignominieux communiqué (encore disponible sur le net en cherchant un peu …)

Round 7 – 25 mai 2011
Le Syngof présente ses excuses et retire le communiqué de son site.

Round 8 – 1er juillet2011
L’amendement 17 bis déposé par Mme Poletti propose de remplacer « La surveillance et le suivi biologique sont assurés par le médecin traitant » par « En cas de situation pathologique, la sage-femme adresse la patiente au médecin traitant ». Il est adopté.

Round 9 – 13 juillet 2011
La loi est définitivement votée. Deux ans à batailler mais l’aberration législative est enfin corrigée. Réjouissons-nous !

Round 10 -4 aout 2011
Le conseil constitutionnel considère « que ces dispositions ne présentent pas de lien avec les dispositions de la proposition de loi initiale ont été adoptées selon une procédure contraire à la Constitution ». L’article 41 (et d’autres dont hélas l’expérimentation – pourtant très encadrée – de prescription de l’IVG médicamenteuse par les sages-femmes) est déclaré anticonstitutionnel.

Honteux combat au service d’intérets particuliers. Le onzième round verra, j’en suis certaine, notre victoire.
Amère victoire tant d’évidence les questions de santé publique et de droit des femmes n’y auront pas eu leur place.

 


NB 1 : le bilan pour contraception oestroprogestative se résume à trois données facilement interprétables par la femme elle même vu que les normes sont écrites à coté par le laboratoire ! Le plus important est d’éliminer les contre-indications liées à des antécédents médicaux particuliers. Si le bilan biologique peut attendre, cette recherche de contre indications doit être faite dès la première prescription.

NB 2 : Pour en savoir plus : Voir ces recommandations de la Haute Autorité en Santé

NB 3 : le Syngof ne désarme pas. Lors de son dernier CA, le Dr Aubeny (Association française pour la Contraception) a réitérer « son soutien à la loi HPST autorisant les sages-femmes à prescrire la contraception. En effet, les difficultés d’accès à la contraception auprès des médecins généralistes et des gynécologues pouvant contribuer à augmenter le nombre de grossesses non désirées, le principe d’une plus grande ouverture de la prescription, à des personnels dédiés à la santé des femmes et formés en ce sens, ne peut être qu’un atout pour la population féminine »,  et présenté un diaporama du modèle québécois sur la prescription partagée

Réponse du Syngof : « La majorité des membres du CA pense que ce qui se fait au Québec n’est pas transposable en France ».
Pas transposable ? Ah bon ! J’aimerais tant connaître les raisons de cette impossibilité…

 

Mots-clés : , , , | Ajouter un commentaire

Lutter

Publié par 10lunes le 10 juin 2011 dans Profession sage-femme

La maternité du Chiva (centre hospitalier du val d’Ariège), fruit de la fusion de deux petits établissements, s’est ouverte en 2001. Une équipe solide cherche depuis 10 ans à travailler au plus près des besoins des parents en offrant une prise en charge diversifiée. Consultation prénatale, préparation à la naissance, ostéopathie, échographie, hospitalisation à domicile, rééducation périnéale, orthogénie, gynécologie, «des sages-femmes à tous les étages» ainsi que le dit l’une d’elle. Remarquables aussi l’accompagnement respectueux et la réelle liberté laissée aux femmes (baignoire, déambulation, posture …) lors de l’accouchement.

Preuve de leur succès, le nombre de naissances a augmenté de 25% en 9 ans (900 en 2001 – 1181 en 2010). Au final, cette performance n’arrange pas les affaires de l’équipe obligée de faire plus avec un personnel restant stable (les décrets de périnatalité prévoient un poste de sage-femme supplémentaire à partir de 1200 accouchements…)

Elles se sont émues de cette situation, soulignant à leur direction qu’elles ne pouvaient plus exercer en sécurité (perdre en sécurité semble hélas un argument plus efficace que perdre en humanité des soins). Leur récente « victoire » après plusieurs mois de combat sonne amèrement, aucun poste ne sera créé ! Ils seront redistribués pour concentrer l’effectif des sages-femmes en salle de naissance, en abandonnant l’échographie et en délaissant peu à peu leurs autres activités, consultation et rééducation postnatale puis préparation à la naissance puis …
Intolérable mise en charpie d’une organisation innovante.

