Addict !

Publié par 10lunes le 5 juillet 2016 dans Profession sage-femme

 

magnet

Cette nuit, j’ai « fait » un accouchement… je peux pas dire j’ai accouché. Il n’y a toujours pas de mot dans la langue française qui permette de différencier celle qui accompagne et celle qui met au monde. Alors j’écris je fais alors que j’ai rien fait.

C’était un peu la panique à la maternité, toutes les salles étaient pleines, l’équipe débordée. Moi j’arrivais du marché  d’à coté avec mes poireaux à 10 euros le kg – un peu cher mais faut bien soutenir les petits producteurs bios.

Mon cabas sous le bras, je passais dire bonjour à une amie en fin de grossesse.
Je l’ai retrouvée en salle de naissance. Elle était en travail, surprise d’en être déjà là, juste accompagnée de sa mère. Un peu dépassée par les événements la mère.

Quand je suis entrée, sa fille avait très envie de pousser… elle était d’ailleurs en train de passer de l’envie à l’action. Pas le temps d’appeler une des sages-femmes de garde, la tête faisait déjà bomber le périnée. Je me suis débarrassée de mon cabas, éparpillant quelques feuilles de blette au passage.

Plus le temps de mettre des gants ; poser une main légère sur une bosse brune et bouclée, chuchoter à la mère : Souffle doucement, il est là ton petit, si tu tends ta main tu vas toucher sa tête. Sentir les cheveux humides sous ma paume, vaguement poisseux (poisseux n’est pas le bon mot, poisseux ça évoque quelque chose de sale, et rien de sale dans ce contact…), l’encourager encore à souffler doucement, craindre que le périnée tendu ne résiste pas à la dernière pression, le voir finalement s’ouvrir sans une déchirure, glisser mes doigts autour du cou, dégager le circulaire qui s’y enroulait, attendre que la mère pousse encore un peu pour passer les épaules, la voir tendre ses bras en criant Mon bébé ! l’aider à remonter l’enfant vers elle en sécurisant le mouvement par une main posée sous les petites fesses, s’émouvoir de son émotion à elle, sentir cette odeur particulière de liquide amniotique envahissant la salle.

Ensuite…
Ensuite je me suis réveillée.
Et l’intensité de ce rêve et de son souvenir me montre combien cette partie de mon métier me manque encore.

Pourtant, j’aime tellement ce que je fais maintenant. J’aime décider de ma façon de travailler sans avoir de compte à rendre à d’autres qu’aux femmes et à moi-même. J’aime disposer du temps qui m’est nécessaire. J’aime ne pas avoir à m’écarteler entre deux demandes (voire bien plus) simultanées. J’aime la complicité se tissant au fil des mois, des semaines, des années. J’aime pouvoir plaisanter, provoquer parfois, parce que nous nous connaissons suffisamment pour qu’elle ne doute pas de ma volonté de l’aider ; qu’elle peut être certaine que mon humour n’est jamais de l’ironie, mon insistance jamais une volonté de contraindre.
J’adore mon métier au quotidien.

Hier, j’ai essuyé une larme en consultation parce que la femme me racontait comment une de ses amies, que j’avais suivie il y a 15 ans et jamais revue depuis * parlait encore avec émotion de SA sage-femme.

En deux mots comme en mille, j’adore ce que je fais et la continuité relationnelle que l’exercice libéral m’offre.
Mais mon rêve me montre que je n’ai pas encore totalement tourné la page.
Cela dit, il m’arrive encore de rêver que je fume,  pourtant ça fait 20 ans que j’ai arrêté !

 

 

*Avant que nous obtenions la compétence en « gynécologie de prévention », la sage-femme disparaissait forcément du paysage une fois les maternités passées.

 


PUB ! Le ministère de la Santé a préparé une campagne de communication sur les sages-femmes. Il n’a par contre pas prévu de gros moyens de diffusion… Mais qu’à cela ne tienne, si chacun la relaye, ça peut, ça va largement circuler ! Je compte sur vous  😉

 

affiche-sages-femmes_aggrandie2

Et aussi
– des
témoignages de « patientes »
– un
dépliant qui présente tout ce qu’une sage-femme peut et sait faire.

 

 

Mots-clés : , , , , | 4 commentaires

Ne vous inquiétez pas, néanmoins…

Publié par 10lunes le 26 juin 2016 dans Formation/déformation, Pffffff

 

maxresdefault

Ne vous inquiétez pas et néanmoins sont les deux mantras d’une vidéo postée par un site « d’information santé ». Vidéo dont je ne donnerai pas le lien, parce que je veux ici dénoncer un discours, pas la collègue qui le récite. Je ne sais pas comment cette vidéo a été tournée, quel contrôle cette sage-femme a eu sur la version finale. Surtout, je ne sais pas quel est son parcours et je sais trop bien quel aurait pu être le mien sans un petit coup de main du destin.

J’ai donc choisi de vous copier les mots et vous certifie l’exhaustivité de la copie.

 

Bonjour, je m’appelle Gudule* je suis sage-femme.  Nous allons voir aujourd’hui les questions qu’on n’ose pas poser sur l’accouchement.

Première question : Est-ce que je vais avoir mal ?
La douleur est une sensation subjective, nous n’avons pas toutes le même seuil de douleur.
Parler de seuil de douleur, c’est sous-entendre que son niveau serait unique mais, selon que l’on soit douillette ou courageuse, sa tolérance variable. Pourtant, de multiples facteurs vont influer sur le vécu de la douleur, en particulier le stress (et perso, si on me bassine avec des ne vous inquiétez-pas… je stresse). Tout ce qui aide ou empêche le glissement dans l’état de conscience si particulier de l’accouchement favorise ou bloque la sécrétion d’endorphines.

