Joueuse

Publié par 10lunes le 23 décembre 2016 dans Rencontre

 

Venue à reculons consulter une sage-femme, il a fallu quelques séances pour nous apprivoiser, pour que la confiance s’installe, doucement.
Ce jour-là, j’insiste sur le temps nécessaire pour les exercices, soulignant qu’ils seront plus efficaces si elle les pratique lentement.

Alors, elle livre un peu de son histoire.
Elle évoque son enfance à la ferme, son père trop tôt disparu, sa mère restée seule avec une tripotée d’enfants, petits encore les enfants.

Adulte, elle a réalisé combien la vie de sa mère avait dû être difficile mais jamais elle n’en a eu conscience dans son enfance.

Sa mère les protégeait, gommant les difficultés, sublimant un quotidien ardu. Des travaux de la maison à ceux du potager, tout était prétexte à émulation joyeuse entre la fratrie.

Elle se tait un instant, cherchant un moment plus précis à raconter.

Puis reprend :
-« Quand il fallait ramasser les haricots, ma mère nous mettait chacun au bout d’un rang et on jouait à qui finirait le plus vite. Et maman jouait avec nous, ramassait aussi son rang.
Bien sur, elle allait plus vite que nous, mais s’arrêtait toujours avant la fin parce que la soupe allait déborder ou qu’il y avait la lessive à étendre.
Et puis elle revenait, juste un peu trop tard, mais à temps pour nous féliciter d’avoir fini avant elle et d’avoir gagné.

Dans les mots de cette dame déjà âgée, il y a l’amour inconditionnel de cette maman depuis disparue.

– Depuis, j’ai toujours pris le travail comme un jeu, à me dépêcher de finir la première ».

 

Mots-clés : , , | 4 commentaires

Bouclées

Publié par 10lunes le 22 décembre 2016 dans Naissance

 

c-22

Après plusieurs fausses alertes, elle le sait, le sent, son utérus travaille cette fois-ci de façon efficace.
Quelques heures plus tard, en route pour la maternité, les contractions réveillent ses doutes en s’espaçant.

Pourtant, la sage-femme qui les accueille ne doute pas et –  après avoir vérifié si l’examen était souhaité – annonce une dilatation de 6 cm.

Elle plonge dans sa bulle, cette conscience à la fois aiguë et distanciée qui marque le travail de l’accouchement.
Au rythme des vagues successives, l’univers se recentre sur son ventre.

La sage-femme passe régulièrement s’assurer que tout va bien, restant discrète, attentive à ne pas la déranger.
Plus tard, elle propose de percer la poche des eaux nacrée venue bomber à l’entrée du vagin.
Juste après, sans effort perceptible, l’enfant naît.

Si la praticienne a semblé à son compagnon avare en mots et en gestes, elle lui sait gré de sa discrétion, de sa confiance.

Et, malgré le flou de l’environnement qui marque toute naissance, un détail lui reste très précis : les jolies boucles d’oreilles de sa sage-femme.

 

 

Mots-clés : , , , , , | 2 commentaires

Questionnée

Publié par 10lunes le 21 décembre 2016 dans Vie des femmes

 

c-21Des gynécologues, elle en a rencontrés, plusieurs. Pourtant, elle ne demande rien d’extraordinaire, juste un praticien soucieux de prendre soin d’elle plutôt que de traiter son endométriose.
Vous me direz : c’est pareil.
Pas tout à fait.
En témoigne cette autre femme me racontant une consultation mal vécue « Faudrait qu’il réalise, y a quelqu’un autour ! » en désignant son ventre.

Ce jour-là elle a su avoir trouvé celui qui méritait sa confiance.
Parce qu’il lui a posé une question, en précisant qu’elle était libre d’y répondre ou pas, et aussi d’y revenir une autre fois.

Elle a pensé alors que celui-là ne s’étonnerait pas de sa crainte de l’examen, d’une émotion la submergeant, d’une réaction un peu vive ; qu’il ne lui reprocherait pas d’être trop tendue, ou trop inquiète, ou encore trop douillette.
Elle s’est dit avoir trouvé celui à qui elle ferait une réelle confiance.

Et elle a su tout cela quand il a demandé : « Avez-vous déjà subi des violences sexuelles ? »

 

Mots-clés : , , , | 8 commentaires

Normale

Publié par 10lunes le 19 décembre 2016 dans Naissance

 

c-19

Son premier enfant est né par césarienne et si elle a accepté l’éventualité d’une nouvelle intervention, elle a aussi cherché à préparer au mieux une naissance par voie basse.