Renvoyer à la « ville » le maximum de soins et rentabiliser l’équipement hospitalier spécifique pourraient aussi être à l’origine de ce revirement de la direction du CHIVA. L’ouverture du plateau technique aux sages-femmes libérales semblait inconcevable hier , elle devient envisageable. 

Au CHIVA comme ailleurs, les pouvoirs publics souhaitent réserver l’hôpital aux actes techniques et externaliser les autres. Une opportunité pour développer l’accompagnement global de la naissance ? Pas de réjouissance hâtive !  Une fois les directeurs d’établissement appâtés par l’aspect financier de la démarche (augmenter le nombre d’actes sans majorer la masse salariale), il faudra convaincre assureurs et médecins – peut-être aussi certaines consœurs – de l’intérêt et de la sécurité de cette pratique.

Mais pourquoi l’un devrait-il exclure l’autre ? Plutôt que de démanteler l’hôpital, pourquoi ne pas inventer parallèllement à son ouverture aux libérales de nouvelles formes d’organisation offrant une prise en charge globale par les sages-femmes salariées ?
Les hôpitaux de Genève le proposent depuis peu (cf cet article  et cette vidéo).

La Suisse, paradis bancaire et… périnatal ? !


Bon, c’est pas tout ça mais une nouvelle journée de mobilisation parents /sages-femmes est prévue le 18 juin prochain…
Si des actions sont prévues dans votre région : faites le savoir ici aussi !
Si ce n’est pas encore organisé, il vous reste une semaine … une petite animation sur le marché, une matinée porte ouverte dans les cabinets,  un débat dans la maison de quartier ou le café activiste du coin … toute initiative  sera bienvenue.
Et si rien n’est prévu ni prévisible, il revient à chacun, professionnels comme parents, d’inonder les médias locaux (plus accessibles) et nationaux (plus audibles) de témoignages  sur la profession et les conditions de la maternité !

Blog et mail vous sont ouverts pour que les infos circulent…

 

 

Mots-clés : , , , | Ajouter un commentaire

 

Comme signalé dès hier soir dans un commentaire (bravo pour cette réactivité !), le Syngof présente ses excuses aux sages-femmes et les pages en question (cf billets du 14 et du 23 mai) ont été supprimées.

Saluons cette volte face. Mais il est un peu facile d’avoir ainsi porté l’opprobre sur notre profession puis de s’en dédouaner en rédigeant quelques brèves et banales phrases de regret.

La technique est très courue ces derniers temps !
Etape 1 : lancer une belle grosse moche provocation (au hasard, RSA, immigration, échec scolaire, troussage de soubrette…)
Etape2 : attendre les réactions…  
Si elles sont modestes, voire inexistantes, en déduire que l’on peut taper plus fort…
Et passer à l’étape 3 : l’offensive majeure.

Le Syngof s’est fait piéger par l’apparente docilité des sages-femmes. Les réponses au premier communiqué ont été plutôt modérées. De multiples raisons peuvent l’expliquer ; le surbooking de l’ensemble de la profession, la trop faible proportion de sages-femmes investies dans les représentations syndicales et associatives, la volonté de consensus entre ces différentes représentations, la crainte de froisser une profession dans son ensemble (eux ne s’étaient pourtant pas gênés !)… Nos réactions sont restées assez discrètes. Par exemple, la réponse envoyée au Syngof par notre Conseil de l’Ordre, claire et sans concession, n’est pas publiée sur leur site.

Fort de notre supposée soumission, le Syngof a donc entamé l’étape suivante mais s’est montré si violent que nous ne pouvions rester indifférentes.
Cette nouvelle attaque concernait les actuels débats parlementaires sur la prescription du suivi biologique de la contraception par les sages-femmes.
Extraits :
Le SYNGOF y est totalement opposé et veut surtout alerter les femmes et les jeunes filles de la perte de chance que représente cette mesure, si elle était adoptée.
Cette économie attendue compensera-t-elle les indemnisations consécutives à cette gigantesque prise de risques par les femmes ?

Enfin, de toutes parts, les voix des sages-femmes se sont élevées ; menaces de procès, appels à envahir les boites mails des auteurs des communiqués, sollicitations des associations et des syndicats de sages-femmes à réagir fortement… Nous n’étions, au final, pas si dociles !
Les femmes, nos « patientes », se sont aussi fait entendre en soulignant combien elles pouvaient êtres satisfaites de nos soins… et le Syngof a reculé.