Néanmoins, la période de pré-travail peut être douloureuse.  Les contractions seront présentes toutes les 10 minutes, peu douloureuses, puis elles vont s’accentuer toutes les 2, 3 minutes, assez régulières et douloureuses. 
Je m’insurge (oui, à ce point !) contre cette description mathématique des contractions. Elle laisse penser que tous les utérus avancent de la même manière, indépendamment du corps et de la psyché qui les accompagnent. Les contractions peuvent être immédiatement rapprochées, rester espacées ou irrégulières jusqu’à la naissance. Cette description minutée du rythme du travail fait que nombre de femmes ont l’impression que rien ne se passe comme prévu et s’en tracassent. Alors que ça se passe et c’est tout.

Une fois la péridurale posée, vous ressentirez les contractions utérines mais vous n’aurez plus mal. Lors de l’accouchement, vous pourrez sentir une pression mais vous n’aurez plus mal non plus.
Comprenez bien, quel que soit votre seuil de douleur, la péridurale est un incontournable de la salle de naissance !!

L’accouchement sans péridurale est différent. Il vous faudra une solide préparation à l’accouchement reposant sur le souffle et la maîtrise de soi. La douleur sera constante jusqu’à l’accouchement.  Le travail peut être long si votre fœtus n’arrive pas à se positionner correctement dans votre bassin. A tout moment vous pouvez poser une péridurale, ne le considérez  pas comme un échec.
L’accouchement sans péridurale passerait plutôt par le lâcher prise. Se préparer à mettre au monde, ce n’est surement pas être formatée à souffler en cadence… Prendre confiance dans ses ressentis, se savoir compétente et capable de s’adapter me semble bien plus « solide ».

Une autre question que les femmes enceintes se posent régulièrement : Est ce que nous pouvons poser la péridurale à tout instant ?
Souvent la péridurale est posée à partir de 3 cm. Nous attendons cette dilatation afin d’être surs que le travail est bien lancé. Néanmoins, si les douleurs sont trop importantes, nous pouvons poser la péridurale avant.  La péridurale peut être posée jusqu’à dilatation complète. Cela s’appelle une rachi-anesthésie. Elle agit du coup instantanément.
Sans péridurale, pas de salut. Et si vous aviez pensé pouvoir faire sans, on vous le dit, ne vous entêtez pas, jusqu’au bout c’est possible. C’est vrai – mais variable selon les organisations de maternité – et parfois au prix de l’absence totale de sensation.

Néanmoins si la douleur est trop vive, nous pouvons choisir de nous installer car seul l’accouchement pourra  vous soulager.
Vous vous demandez bien quelle installation va vous soulager ? Le terme est un peu jargonnant et signifie que la sage-femme vous met en position pour pousser. Ca veut dire surtout que la sage-femme décide du quand et du comment (sans attendre votre besoin de pousser).

La question qui en découle est : est-ce que j’aurais assez de péridurale jusqu’à l’accouchement ?
Le travail peut durer  7 à 8 heures.  Ensuite nous pouvons attendre jusqu’à 2 heures que le bébé descende dans le bassin. Mais ne vous inquiétez pas la péridurale continuera jusqu’à la fin de l’accouchement.
Une énième couche de péridurale. Aucune nuance apportée sur l’efficacité, réelle mais pas toujours optimale ; aucune information sur la PCEA qui permet aux femmes de controler elles-mêmes la dose d’analgésie nécessaire. La PCEA n’est pas disponible dans tous les établissements mais c’est une information utile aux femmes qui pourraient alors interroger la maternité choisie.

La question que toutes les femmes enceintes se posent est la question des selles. Est-ce que nous allons avoir des selles au moment de l’accouchement ?
Seules 10 % des femmes sont dans ce cas. 
Personne ne sait d’où vient cette statistique de 10 % (j’ai demandé aux copains/copines). Et puis les chiffres on s’en fiche un peu. Même si la probabilité est de 1%, si c’est toi le 1 %, tu te sens très concernée.

En effet, cela fait 12 à 24h que vous supportez des contractions utérines douloureuses, vous n’avez pas ou peu mangé. Au moment de l’accouchement, nous vous posons une perfusion qui vous alimente par voie veineuse. Néanmoins vous pouvez sentir comme une pression au moment de l’accouchement. Si on reprend le bassin, le coccyx se met en arrière de manière à laisser passer votre bébé. C’est ce mouvement-là qui peut vous amener à penser d’avoir des selles au moment de l’accouchement. Pas de panique il ne se passera rien.
Effectivement le coccyx bascule mais la sensation de rectum plein n’a rien à voir. Elle est liée à la pression de la tête à travers la paroi vaginale. Cette sensation d’appui est présente pour toutes les femmes (plus ou moins gommée par une éventuelle péridurale) mais toutes ne vont pas à la selle. Rien à voir avec leur supposée jeûne de 12 à 24 heures (minutage au doigt mouillé un poil anxiogène), pour la plupart  leur rectum s’est vidé en début de travail.
Pour les autres, il se « passera bien quelque chose ». Il leur restera donc à paniquer comme les explications leur suggèrent.

