Bouclées

Publié par 10lunes le 22 décembre 2016 dans Naissance

 

c-22

Après plusieurs fausses alertes, elle le sait, le sent, son utérus travaille cette fois-ci de façon efficace.
Quelques heures plus tard, en route pour la maternité, les contractions réveillent ses doutes en s’espaçant.

Pourtant, la sage-femme qui les accueille ne doute pas et –  après avoir vérifié si l’examen était souhaité – annonce une dilatation de 6 cm.

Elle plonge dans sa bulle, cette conscience à la fois aiguë et distanciée qui marque le travail de l’accouchement.
Au rythme des vagues successives, l’univers se recentre sur son ventre.

La sage-femme passe régulièrement s’assurer que tout va bien, restant discrète, attentive à ne pas la déranger.
Plus tard, elle propose de percer la poche des eaux nacrée venue bomber à l’entrée du vagin.
Juste après, sans effort perceptible, l’enfant naît.

Si la praticienne a semblé à son compagnon avare en mots et en gestes, elle lui sait gré de sa discrétion, de sa confiance.

Et, malgré le flou de l’environnement qui marque toute naissance, un détail lui reste très précis : les jolies boucles d’oreilles de sa sage-femme.

 

 

Mots-clés : , , , , , | 2 commentaires

Questionnée

Publié par 10lunes le 21 décembre 2016 dans Vie des femmes

 

c-21Des gynécologues, elle en a rencontrés, plusieurs. Pourtant, elle ne demande rien d’extraordinaire, juste un praticien soucieux de prendre soin d’elle plutôt que de traiter son endométriose.
Vous me direz : c’est pareil.
Pas tout à fait.
En témoigne cette autre femme me racontant une consultation mal vécue « Faudrait qu’il réalise, y a quelqu’un autour ! » en désignant son ventre.

Ce jour-là elle a su avoir trouvé celui qui méritait sa confiance.
Parce qu’il lui a posé une question, en précisant qu’elle était libre d’y répondre ou pas, et aussi d’y revenir une autre fois.

Elle a pensé alors que celui-là ne s’étonnerait pas de sa crainte de l’examen, d’une émotion la submergeant, d’une réaction un peu vive ; qu’il ne lui reprocherait pas d’être trop tendue, ou trop inquiète, ou encore trop douillette.
Elle s’est dit avoir trouvé celui à qui elle ferait une réelle confiance.

Et elle a su tout cela quand il a demandé : « Avez-vous déjà subi des violences sexuelles ? »

 

Mots-clés : , , , | 8 commentaires

Normale

Publié par 10lunes le 19 décembre 2016 dans Naissance

 

c-19

Son premier enfant est né par césarienne et si elle a accepté l’éventualité d’une nouvelle intervention, elle a aussi cherché à préparer au mieux une naissance par voie basse.

Seul hic, son utérus cicatriciel, statut maintes fois rappelé, statut entraînant même la programmation d’une autre césarienne.

La nature étant joueuse, l’accouchement se déclenche avec quinze bons jours d’avance, alors que rien ne laissait deviner l’imminence de la naissance.
La veille, son col était encore long et fermé.

Son enfant naît finalement par voie basse comme elle le désirait, même si l’accouchement est plus médicalisé  qu’elle ne l’envisageait.
Elle souhaite remercier la sage-femme, pour son accompagnement et sa confiance dans sa capacité à accoucher mais aussi pour un détail… essentiel à ses yeux.

Elle est la seule ce jour là, à l’inverse de la sage-femme qui l’a accueillie et de l’obstétricien venu pour l’accouchement, la seule donc à ne jamais évoquer son « utérus cicatriciel ».

 

Mots-clés : , , , , , | 3 commentaires

Confortée

Publié par 10lunes le 17 décembre 2016 dans Rencontre

 

c-17

L’histoire d’aujourd’hui, je ne sais pas la raconter parce qu’elle concerne une problématique de santé tres éloignée de mon domaine, transmise par la professionnelle concernée, j’ai nommé la kinésithérapeute.
Mais elle a sa place ici car elle est universelle.

C’est l’histoire d’une femme qui fait une première fois confiance à une soignante qui fait de son mieux mais ne parvient pas à répondre totalement à ses attentes.
Pourtant, quelques mois plus tard, cette patiente revient la voir et la soignante essaye à nouveau, se trompe parfois et cherche encore.

C’est l’histoire d’une soignante qui craint de ne pas être à la hauteur et dont le souci d’accompagner au mieux est tel que parfois son écoute lui semble bien maladroite.

