Négligemment

Publié par 10lunes le 2 février 2011 dans Pffffff

Elle arrive d’une autre région, contrainte de déménager en fin de grossesse car son compagnon vient d’être muté.
Situation inconfortable puisqu’elle ne connait personne ici, ni famille, ni amis. Elle n’aura qu’un rapide contact à la maternité pour ouvrir son dossier.

Pour tenter de faire un lien, la sage-femme qui la suivait auparavant lui a donné mes coordonnées. Elle m’appelle donc à plusieurs reprises, bien avant son déménagement, pour préparer son arrivée, puis une fois installée pour trouver les lieux et les personnes dont elle a besoin. Je tente de la guider dans le dédale de l’inscription à la maternité, des rendez vous à prendre, lui indique quelque pistes associatives pour se sentir moins isolée, quelques adresses à connaitre.

Elle a terminé sa préparation à la naissance avant le déménagement mais souhaite cependant une séance supplémentaire avec moi. Séance qui resterait à sa charge puisqu’elle a déjà atteint son « quota ». J’explique que ce rendez-vous isolé me semble vide de sens, insiste sur le fait que son domicile sera au final bien éloigné du
cabinet et qu’elle s’adressera très certainement à une autre sage-femme
ensuite, affirme que je reste de toute façon disponible pour répondre à ses questions … Elle insiste avec force ; elle veut ce rendez vous.

Rendez-vous annulé une heure à peine avant l’heure dite par un bref message sur le répondeur: Je suis Mme X. Finalement, je ne viendrai pas cet après midi, bonne continuation…
Je lui avais indiqué les appuis qu’elle pouvait trouver près de chez elle en soulignant combien ce rendez-vous me semblait inutile. Elle a insisté et j’ai cédé.
Pour qu’elle prévienne au dernier moment de son absence sans même prendre la peine de s’en excuser.

Les parents se plaignent de l’irrespect de certains soignants.
Balle au centre ce coup là !

Mots-clés : , , , | 1 commentaire

Timide

Publié par 10lunes le 13 novembre 2010 dans 9 mois

Jeune, blonde, rougissante, recroquevillée sur son siège, tête baissée, regard vague, elle se tord les mains parce que je me suis aventurée à l’interroger sur ses attentes.

Elle n’attend rien, ne souhaite rien. Elle murmure qu’elle a « juste » peur. Et de multiples craintes s’invitent au travers des quelques mots prononcés ensuite ; aiguilles, accouchement, douleur, être mère. Elle a peur de tout, de grandir, de vieillir, et par-dessus tout de se faire remarquer.

Nos premiers échanges sont laborieux. Elle n’accepte d’aborder que les aspects pratiques de sa maternité et s’attache à des détails, le nombre de pyjama, la marque du chauffe biberon. Toute son attention se concentre sur la panoplie de son futur enfant.

Il me faut la rassurer et comme je ne sais par où commencer, nous revoyons ensemble la longue liste de ce qui lui semble indispensable pour son bébé. Je tente au passage de glisser quelques mots sur les rythmes et besoins du nouveau-né. J’essaye de lui faire rayer quelques lignes de son inventaire surchargé. Elle est sans emploi et vit en colocation. Son homme a un petit boulot et occupe un minuscule studio. Ils cherchent un logement commun. Mieux vaut garder quelque argent pour leur installation.

A chaque rencontre, son embarras et sa candeur me confondent. Je m’épuise à monologuer devant cette jeune fille silencieuse, quêtant son regard, guettant une réaction. Je dois me contenter de bribes de mots, d’un soupir, de quelques bredouillements. Je m’obstine à créer les conditions d’un véritable échange mais désespère d’y parvenir.

Jusqu’au jour où, sans transition aucune, elle s’affirme enfin. Toute timidité envolée, elle interroge, commente mes réponses, évoque son accouchement prochain, son désir d’allaiter. Ils viennent d’emménager ensemble et cela semble sonner comme un nouveau départ.