Une autre question qui peut revenir, c’est est ce que je vais avoir mal si on utilise des instruments pour la naissance?
Suivant le mode d’accouchement, nous pouvons utiliser soit une ventouse, soit des forceps ou alors des spatules. Avec la péridurale vous sentirez la pose des instruments mais vous n’aurez pas mal.
Puisqu’on vous dit qu’une péridurale est in-dis-pen-sa-ble !

L’autre question qui en découle  c’est : est ce que mon bébé va être déformé par ces instruments ?
Ne vous inquiétez pas. Le bébé lorsqu’il descend dans votre bassin doit s’adapter. C’est pour cela qu’il a une tête un peu allongée. Cela peut être majoré par l’utilisation d’instruments.
Les forceps violents qui pouvaient avoir un impact sur le crane du nouveau-né ont laissé la place aux césariennes. La tête allongée n’est que le résultat de son adaptation pour traverser le bassin maternel. Et si l’accouchement est long et laborieux, cette déformation sera plus importante encore.
Par contre, la ventouse crée – du fait de la dépression – un œdème sur le sommet du crane.

Ne vous inquiétez pas, au bout de 24 heures votre bébé retrouvera une tête bien ronde. Une consultation chez l’ostéopathe peut être nécessaire à la sortie de la maternité.
Le crane met souvent plus de 24 heures à se remodeler, même quand aucun instrument n’est utilisé. Et enchainer tout revient à la normale mais faudra peut-être consulter, c’est … dissonant. 

Une autre question récurrente c’est : l’épisiotomie, est-elle systématique ?
La sage-femme ou l’obstétricien prendra la décision de la réaliser si une déchirure du périnée semble inévitable. L’épisiotomie fait peur pourtant la cicatrisation d’une épisiotomie est plus facile qu’une déchirure
C’est acquis depuis longtemps dans d’autres pays et depuis 2005 en France ; l’épisiotomie ne protege pas le périnée et elle ne cicatrise pas mieux  qu’une déchirure.

Votre conjoint sera présent à tout instant.
N’y aurait-il qu’un modèle unique ? Le mot « conjoint » exclut femmes seules, en couple avec une autre femme,  qui ne souhaitent pas la présence de leur compagnon, dont le compagnon ne souhaite pas être présent.

Pour la pose de péridurale, votre conjoint sera amené à attendre à l’extérieur de la pièce pour des raisons d’hygiène.
Le motif me rappelle un épisode récent de « babyburk » ou un soignant (sage-femme ? anesthésiste ?) assénait à un père demandant très poliment à rester auprès de sa femme pendant la pose de la péridurale « Non et ce n’est pas négociable ! ».
Là aussi l’hygiène était convoquée pour justifier l’arbitraire.

Si l’obstétricien décide de réaliser une césarienne, votre conjoint peut être amené à attendre à l’extérieur de la pièce.
Bis repetita. Et présenter comme banal le fait que l’accompagnant ne puisse aller au bloc en cas de césarienne court-circuite toute discussion sur le sujet avec l’équipe.

Voilà, j’espère que ces conseils vous seront utiles. N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne maman gnangnan * et à bientôt pour une nouvelle vidéo.

Vous me direz que tout cela n’est pas si grave et que mes remarques ne changent pas foncièrement le fond du discours.
Mais se conjuguent maladresse du propos, approximations et injonction anesthésique sur un fond anxiogène peu contrebalancé par le propos plus lénifiant que rassurant.
Le ton est sirupeux, concentré de gnangnantitude. Le formatage assumé. 

Ne vous inquiétez pas, on s’occupe de tout.
Dormez braves gens.
Dormez !

NB : Orcrawn a aussi été « inspiré » par cette vidéo. Plein de similitudes avec son billet et pourtant on ne s’est même pas concertés. Juste je lui ai piqué le prénom qui rebaptise la sage-femme…

_________________
*Afin de préserver l’anonymat, les noms ont été modifiés  😉

 

 

 

Mots-clés : , , , , , , , | 17 commentaires

Entre nos mains

Publié par 10lunes le 1 janvier 2014 dans Profession sage-femme

 

project_picture

J’ai terminé l’année en douceur en regardant « Entre leurs mains », magnifique documentaire consacré à l’accouchement à domicile, mais militant bien plus largement  pour une naissance respectée.

Ce que l’on y voit de l’accompagnement des sages-femmes filmées est humain,  juste, chaleureux, empathique, en un mot évident. Mais ce faisant, le film montre en filigrane comment l’organisation actuelle des établissements conduit à délaisser ces évidences.

Qu’il est triste d’entendre les femmes raconter les conditions de leur accouchement en maternité, qu’il est triste d’entendre les sages-femmes hospitalières évoquer ce qu’elles « font » aux femmes, ou plutôt ce qui leur est imposé de faire aux femmes. Le constat est glaçant.

Et c’est de notre responsabilité collective, à nous sages-femmes, à nous tous soignants, de changer cela.

Cet accompagnement attentif ne doit pas être, ne peut plus être une exception réservée à quelques femmes informées, déterminées et suffisamment chanceuses pour trouver une sage-femme proposant un accompagnement global.

Les sages-femmes sont en souffrance. Certaines se protègent et s’accommodent du fonctionnement actuel, devenant des techniciennes émérites. D’autres se désolent au quotidien et tentent de préserver ce qu’elles peuvent d’humanité dans les heures qui entourent une naissance.

Mais nous pouvons changer de paradigme ! 