Mais c’est aussi l’histoire d’une patiente qui malgré les errances apparentes de sa kiné, a confiance en elle parce que oui elle tâtonne mais en toute honnêteté.

C’est encore l’histoire d’une patiente remerciant tres sincèrement sa soignante parce qu’elle s’intéresse à elle en tant que personne et pas comme une successions de muscles et d’articulations douloureuses.

C’est enfin l’histoire d’une soignante confortée dans ce qu’elle fait, dans ce qu’elle est, et donc capable de donner plus encore.

Et si le politiquement correct voudrait que nous soignants, soyons en mesure de prodiguer les meilleurs soins sans rien attendre un retour, nous savons chacun combien ce renvoi d’énergie nous est précieux.

 

 

Mots-clés : , | Ajouter un commentaire

Résiste !

Publié par 10lunes le 15 décembre 2016 dans Naissance

 

7031525-matches-love-heart-wallpaper

Sage-femme, enceinte et insomniaque, elle consulte une hypnothérapeute.

Lors du premier rendez-vous, elles ont l’une et l’autre la certitude de s’être déjà rencontrées.
Mais où et quand…?

La sage-femme cherche toujours quand le visage de son interlocutrice s’éclaire : « Et si je vous disais : Il jouait du piano debout … ? »

Alors le souvenir revient, précis.
Elle est en salle de naissance, prenant en charge un accouchement trop vite venu, à sept mois et demi de grossesse.
Le médecin de garde demande une surveillance rapprochée, à l’inverse du projet d’accouchement naturel du couple. Perfusion, péridurale, enregistrement continu du rythme cardiaque fœtal… la sage-femme ne peut qu’obtempérer.
Elle tente de préserver au mieux les parents, reste présente, à l’écoute, diffuse leurs musiques préférées.

Au moment de la naissance, ce sont les paroles de Michel Berger qui résonnent dans la pièce.
L’obstétricien arrivé pour l’expulsion exige une position gynécologique, exige aussi que la musique cesse.
La sage-femme trouve que l’addition des renoncements imposés est bien lourde. Elle n’a pu s’opposer à la médicalisation de cette naissance, mais là elle peut agir.
Elle met la musique un peu plus fort.
La petite naît sur cette chanson.

Et le souvenir de cette précieuse complicité leur met les larmes aux yeux.

 

Mots-clés : , , | 3 commentaires

Présentes

Publié par 10lunes le 13 décembre 2016 dans Naissance

 

coeur-7

Après un premier accouchement très envahi par la technique médicale, elle est certaine de vouloir vivre autre chose et se tourne vers une sage-femme proposant un accompagnement en plateau technique*.

Sa grossesse est sereine et la confiance installée avec la sage-femme.
Peut-être un peu moins avec la maternité…

Parce que le jour J, rien ne parviendra à l’alerter sur l’imminence de la naissance ; ni les contractions présentes depuis plusieurs heures, ni les vocalises qui s’imposent à elle, ni le besoin d’un bain chaud pour calmer la tempête, ni même l’envie de pousser qu’elle n’identifie clairement qu’au dernier moment. Prise d’un doute « soudain », elle pose sa main sur son sexe et sent un crane chevelu !

La sage-femme est en route, venant tranquillement faire le point avec une femme en début de travail qui blaguait au téléphone.
En route, ça veut dire pas encore arrivée.

Ce sont avec les mots de la sage-femme rencontrée pendant sa première grossesse qu’elle trouve sa position.
Avec les phrases d’un livre écrit par une autre qu’elle met sa fille au monde en confiance.
Et c’est la présence de la troisième arrivée juste après la naissance qui la rassurera sur leur toute nouvelle-née
(et épargnera la plancher de la chambre en l’encourageant à rester dans la salle de bain pour la délivrance !)

Ce sont mes trois fées dit-elle.

 

*Accouchement en maternité mais suivi par la sage-femme libérale

 

Mots-clés : , , , , , | 1 commentaire

Attentive

Publié par 10lunes le 11 décembre 2016 dans Après

 

coeur-6Les débuts à la maternité sont difficiles. Elle est perdue devant les pleurs de sa toute petite fille, épuisée, craignant plus que tout de ne pas être à la hauteur de ce qui l’attend.

Aussi la confirmation de son départ tombe comme un couperet. Se retrouver à la maison sans le soutien des soignants tant sollicités ces derniers jours l’angoisse profondément.

Mais la porteuse de l’annonce perçoit sa détresse. Malgré son service bientôt terminé, malgré la fatigue présente sur son visage, elle s’assied sur le lit et prend longuement le temps de la rassurer, par de multiples petits conseils pratiques mais surtout en soulignant sa compétence de mère.
Au fil des mots, tout doucement, elle lui insuffle la confiance qui lui manquait.