Quelques jours plus tard, je laisse un message sur son répondeur pour tenter de modifier un rendez-vous. La sentant plus ancrée dans le réel, je voudrais lui donner l’occasion de faire une séance en groupe afin de partager avec d’autres futurs parents.

Elle me rappelle pour affirmer d’un ton sans appel qu’il n’est pas question de déplacer la séance. La date ne lui convient pas et il lui est d’ailleurs impossible de changer quoi que ce soit à son emploi du temps chargé ; on fera donc comme prévu !

Ainsi mouchée, je raccroche en souriant. Elle vient de m’en donner la preuve, elle a gagné en assurance et n’hésite plus à imposer son point de vue.

Mots-clés : , | 1 commentaire

Lapsus linguae

Publié par 10lunes le 15 mars 2010 dans Rencontre

Elle m’a longtemps irritée.
Working woman accomplie, horaires déments, planning saturé, avenir programmé, elle a décidé de « faire » ses enfants jeune pour pouvoir se consacrer ensuite à sa carrière. En ligne de mire de sa grossesse, une naissance déclenchée pour lui permettre de répondre à son calendrier professionnel. Elle prévoit ensuite de tirer son lait car si elle considère que c’est l’aliment le plus performant pour son enfant, donner le sein la révulse. D’ailleurs, pas de congé de maternité prévu, on a besoin d’elle au travail.

Irritante vous dis-je.

Ce jour là, mon inconscient m’a alertée.
En lui montrant un mouvement de relaxation où il était important qu’elle se laisse mobiliser, j’ai voulu dire « surtout ne m’aidez pas ». J’ai presque prononcé « surtout ne m’aimez pas »… Le « m » s’est arrêté sur mes lèvres mais j’ai alors réalisé l’ampleur de ma réticence à son égard.

Coupable, j’ai pris le temps de me libérer de mes a priori, de l’écouter mieux, autrement, pour découvrir derrière cette icône de la réussite sociale une fragile jeune femme cherchant à trouver sa place, soucieuse de prouver sa valeur, en quête permanente de réassurance.

Touchante bien plus qu’irritante.

Mots-clés : , , | 1 commentaire

Epinglée

Publié par 10lunes le 8 octobre 2009 dans 9 mois

Elle se dit terrorisée par la douleur mais aussi par la péridurale.

Avant de se pencher sur sa peur de la douleur, de chercher à en décoder les raisons et d’envisager avec elle les alternatives à l’analgésie médicamenteuse, je commence par démystifier le geste technique.
A l’aide d’un kit de péridurale, j’explique rapidement l’anesthésie locale, la pose de l’aiguille, l’enfilage du cathéter puis l’ablation de l’aiguille pour ne laisser que le fin tube souple en place… et elle s’exclame que c’est formidable !

Depuis le début de la grossesse, elle raconte à qui le veut qu’elle ne peut s’imaginer avec une aiguille plantée dans le dos. Mais comme elle s’arrête là,  chacun pense qu’elle parle de la pose et tente de la rassurer sur l’absence de douleur au moment de ce geste.

Malentendu persistant car ce n’est pas cela qu’elle appréhende. Elle s’est imaginée le trocart planté dans la colonne vertébrale pendant tout l’accouchement avec le risque de s’empaler au moindre faux mouvement.
Alors évidemment, mon petit tuyau de plastique, ça la rassure…

Mots-clés : , , , , | 1 commentaire

Bientôt maman, épisode 1

Publié par 10lunes le 19 septembre 2009 dans Médias

Bientôt maman est un documentaire récemment diffusé sur France 5.

En préalable prudent à ce billet * : Bien évidemment, la spontanéité des échanges est perturbée par la présence d’une équipe de tournage, par le micro qui plane au dessus des têtes et l’objectif de la caméra qui désigne sa cible. Chacun craint de prononcer une irréparable stupidité qui sera ensuite livrée aux téléphages.
Bref, nous le savons, la maternité filmée n’est pas tout à fait la vraie vie.