Il « suffit » *que les sages-femmes puissent exercer vraiment leur métier, partout, à la maison comme en maternité.
Il « suffit » que les sages-femmes se mobilisent pour que l’organisation des structures ne les réduise pas à n’être que celles qui monitorisent, tensionnent, perfusent, périduralisent et délivrent.

Il ne s’agit pas de se reposer sur la supposée bienveillance de mère nature, ni de nier l’importance du suivi médical. Le documentaire d’ailleurs évoque les possibles aléas à travers quelques images, un transfert du domicile vers la maternité en cours d’accouchement parce que le travail n’évolue pas correctement, un monitoring (tenu à la main pour éviter à la mère l’inconfort d’une ceinture enserrant son ventre), des bilans sanguins discutés en consultation.

Mais en obstétrique, la médecine se doit d’être d’abord préventive. Nous avons le plus souvent affaire à des femmes en bonne santé, nous disposons d’efficaces outils de surveillance permettant d’anticiper nombre de pathologies et l’intervention n’est pas la règle mais l’exception.
Il nous faut retrouver cette tranquille sérénité incarnée par les quatre sages-femmes de ce documentaire. Savoir suivre grossesse et accouchement en pariant sur les compétences intrinsèques des femmes à mettre leur enfant au monde, tout en restant dans une discrète mais réelle vigilance.

Il nous faut aider les femmes à retrouver une confiance dont on les a dépossédées à coup de discours anxiogènes, de prises en charge déstabilisantes et de télé-réalités scénarisées.

Que perturbons-nous dans le processus de mise au monde en réduisant l’accouchement à l’extraction d’un fœtus d’un utérus ? Que modifions-nous dans l’accueil de ce nouveau-né ?

On m’objectera que les femmes qui accouchent et les enfants qui naissent ne vont pas si mal.

Regardez « Entre leurs mains » pour comprendre comment ils pourraient aller… autrement…  

 

Le film est disponible  en replay ici jusque fin janvier 

* Ne me taxez pas de naïveté, le « il suffit » est ironique. Les deux derniers mois ont démontré combien la parole des sages-femmes était inaudible. La pesante réalité du quotidien face à de grandes avancées. Mais nous pouvons chacun essayer de faire chaque jour un tout petit pas… Ne pas se taire en est un.

 

 

Mots-clés : , , , , , | 23 commentaires

Braderie de fin d’année !

Publié par 10lunes le 22 décembre 2013 dans Militer

 

manif SF 7-11

En ce moment, les sages-femmes se font entendre et je ne moufte pas. C’est pas vraiment mon habitude hein, en général j’arrive à suivre ce qui se passe. Mais là, niet, nada… j’ai l’impression de ne rien comprendre.

Parce qu’au départ c’est clair ! Les sages-femmes portent des revendications partagées par toutes :  reconnaissance de leurs compétences, réelle autonomie d’exercice pour que ces compétences puissent être mises en œuvre, parcours de soin utilisant au mieux les dites compétences et puis un peu aussi de meilleurs salaires (ce point ne concerne pas les libérales mais je suis évidemment solidaire).

Simple, carré, évident.

Sauf que tout cela achoppe sur le statut qui semble diviser les sages-femmes.
On pourrait même dire que ça achoppe sur un point de vocabulaire : « mé-di-cal ». Encore une fois, le classement des professions de santé – quasi spécificité hexagonale – en deux catégories, médicaux/paramédicaux, complique la donne. Ainsi, Michel Sapin, ministre du travail s’autorise à interpréter (mais de quoi qu’il se mêle !) « [Le travail des sages-femmes] mérite une reconnaissance mais ce ne sont pas des médecins ». Personne ne le prétend et surtout pas les sages-femmes. Mais le code de santé publique a déjà tranché, les sages-femmes sont une des trois professions médicales. Point. 

Les objectifs sont donc communs à toute la profession. Mais les chemins qui y conduisent au sein de l’hôpital font débat. Et Marisol Touraine s’empare avec bonheur de ces divisions. Apres avoir annoncé en novembre une phase de concertation suivie de décisions définitives rendues le 20 décembre, elle annonce ce jour là qu’il est urgent d’attendre. L’annonce de la fin 2013 serait donc définitive fin mars 2014.
Ou comment tenter de laisser un mouvement s’épuiser.

Les sages-femmes se seraient mobilisées depuis deux mois pour en arriver là, c’est-à-dire pas très loin ?
Puis vient ce communiqué et là, je me dis qu’elles ont gagné !!!

Paradoxal ?
Mais si certains s’abaissent à ce genre de grossière attaque, c’est que le balancier balance et que la place des sages-femmes devient enfin plus visible.

Sachez Mesdames et Messieurs de la FNCGM que le gouvernement n’a pas à confier la santé des femmes à quiconque. De droit, nous faisons partie des praticiens à qui les femmes peuvent s’adresser. Elles sont adultes et autonomes et confieront leur santé à qui elles le voudront…  Sachez aussi que certaines confient déjà leur santé – génésique – aux sages-femmes et qu’elles sont chaque jour plus nombreuses à le faire. Sachez enfin que les sages-femmes qui les reçoivent s’attachent justement à dépister tout antécédent, toute anomalie qui justifierait de passer le relais.

Mais quand une sage-femme doit diriger une femme vers un gynécologue parce que la situation nécessite ses compétences spécifiques, comment pourrait-elle l’adresser à un signataire de cette pétition ?