Jolie victoire à partager entres sages-femmes et usagers.
Amère victoire car rien n’est résolu sur le fond. Quelques mots d’excuses ne peuvent suffire à balayer le mépris.

Mots-clés : , , , | 1 commentaire

Lettre à mes amis syngofiens

Publié par 10lunes le 23 mai 2011 dans Pffffff

 

Mes très chers amis du Syngof, j’avais envie d’évoquer ici votre dernier communiqué, nouvelle démonstration de l’harmonie présidant au partenariat entre gynécologues et sages-femmes.

Je me réjouis avec vous de cette autre possibilité donnée aux femmes de consulter avec facilité. Elles n’ont plus à attendre de longues semaines un rendez-vous avec un médecin au planning saturé par des pathologies que lui seul peut gérer.

Je suis comme vous heureuse qu’elles soient reçues par des professionnels disponibles qui peuvent prendre  le temps d’examiner avec elles la méthode de contraception non seulement la plus adaptée à leur santé mais aussi à leur mode de vie, à leurs habitudes et préférences.

Je suis rassurée comme vous l’êtes par la qualité de la formation des jeunes diplômés, par la volonté d’actualisation des connaissances des plus anciens (les DU de gynécologie et d’orthogénie sont pris d’assaut).

Je me félicite de votre réflexion sur la meilleure façon d’articuler nos deux professions, nos compétences respectives, afin que chaque femme en demande de contraception, en attente de grossesse, enceinte, ou en post partum soit accompagnée par l’interlocuteur le plus adéquat.

Cette collaboration se révèlera fructueuse, n’en doutons pas.

Mais, très chers amis du Syngof, je vous en prie, soyez attentifs à la formulation de vos idées.
L’on finirait sinon par croire que votre unique souci est la défense de votre pré carré.


Ce billet est le énième traitant de ce thème. Une petite sélection ci-dessous
14/11/09

27/12/09
08/06/10
25/08/10

 

 

Mots-clés : , , , | 1 commentaire

TélescopageS

Publié par 10lunes le 14 mai 2011 dans Pffffff

Deux faits divers dramatiques viennent très durement confirmer certaines des revendications portées ce 12 mai.
Au soir de la manifestation, rentrée dans ma province, me suis jetée sur les JT de la nuit pour apprendre ce qui se disait de notre mobilisation.
Le premier journal regardé (France 3) n’en disait absolument rien (!!!) mais développait largement l’histoire de cette jeune femme ayant accouché très prématurément et seule à hôpital de Montauban.
Le jour suivant, nouveau drame à Lille avec l’erreur d’une étudiante qui confond deux patientes et provoque une fausse couche chez une femme hospitalisée pour un cerclage.
Affligeantes histoires.

Pour la première, par charité, je ne m’étendrai pas sur la communication calamiteuse de la direction de l’hôpital, mettant en avant un nombre de sages-femmes conforme aux décrets (ben oui, on le sait bien qu’il faut revoir ces décrets, les normes sont minimalistes) et une trop grande prématurité interdisant tout essai de réanimation. Contre exploit médiatique que de défendre ainsi l’hôpital sans jamais un mot de compassion pour cette mère, sans imaginer que la grandeur de la médecine consiste aussi à savoir être là quand on ne peut plus rien…

Pour la seconde, l’erreur est exemplaire de la mal-communication entre soignants et soignés. Mais le surmenage perpétuel des équipes n’est il pas en partie responsable ? Pour communiquer, il faut la volonté de le faire, mais aussi le temps, la disponibilité…

Alors pourquoi aucun des médias développant ces faits divers* n’a l’idée de les rapprocher des slogans brandis par les manifestants « Une femme, une sage-femme », « Sages-femmes malmenées, sécurité en danger » etc… Pourquoi aucun ne cherche à analyser les causes de ces drames ? **
L’incurie de journalistes refusant de prendre le moindre recul, de tenter un semblant d’analyse, se vautrant dans le pathos sur le dos de parents éplorés aurait presque suffit à gâcher ma joie d’une manifestation réussie.