Mais tout de même…

Première séance de préparation à la naissance. Une bonne douzaine de femmes et de rares représentants de la gente masculine font cercle, sagement alignés sur des chaises. Certaines, studieuses, ont posé une feuille sur leurs genoux afin de noter les précieux conseils qui vont leur être dispensés. A l’extrémité du cercle, facilement identifiable par sa blouse et son pantalon rose, la sage-femme. Elle est pleine d’allant, tonique, souriante. Soucieuse de capter l’attention et de séduire son public, elle alterne explications, questions et petites incises humoristiques.

En guise d’introduction, elle explique que l’intitulé des séances est «préparation à la naissance et à la parentalité»: «et quand vous entendez parentalité, vous entendez quoi ?»

Se conformant à l’ambiance scolaire définie par le ton de la question, le groupe reste silencieux jusqu’à ce qu’une voix timide ose murmurer «parents ?». Un «très bien !» vient la féliciter.

«Ça veut dire qu’on entend maman et papa» reprend la sage-femme «et donc les papas sont les bienvenus. Peut-être que tous les hommes ne sont pas là car ils ne sont pas libres ou ils ne voulaient  pas venir parce que la préparation à l’accouchement, c’est une histoire de bonne femme, qu’on va faire le petit chien et puis vous allez parler de vos accouchements »

            Si la formulation infantilisante dérange, il est cependant nécessaire de se débarrasser de ces a priori réducteurs.  La préparation à la naissance est trop souvent caricaturée comme une alternance de ahanements cadencés et d’échanges passionnés sur la taille des soutiens-gorge…

Mais elle ajoute, martelant les mots, «Raconter des histoires d’accouchements, ça n’intéresse personne ! Je ne vais surement pas faire raconter les histoires d’accouchement des unes et des autres, ça n’a aucun intérêt. Si vous avez envie de raconter des histoires d’accouchement, on verra, mais de toute façon, c’est moi qui module, c’est pas vous…»

Qu’importe si certains désirent revenir sur leurs expériences passées, si d’autres s’intéressent à leurs récits, si tous souhaitent une parole circulant librement. Le pouvoir est ainsi annoncé sans partage.
Caricature quand tu nous tiens…

*et à quelques autres ! L’inspiration quotidienne est un challenge difficile à tenir.  Je tente pour le moment de m’y conformer… mais ne vais pas me priver de la sécurité de quelques billets d’avance nourris par les différents intervenants de ce documentaire !

Mots-clés : , , , | 1 commentaire

Hasard et coïncidence

Publié par 10lunes le 14 septembre 2009 dans 9 mois

Trois couples – réunis par le hasard de leurs disponibilités et du terme prévu pour leurs grossesses – se rencontrent pour une première séance de préparation à la naissance. Ils vont cheminer ensemble au fil des prochains mois. Pour mieux faire connaissance, j’invite chacun à dire quelques mots de son histoire.

L’une prend la parole et commence à raconter ; une première fille de 15 ans, puis une seconde grossesse un peu chaotique, d’ailleurs marquée par une hospitalisation imprévue la semaine dernière. Lui ajouterait bien autre chose mais il est interrompu par l’exclamation d’une autre femme qui n’y tient plus : « Mais c’est vous ! »
« Comment ça, c’est nous ? »

Et la seconde de décrire comment elle a croisé cette grande sœur le jour où sa mère avait été hospitalisée en urgence. L’adolescente, prévenue par un coup de fil, inquiète et désorientée, sanglotait sur une place du centre ville. Elle s’était approchée de cette jeune fille en larme, lui avait proposé son aide et devant son désarroi, l’avait finalement raccompagnée à son domicile…sans, bien évidemment, croiser ses parents, tous les deux encore retenus à la maternité.

PS : garanti authentique !

Mots-clés : , | Ajouter un commentaire