Nous ne sommes pas médecins, ne prétendons pas prendre leur place. Nous demandons simplement à être respectées pour ce que nous faisons au quotidien, à pouvoir exercer la profession pour laquelle nous sommes formées.

Le méprisable mépris dont vous faite preuve dans ce communiqué, la pitoyable pétition qui l’accompagne sont révélateurs de votre mode de pensée. Vous grands chefs, nous dociles fourmis ouvrières.

Mesdames et Messieurs de la FNCGM, à tous les étages du système de soin, dès que l’un pense détenir le savoir et réduit l’autre à la simple exécution, il fait fausse route et met en péril la qualité des soins.

Je souhaite travailler avec vous, j’ai besoin de vous.
Mais sans respect réciproque, nous et les femmes dont nous prenons soin, nous sommes bien mal barrés !

 

Photo : manifestation des sages-femmes © « sage-femme en colère »

PS : la succession d’articles « militant » a de quoi lasser les non sages-femmes qui passent par ici. Je vais profiter de la la trêve de Noël pour revenir à d’autres thèmes qui me sont tout aussi chers…

 

Mots-clés : , , , , | 13 commentaires

Les femmes et les enfants d’abord

Publié par 10lunes le 24 octobre 2013 dans Militer

 

sink580_gallery__550x373

Les sages-femmes sont en colère. Toutes les sages-femmes.
Les sages-femmes sont en grève, pas toutes. Mais le mouvement s’étend.

La dernière grève de grande ampleur, c’était de mars à avril 2001.
12 ans, 7 mois et 25 jours plus tard, on pourrait copier-coller cet article. C’est juste… pire !

Les maternités ferment, les accouchements sont regroupés sans que les effectifs aient suivi. On rationne les moyens et on rationalise les prises en charge comme dans les « meilleures » usines.

Les femmes passent de mains en mains au gré des consultations, échographies, préparations (quand elles sont encore assurées) accouchements, suites de couche. Dans certaines maternités, il existe une sage-femme de tri d’accueil. Vous arrivez pour accoucher, elle assure les premiers contrôles, confirme votre mise en travail… et passe la main à une autre.

Une autre qui doit savoir se démultiplier tant l’utopique mais si souhaitable « une femme/une sage-femme » semble hors de portée.
Et si les sages-femmes tentent de pallier au mieux le surbooking des services, de temps à autre, elles échouent.

Notre système est devenu fou. Ailleurs, la périnatalité s’organise autrement, et mieux.
Sages-femmes premier recours !

Dautres savent parler mieux que moi de la réalité hospitalière. Cet ordinaire n’est plus le mien. J’ai eu la chance de voir s’ouvrir des chemins de traverses qui font mon bonheur quotidien.

Mais hors des murs de l’hôpital rien n’est simple non plus. En témoignent les nombreux rassemblements  prévus samedi pour le droit de choisir son lieu d’accouchement.

Défendre les conditions de travail en maternité ou l’exercice à domicile, ce ne sont au final que les deux versants d’une même histoire. La longue histoire commune des femmes -des couples- et des sages-femmes.
Aujourd’hui, les secondes réclament des conditions d’exercice permettant aux premiers de vivre au mieux ces moments essentiels.

 

Une pétition est à signer

 

NB: j’avais décidé de ne pas insister sur une méconnaissance de notre profession qui confine parfois au mépris… mais je tombe sur cet interview de « notre » ministre consacré à la santé des femmes. Elle réussit ce tour de force : aborder maternité, sexualité et contraception sans que soit prononcé une seule fois le mot « sage-femme ».

 

 

 

Mots-clés : , , , | 7 commentaires

Avis de tempête

Publié par 10lunes le 9 septembre 2013 dans Militer

 

dscn0030

Le temps est à l’orage. Au départ, un court texte dans la dernière revue de l’Ordre (en page 6) arrivée dans les boites à lettre des sages-femmes par une chaude journée d’été.

Pratique des accouchements à domicile
Le Ministère des Affaires sociales et de la Santé nous ayant récemment interpelé sur la pratique des accouchements à domicile programmés par des sages-femmes sans couverture assurantielle, il nous a semblé utile d’apporter les trois précisions suivantes :
• Il appartient à notre Ordre d’assurer la meilleure garantie possible aux usagers et aux professionnels et donc de rappeler qu’une couverture assurantielle est indispensable à la pratique des accouchements à domicile lorsqu’ils sont programmés.
• Les sages-femmes libérales sont tenues de souscrire une assurance destinée à les garantir pour leur responsabilité civile professionnelle qui est susceptible d’être engagée en raison des dommages subis par des tiers et résultant d’atteintes à la personne survenant dans le cadre de leurs activités
• Le manquement à cette obligation peut être sanctionné au niveau disciplinaire mais aussi au niveau pénal.

On a tous espéré que ça en resterait là. L’Ordre, bien obligé de jouer sa fonction de garant de la déontologie, s’en acquitte en faisant un bref rappel de la loi. Basta.

Dans les paragraphes suivants, je vous demande de pardonner les nombreuses parenthèses, nécessaires à la compréhension du dossier pour ceux qui n’y sont pas plongés au quotidien.