Des années plus tard, elle repense encore à ce moment avec émotion et précision.
Et si jamais elle n’a su quel était le métier de cette soignante, elle garde son prénom en mémoire.

 

Mots-clés : , , , | 3 commentaires

Ecoutée

Publié par 10lunes le 10 décembre 2016 dans Vie des femmes

 

coeur-12

33 ans et 3 enfants, elle souhaite une stérilisation.

Son premier interlocuteur est son médecin généraliste. Il confirme qu’elle est en droit de faire cette démarche, souligne que ce choix  lui parait adapté à sa situation et… lui souhaite bon courage pour trouver le gynécologue qui accédera à sa demande.
Aux yeux de beaucoup, elle sera « trop jeune ».

Elle choisit de s’adresser à l’hôpital qui a vu naître son dernier enfant. Elle garde le souvenir d’une équipe bienveillante et ce souvenir ne sera pas pris en défaut. Le gynécologue qui la reçoit l’écoute avec attention, prend le temps de de repasser en revue les alternatives, méthodes de contraception et vasectomie afin que son choix soit totalement éclairé.
Rien d’intrusif dans sa sa démarche, tout dans son attitude atteste que la décision appartient à celle qui fait la demande.
Elle confirme sa volonté de stérilisation.

Une fois les quatre mois (délai de réflexion obligatoire) passés, rendez-vous suivant puis intervention s’enchaîneront avec le même respect.

Le parcours du combattant annoncé se révélera n’être qu’une promenade de santé !

 

*En dehors de la condition d’être majeur, aucun age minimum n’est requis par la loi ; livret d’information

 

Mots-clés : , , , , | 5 commentaires

Respectée

Publié par 10lunes le 9 décembre 2016 dans Naissance

 

coeur

Elle s’apprête à mettre au monde son premier enfant et si elle ne sait pas trop ce qu’elle souhaite, elle sait très clairement ce qu’elle refuse. Elle ne veut ni péridurale, ni épisiotomie. Elle l’a précisé lors des consultations et l’annonce à la sage-femme dès son arrivée à la maternité.

Au final, elle aura les deux.
Sans regret.

A chaque étape, sage-femme, anesthésiste et obstétricienne se sont montrés à l’écoute. Chacune de ses demandes a été entendue, et tout a été mis en oeuvre pour y répondre. La sage-femme a su rester plus que discrète et respecter « sa bulle » quand tout se passait bien. Lorsque la dilatation s’est bloquée à 7 cm, plutôt que de basculer immédiatement vers une intervention médicale, elle a suggéré des postures différentes et fait preuve de patience.
Et quand il a fallu se résoudre à intervenir, chaque renoncement a été expliqué, argumenté et a obtenu son accord.

Personne n’a fermé le débat d’un « on connait notre boulot » sans appel.
Au contraire, tous se sont attachés à faire équipe avec elle, à conjuguer compétences maternelles et professionnelles.

Et si son fils n’est pas né comme elle l’imaginait, elle garde un merveilleux souvenir de son accouchement grâce au respect et à la bienveillance de ceux qui l’ont accompagnée.

 

NB : le début de l’histoire est 😉

 

Mots-clés : , , , , | 1 commentaire

Liiiiiiibérée….

Publié par 10lunes le 8 décembre 2016 dans Rencontre

 

coeur-4Ils sont arrivés dans la soirée aux urgences. Leur fille de 5 ans souffre d’une infection et un traitement antibiotique par voie veineuse est nécessaire. Une perfusion doit être posée  et l’aiguille est conséquente.
Evidemment, les parents s’inquiètent de la réaction de leur enfant.

Tout en s’affairant à préparer le matériel, les deux infirmières présentes cherchent à les rassurer. Elles expliquent qu’elles vont utiliser une technique d’hypnose.
A la fillette, elles présentent le masque (diffusant un gaz analgésique) qui va recouvrir le bas de son visage comme un micro. Il faudra chanter dedans.
Reste juste à choisir la chanson.
La reine des neiges sera le tube de la nuit.

Les infirmières lancent la musique sur un smartphone et commencent à chanter, l’enfant suit de bon cœur et les parents rejoignent la chorale.
Il est minuit et « Libérée délivrée » chanté à l’unisson résonne dans le box des urgences.

Lorsque les parents se préoccupent de la mise en place du cathéter, il est déjà posé et les infirmières-choristes en sont au pansement.

Personne n’a eu peur, personne n’a eu mal.
Ni l’enfant.
Ni ses parents.

 

Mots-clés : , , | 5 commentaires