Pour la gâcher tout à fait, j’apprenais hier soir une nouvelle attaque de nos amis les obstétriciens.
Qui mérite une analyse de texte détaillée…

A la veille de la Journée des sages-femmes, le SYNGOF tient à reconnaître et à saluer leur rôle indispensable dans le confort et l’humanité qui entoure la naissance dans notre pays et qu’elles contribuent à renforcer.
Outre une rédaction manquant quelque peu de grâce, le mépris suinte dès cette première phrase qui nous dénie toute responsabilité médicale et nous renvoie à une caricature de nonnes épongeant avec dévouement le front des femmes en couche.

Mais il convient de demeurer vigilants sur la sécurité de l’accouchement qu’elle ne peuvent assumer seules et dès lors ne pas se laisser entraîner vers un assouplissement des procédures que notre pays a mis de longues années à faire vivre pour garantir à toutes les femmes et tous les nouveau-nés une sécurité constante.
Ainsi, nous ne pouvons assumer un accouchement seules ??? Alors que plus de la moitié des accouchements sont accompagnés/ réalisés/assistés (je cherche le mot juste !) par les seules sages-femmes ???  Et que la totalité des accouchements sont « surveillés » par les sages femmes qui ont en responsabilité le dépistage de toute anomalie ?

Il ne faudrait pas, attirés par des discours démagogiques, voire s’approchant du sectaire, de quelques-uns, que soit baissée la garde des normes et des recommandations.
On retrouve l’accusation sectaire, mise en cause facile, mille fois employée dès que l’on ose un tant soit peu s’affranchir du discours officiel. Pourtant nos propositions s’appuient sur des données scientifiques***, sur l’expérience de nombreux autres pays qui font autrement et mieux que nous. Nous n’invoquons pas la divine providence, nous pensons (si, si je vous assure, une sage-femme peut penser par elle même), nous analysons, nous randomisons…. et nous concluons que notre organisation française est dispendieuse, déshumanisée et pas assez sécuritaire !

Le travail d’équipe des sages-femmes, des gynécologues avec le renfort des nouveaux spécialistes de médecine générale doit toujours être réfléchi en conservant la préoccupation de ne pas laisser réaugmenter la morbi-mortalité périnatale.
Vous noterez le petit appel du pied vers les médecins généralistes, pourtant longtemps négligés par leur confrères spécialistes. Dans le domaine de la maternité et de la gynécologie « normales »,  sages-femmes et médecins généralistes ont beaucoup à partager. Devant la fronde des sages-femmes et le soutien grandissant des usagers, on serre les rangs et on appelle à la rescousse ceux que l’on ignorait hier.

Les femmes le savent bien et dans leur quasi-totalité plébiscitent dans les sondages (Etude Magic Maman 2011)****, l’organisation actuelle. Rappelons, pour mémoire, que dans un sondage récent 96% des jeunes mamans estimaient avoir été bien prises en charge médicalement et 85% bien prises en charge humainement. Il faut y voir la signature du travail conjoint des sages-femmes et des gynécologues. Ne laissons pas refleurir périodiquement les modes délétères de l’accouchement « comme chez soi » !
Dans le même temps, laissons les maternités fermer et les femmes parcourir de nombreux kilomètres pour se rendre dans un lieu de naissance ; c’est bien connu, accoucher dans sa voiture sur le bas coté d’une départementale est une approche sécuritaire… Je n’ai pas connaissance d’un communiqué de presse du SYNGOF s’élevant contre les fermetures de maternité de proximité ( lors de l’AG du 12 mai, une sage-femme expliquait qu’après la disparition de son établissement, les femmes se retrouvaient à 80 km de la maternité la plus proche…).
En parallèle, continuons à ignorer les résultats positifs d’expériences étrangères, à hyper-techniciser les accouchements, à dépenser inutilement l’argent public. Continuons à refuser « l’assouplissement des procédures » (sic), à écarter toute innovation dans les prises en charge… ne touchons à rien.
Dormez braves gens, tout va bien !

Je l’ai déjà écrit ici, je ne fais la guerre à personne. Comme le SYNGOF ose le souligner, la périnatalité a besoin d’une équipe, c’est à dire des compétences – médicales ! – conjointes des sages-femmes, des généralistes et de divers spécialistes.
Mais de la même manière que je respecte le travail et les savoirs de ces praticiens, j’aimerais qu’ils respectent les miens.

 

*cf ce très complet billet de Knackie
**une exception découverte ce matin
***lire par exemple ici ou ici ou encore ici
****cf ce communiqué du Ciane qui n’a pas tout à fait la même analyse…

 

Mots-clés : , , | 1 commentaire