Car le dossier est complexe ; la grande majorité des sages-femmes pratiquant des accouchements à domicile n’est pas assurée pour cet acte. Les quelques exceptions sont celles qui pratiquent depuis des décennies et qui bénéficient de la reconduction annuelle et tacite d’un contrat vieux comme Hérode.
Pour les autres, plus récemment arrivées sur le marché, la situation s’est sacrément compliquée depuis l’année 2000, date à laquelle la dernière offre d’assurance pour la pratique de l’accouchement à domicile a disparu.
Puis ça s’est re-compliqué en 2002 avec la loi Kouchner venant imposer – très normalement – aux professionnels de santé d’être assurés pour leurs actes. Travailler sans assurance, c’est risquer l’interdiction d’exercice et la bagatelle de 45 000 € d’amende.

Les  associations et syndicats de sages-femmes se sont mobilisés, les associations d’usagers également. De nombreuses démarches ont été entreprises que l’on peut résumer ainsi :

– Auprès des assureurs français. Aucun ne s’est montré intéressé; trop peu de professionnels concernés (donc peu de contrats potentiels) et des indemnisations possiblement onéreuses (évaluées à la très grande louche puisque même si les sages-femmes pratiquant l’AAD collectent leurs données, il leur est opposé que le risque est si faible qu’il est … incalculable !)

– Auprès des assureurs  étrangers ensuite. Mais aucun n’a donné suite (la jurisprudence française et le montant des indemnisations parfois octroyées par les tribunaux les dissuadent de toute proposition).

– Les sages-femmes se sont ensuite tournées vers le  BCT (bureau central de tarification) pour qu’il impose aux assureurs de les couvrir (sur le même principe que les assurances automobiles, si toutes les compagnies refusent de vous prendre en charge, le BCT désigne l’une d’elle qui est obligée de vous assurer). Le BCT est donc intervenu avec succès. Les assureurs ont été dans l’obligation de couvrir les sages-femmes.

Amère victoire !
Ils ont proposé une assurance au tarif des obstétriciens soit 19 000 € (en 2008). Pourtant les obstétriciens ne prennent pas en charge les mêmes situations (un accouchement à domicile suppose que tout se présente au mieux et qu’aucune intervention ne s’annonce nécessaire. Dans le cas contraire, il y aura transfert vers une maternité). Ils n’ont pas les mêmes revenus (l’UNASA annonce un revenu moyen 2012 de 91 297 € pour les obstétriciens et 24 697 € pour les sages-femmes). De plus, l’assurance maladie prend en charge jusqu’à 50% du coût de l’assurance des obstétriciens mais ne prévoit rien de tel pour les sages-femmes… 

Le blocage dure donc depuis des années. Ce n’est pas faute d’alerter politiques (en 2010, un député s’était aventuré à poser une question au gouvernement, la réponse est « savoureuse »… ) et pouvoirs publics. Cette situation est connue de tous et de longue date. La cour des comptes l’avait d’ailleurs souligné en 2011 et je l’avais évoqué ici.

Il est donc particulièrement irritant que chacun fasse mine de découvrir cette impasse et de s’en émouvoir. En ce moment, les sages-femmes libérales reçoivent un courrier de l’Ordre leur posant deux questions :
– pratiquez vous des accouchements à domicile programmés ?
– si oui, êtes vous couvertes par une assurance ?

Qu’est ce qu’elles peuvent bien répondre mes collègues concernées ?
– être honnête et risquer l’interdiction d’exercice et une amende correspondant à deux ans de revenus moyens ?
– être honnête et s’engager à cesser les AAD pour être en règle ?
– mentir et nier ?

A quoi sert de poser une question dont on connaît parfaitement la réponse sinon à demander aux sages-femmes de se désigner coupables ?

Sortons de cette hypocrisie. Le coût de l’assurance ne peut être déconnecté des revenus de ceux qui la payent.
Je n’ai aucune idée de la capacité d’intervention de l’état sur les tarifs des assureurs mais deux autres options sont possibles et indispensables !
– revaloriser subséquemment l’accouchement. Le tarif actuel, 313.60€ pour la prise en charge de l’accouchement ET des visites à domicile de suivi de la mère et enfant pendant 7 jours, est une insulte au travail des sages-femmes. Rappelons aussi que l’assurance maladie qui oppose la convergence tarifaire (même acte = même tarif pour tous les professionnels) à nos demandes de revalorisation vient d’inventer un magique coefficient multiplicateur pour revaloriser le tarif accouchement des obstétriciens (cf ce courrier syndical). 
– participer au financement de l’assurance des sages-femmes comme cela est fait pour les obstétriciens.

Toute autre attitude reviendrait à interdire aux femmes d’être accompagnée d’une sage-femme lors d’un accouchement à domicile…

 

PS militant
En tant que sage-femme solidaire de mes consoeurs, je vais répondre à ce courrier d’un ni oui ni non du plus bel effet (cf http://www.unssf.org/index.php?mact=CGBlog,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=220&cntnt01returnid=16) et j’encourage toutes les sages-femmes à faire de même.
En tant que femme et citoyenne, j’invite chacun à se poser la question du libre choix, du droit des femmes à disposer d’elles-même et du symbole que serait une interdiction déguisée de l’AAD. Un petit courrier à votre député ? (on peut même s’appuyer sur cet avis de la Cour Européenne des Droits de l’Homme)

 

Pub5e Colloque de la Société d’Histoire de la Naissance : 

Naître à la maison, d’hier à aujourd’hui Châteauroux, les 21et 22 septembre 2013

 

 

 

Mots-clés : , , , , | 1 commentaire

Accès refusé

Publié par 10lunes le 19 mai 2013 dans Vie des femmes

 

open-blocked-websites

Les bornes c’est toujours un peu embêtant. A 90 sur une nationale, on est bon, à 91 on l’est plus. La limite a ce petit caractère arbitraire qui t’énerve quand tu t’y coltines. 