Seul hic, son utérus cicatriciel, statut maintes fois rappelé, statut entraînant même la programmation d’une autre césarienne.

La nature étant joueuse, l’accouchement se déclenche avec quinze bons jours d’avance, alors que rien ne laissait deviner l’imminence de la naissance.
La veille, son col était encore long et fermé.

Son enfant naît finalement par voie basse comme elle le désirait, même si l’accouchement est plus médicalisé  qu’elle ne l’envisageait.
Elle souhaite remercier la sage-femme, pour son accompagnement et sa confiance dans sa capacité à accoucher mais aussi pour un détail… essentiel à ses yeux.

Elle est la seule ce jour là, à l’inverse de la sage-femme qui l’a accueillie et de l’obstétricien venu pour l’accouchement, la seule donc à ne jamais évoquer son « utérus cicatriciel ».

 

Mots-clés : , , , , , | 3 commentaires

Humide

Publié par 10lunes le 18 décembre 2016 dans Après

 

c-18Son bébé est goulu et sa montée de lait tarde à venir. Tout au long de l’accouchement, elle a du insister pour faire valoir ce qu’elle sentait et savait. Défendre son allaitement est le combat de trop.
Elle cède aux conseils de l’équipe et accepte de nourrir son enfant au biberon.

Le jour de sa sortie, elle vérifie la température de son bébé et la découvre un peu en dessous de la normale. Cela ne tracasse en rien la sage-femme du service :
– « Vous ne l’avez surement pas bien prise. Tout va bien, vous pouvez rentrer chez vous ».

A la maison, inquiète, elle vérifie et constate que c’est toujours trop bas.
Elle appelle la sage-femme qui suivait sa grossesse. A l’inverse de la première, celle ci lui fait confiance et conseille de prendre son enfant en peau à peau pour bien le réchauffer.

Elle déshabille son tout-petit, le place sur son torse nu et s’emmitoufle dans un plaid de laine.

Très rapidement, elle a chaud, tellement chaud qu’elle en transpire. Elle sent la sueur couler sur ses seins, atteindre son ventre et finit par s’étonner de son abondance.
Un rapide coup d’œil sous le plaid lui donne la clef du mystère.

La montée de lait est là !

 

Mots-clés : , , | 4 commentaires

Confortée

Publié par 10lunes le 17 décembre 2016 dans Rencontre

 

c-17

L’histoire d’aujourd’hui, je ne sais pas la raconter parce qu’elle concerne une problématique de santé tres éloignée de mon domaine, transmise par la professionnelle concernée, j’ai nommé la kinésithérapeute.
Mais elle a sa place ici car elle est universelle.

C’est l’histoire d’une femme qui fait une première fois confiance à une soignante qui fait de son mieux mais ne parvient pas à répondre totalement à ses attentes.
Pourtant, quelques mois plus tard, cette patiente revient la voir et la soignante essaye à nouveau, se trompe parfois et cherche encore.

C’est l’histoire d’une soignante qui craint de ne pas être à la hauteur et dont le souci d’accompagner au mieux est tel que parfois son écoute lui semble bien maladroite.

Mais c’est aussi l’histoire d’une patiente qui malgré les errances apparentes de sa kiné, a confiance en elle parce que oui elle tâtonne mais en toute honnêteté.

C’est encore l’histoire d’une patiente remerciant tres sincèrement sa soignante parce qu’elle s’intéresse à elle en tant que personne et pas comme une successions de muscles et d’articulations douloureuses.

C’est enfin l’histoire d’une soignante confortée dans ce qu’elle fait, dans ce qu’elle est, et donc capable de donner plus encore.

Et si le politiquement correct voudrait que nous soignants, soyons en mesure de prodiguer les meilleurs soins sans rien attendre un retour, nous savons chacun combien ce renvoi d’énergie nous est précieux.

 

 

Mots-clés : , | Ajouter un commentaire

Présentes

Publié par 10lunes le 13 décembre 2016 dans Naissance

 

coeur-7

Après un premier accouchement très envahi par la technique médicale, elle est certaine de vouloir vivre autre chose et se tourne vers une sage-femme proposant un accompagnement en plateau technique*.

Sa grossesse est sereine et la confiance installée avec la sage-femme.
Peut-être un peu moins avec la maternité…

Parce que le jour J, rien ne parviendra à l’alerter sur l’imminence de la naissance ; ni les contractions présentes depuis plusieurs heures, ni les vocalises qui s’imposent à elle, ni le besoin d’un bain chaud pour calmer la tempête, ni même l’envie de pousser qu’elle n’identifie clairement qu’au dernier moment. Prise d’un doute « soudain », elle pose sa main sur son sexe et sent un crane chevelu !