L’exercice des sages-femmes connait de nombreuses limites ; certaines sont floues « Lorsque la sage-femme constate des antécédents pathologiques, elle adresse la femme enceinte à un médecin ». L’antécédent pathologique, ça peut être tout et donc n’importe quoi et ça s’interprète au bon vouloir de chacun… D’autres limites sont clairement absurdes ; nous pouvons traiter l’infection urinaire chez la femme enceinte. Mais dès le lendemain de l’accouchement, c’est ballot, on a plus la compétence !
Et puis il y a la limite qui fait l’objet de ce billet ; les sages-femmes peuvent « pratiquer la rééducation périnéale en cas de troubles consécutifs à un accouchement ».

Le bonjour est sonore, le sourire lumineux. Elle évoque son parcours un peu chaotique avec un humour distancié. Son second degré caustique me ravit. Tout de suite, le courant passe.
Je l’interroge afin de mieux cerner les motifs de sa consultation. Entre les lignes de ses réponses se dessine une personnalité atypique, foisonnante. Dans un autre contexte, nous aurions pu rapidement sympathiser. 
Ce qu’elle raconte de ses errances médicales donne plus encore l’envie de l’aider.
Je me concentre sur ses symptômes, évoque quelques débuts de pistes pas encore explorées pour le traitement. Elle happe chaque perche tendue, imagine déjà un progrès possible. D’évidence, nous allons « bien » travailler ensemble.

Une question encore, « Comment se sont passés grossesse(s) et accouchement(s) ? »
Elle secoue la tête, « Inutile de chercher de ce côté, je n’ai pas eu d’enfant ».

Tilt !
La limite est franchie. J’ai oublié de poser la question de la maternité au moment de la prise de rendez-vous. Et la demi-heure passée ensemble était si riche que le sujet est venu tardivement.

Regrettant de ne pouvoir aller plus loin, j’explique la « limite » et m’en excuse. Je commence à lui indiquer les kinésithérapeutes qu’elle pourrait consulter.

Elle m’interrompt, visiblement déçue.
«J’ai eu une IVG, ça compte pas ? »

 

 

 

Mots-clés : , , , | 1 commentaire

Bruits

Publié par 10lunes le 25 octobre 2012 dans Profession sage-femme

2994066524_21f2a2a80e_z

Le week-end dernier, un fait divers dramatique a occupé les médias qui ont unanimement relayé une version simpliste et reprise en boucle, à base de déserts médicaux et de fermetures des maternités de proximité. Après les médias se sont engouffrées les représentations professionnelles, reformulant les faits pour mieux les faire coïncider avec leurs propres combats. Les politiques ont renchéri – persistance de l’absurde agitation coutumière au mandat précédent ? – Le président a demandé publiquement l’ouverture d’une enquête administrative et MN Lienemann, sénatrice PS, réclamé un moratoire sur la fermeture de maternités. Enfin, Pelloux en a appellé aux maisons de naissance. Je devrais m’en réjouir mais là encore, il ne s’agit que d’attirer la lumière ; une maison de naissance n’est pas un lieu d’accueil pour un enfant prématuré.

Chez les sages-femmes, ça bruisse aussi. Elles se sentent oubliées, les médias ont causé maternités, gynécologues, mais pas d’elles. Il faudrait réagir. Ca discute, ça temporise… les uns et les autres finissent par publier leurs communiqués. 

Quelle que soit la justesse des causes défendues, cette curée où chacun tente d’utiliser l’émotion (le voyeurisme ?) me désole. Le monde médiatique semble ainsi fait que nous ne puissions débattre sur la place publique qu’à « l’occasion » d’un drame individuel …

Mais la difficulté d’accès aux soins n’est pas que géographique. Dans le même temps, les syndicats de médecins négocient leurs (tarifs) pardon, leurs dépassements d’honoraires. Les raisonnements spécieux fleurissent, invoquant le non remboursement par l’assurance maladie des dits dépassements pour contester sa place dans ce débat. La belle idée de 1945, garantissant un égal accès aux soins pour tous, est balayée. Oui les tarifs médicaux ne sont pas toujours à la hauteur des études/des responsabilités/du temps passé/de l’investissement- cf ce billet de Fluorette, médecin généraliste, qui détaille comment son exercice se vit au quotidien. Mais comment peut-on parler de santé en parlant de loi du marché ?! Certains osent évoquer les cabinets débordant des spécialistes en secteur 2 pour expliquer que les gens se font soigner, quelque soit la part restant à charge ! Et quid de ceux qui n’ont pas ou plus les moyens ? Que sont devenues les valeurs solidaires ? 

Et si vous voulez avoir une idée de ce que serait la santé sur le modèle américain, quand les assurances privées sont aux commandes, ce qui semble en train de se profiler en France, je vous invite très fort à lire cet article paru en 2009. Mesurons notre chance et faisons tous en sorte que le système ne s’effondre pas.

La politique de santé ne se pense pas dans l’urgence mais il y a urgence à la repenser.

 

 

PS prosélyte… :

Si j’étais médecin, je serai syndiquée au SMG 
Et comme je suis sage-femme, je suis syndiquée .

 

 

©Megatron Matrix – Nam June Paik

Mots-clés : , , , , , , | Ajouter un commentaire

Voix off, flou on

Publié par 10lunes le 12 octobre 2012 dans Médias

 

290689576_5842b1bd48_o

Le magazine de la Santé (France 5) consacrait cette semaine sa série « In vivo » aux sages-femmes. L’ensemble des émissions est disponible sur le site et une rediffusion est programmée demain samedi à 13h25.

Le reportage montre des sages-femmes autonomes, présentes dans tous les secteurs de la maternité, praticiennes accomplies, chaleureuses, efficaces, compétentes.

Pourquoi alors ma diffuse insatisfaction ? 

L’émission est ainsi présentée :
La grossesse n’est pas une maladie. Forte de cette évidence souvent oubliée, la maternité de l’hopital Necker redonne toute leur place aux sages femmes. Elles sont désormais seules en scène pour assurer la prise en charge des femmes avant, pendant et après leur acccouchement, tant qu’aucun problème médical n’apparait bien sûr. Echographie, accouchement, allaitement, babyblues, leurs compétences sont aujourd’hui pleinement reconnues.

Voilà ce qui me chagrine ! La voix off trouble le message porté par les images. L’exercice autonome des sages-femmes est présenté comme une innovation de l’hopital Necker alors que c’est ainsi dans toutes les maternités de France ; l’accent est mis sur la nouveauté, laissant penser que ces compétences nous ont récemment été octroyées. Si cela est vrai pour le « suivi gynécologique de prévention » (simplement cité au dernier épisode), c’est faux pour toutes les autres activités évoquées. Même l’échographie est une compétence de longue date des sages-femmes.

Mais surtout, la petite phrase « tant qu’aucun problème médical n’apparait » ponctuée par un « bien sûr » fortement appuyé, vient contredire la présentation, comme une affirmation de notre totale dépendance aux médecins. Elle omet que le dépistage de ces « problèmes médicaux » est de notre ressort et que nous prenons en charge certaines  – évidemment pas toutes – de ces situations sans avoir à en référer aux médecins.

Je n’évoque ici que l’introduction, répétée à chaque épisode. Mais ce sentiment de décalage entre les images et les mots persiste au fil des commentaires.
D’autres praticiens, sages-femmes et médecins, m’ont confirmé que cette impression de flou était partagée.

Peut-être sommes nous des chipoteurs acharnés. A chacun d’en juger après avoir vu mais surtout écouté ce documentaire.

 

©Photo

 

Mots-clés : , , , | Ajouter un commentaire

Prix d’excellence

Publié par 10lunes le 1 octobre 2012 dans Militer

2947069706_8fdd361b8a_b

Il faudra que je pense à remercier le Syngof qui se montre attentif à mes pannes d’inspiration et me donne régulièrement – un peu trop – matière à billets.

Voici donc un nouveau communiqué tout poli tout lissé pour s’étonner «de l’appel lancé par l’ordre des sages-femmes incitant les femmes françaises à les consulter en gynécologie»

« L’appel » est pourtant plus que discret ; il ne s’agit que d’une page sur le site de l’ordre intitulée «Histoire de la profession» qui, entre autres éléments, cite la compétence accordée aux sages-femmes depuis juillet 2009 dans le suivi gynécologique de prévention.

Le Syngof lance des attaques récurrentes contre notre profession. Les arguments utilisés sont eux aussi récurrents. Mes réponses finissent par l’être tout autant.

J’aurais donc pu bouder ce énième avatar de « c’est qui qu’est le meilleur » si, dans sa volonté de convaincre, le Syngof n’avait pas usé d’un nouveau qualificatif à notre égard. Soudaine reconnaissance «Elles [les sages-femmes] excellent en salle de naissance ». Cette reconnaissance se tempère cependant rapidement par le «dévouement» qui suit. Chers confrères, plutôt que de dévouement, parlons de compétences. Je ne me dévoue pas à mes patientes, j’exerce mon métier. Et si j’y trouve de grandes satisfactions, abnégation et renoncement, grands compagnons du dévouement, ne font pas partie de ma vie.

Donc nous excellons en salle de naissance alors que l’année dernière, le même Syngof souhaitait «demeurer vigilant sur la sécurité de l’accouchement qu’elles [les sages-femmes] ne peuvent assumer seules». Loin de moi l’idée d’affirmer l’inutilité des obstétriciens. Mais la tournure de la phrase et le contexte du moment laissaient à penser que nous n’étions que de stupides exécutantes.

La lutte de territoire semblant se déplacer sur le terrain de la gynécologie, le Syngof nous accorde enfin toutes les qualités en obstétrique.

Quoique..  le petit lapsus de ce communiqué de presse prouve que rien n’est gagné. Nous excellons (permettez-moi de me régaler de ce verbe)  mais «depuis toujours, les femmes françaises ont une relation privilégiée avec leur gynécologue – le « gygy » cher à Borée ? – ou généraliste pour tout ce qui concerne le suivi de leur grossesse ».

« Depuis toujours » est à la louche aussi précis que « ça fait bien longtemps », oublie l’histoire de l’obstétrique pratiquée par les ventrières bien avant que les barbiers (ancêtres des chirurgiens) ne viennent s’en mêler. L’imprécision du terme évite de s’interroger sur la répartition optimale des rôles entre sages-femmes et médecins. Mais surtout, cette affirmation convaincue élude une réalité : de plus en plus de femmes choisissent de s’adresser aux sages-femmes. 

Le résultat de l’excellence sans doute…

 

 

©Photo

Mots-clés : , , , , | Ajouter un commentaire