La sage-femme est en route, venant tranquillement faire le point avec une femme en début de travail qui blaguait au téléphone.
En route, ça veut dire pas encore arrivée.

Ce sont avec les mots de la sage-femme rencontrée pendant sa première grossesse qu’elle trouve sa position.
Avec les phrases d’un livre écrit par une autre qu’elle met sa fille au monde en confiance.
Et c’est la présence de la troisième arrivée juste après la naissance qui la rassurera sur leur toute nouvelle-née
(et épargnera la plancher de la chambre en l’encourageant à rester dans la salle de bain pour la délivrance !)

Ce sont mes trois fées dit-elle.

 

*Accouchement en maternité mais suivi par la sage-femme libérale

 

Mots-clés : , , , , , | 1 commentaire

Attentive

Publié par 10lunes le 11 décembre 2016 dans Après

 

coeur-6Les débuts à la maternité sont difficiles. Elle est perdue devant les pleurs de sa toute petite fille, épuisée, craignant plus que tout de ne pas être à la hauteur de ce qui l’attend.

Aussi la confirmation de son départ tombe comme un couperet. Se retrouver à la maison sans le soutien des soignants tant sollicités ces derniers jours l’angoisse profondément.

Mais la porteuse de l’annonce perçoit sa détresse. Malgré son service bientôt terminé, malgré la fatigue présente sur son visage, elle s’assied sur le lit et prend longuement le temps de la rassurer, par de multiples petits conseils pratiques mais surtout en soulignant sa compétence de mère.
Au fil des mots, tout doucement, elle lui insuffle la confiance qui lui manquait.

Des années plus tard, elle repense encore à ce moment avec émotion et précision.
Et si jamais elle n’a su quel était le métier de cette soignante, elle garde son prénom en mémoire.

 

Mots-clés : , , , | 3 commentaires

Liiiiiiibérée….

Publié par 10lunes le 8 décembre 2016 dans Rencontre

 

coeur-4Ils sont arrivés dans la soirée aux urgences. Leur fille de 5 ans souffre d’une infection et un traitement antibiotique par voie veineuse est nécessaire. Une perfusion doit être posée  et l’aiguille est conséquente.
Evidemment, les parents s’inquiètent de la réaction de leur enfant.

Tout en s’affairant à préparer le matériel, les deux infirmières présentes cherchent à les rassurer. Elles expliquent qu’elles vont utiliser une technique d’hypnose.
A la fillette, elles présentent le masque (diffusant un gaz analgésique) qui va recouvrir le bas de son visage comme un micro. Il faudra chanter dedans.
Reste juste à choisir la chanson.
La reine des neiges sera le tube de la nuit.

Les infirmières lancent la musique sur un smartphone et commencent à chanter, l’enfant suit de bon cœur et les parents rejoignent la chorale.
Il est minuit et « Libérée délivrée » chanté à l’unisson résonne dans le box des urgences.

Lorsque les parents se préoccupent de la mise en place du cathéter, il est déjà posé et les infirmières-choristes en sont au pansement.

Personne n’a eu peur, personne n’a eu mal.
Ni l’enfant.
Ni ses parents.

 

Mots-clés : , , | 5 commentaires

Coquin de sort

Publié par 10lunes le 1 décembre 2016 dans Rencontre

 

coeur-1

La rencontre avec la sage-femme est belle mais trop tardive. Ils profitent de tout ce qu’elle peut leur apporter en cette fin de première grossesse et se font déjà la promesse que le prochain enfant naîtra avec elle à la maison.

Quand ce petit deuxième s’annonce, elle recontacte « sa » sage-femme et apprend avec une immense déception que celle-ci sera en voyage aux alentours du terme.

La praticienne cherche comment répondre au mieux à sa demande. Elle propose un suivi conjoint avec son associée, assurant la présence de l’une des deux le jour J, ou simplement par son associée pour lui éviter d’avoir deux interlocuteurs.

Mais elle ne veut que « sa » sage-femme et rien ne peut l’apaiser. Elle doit faire le deuil d’un accouchement depuis longtemps rêvé. Aucune alternative n’est à la hauteur.

C’est son homme qui la convainc de donner une chance à l’ersatz de sage-femme, j’ai nommé l’associée.
La rencontre s’avère finalement tout aussi éblouissante.
Et c’est avec elle que leur enfant viendra au monde.

Depuis, malgré la vie qui les a éloignées aux deux bouts de la France, malgré les douze années passées, elle est restée une amie précieuse.
Et quand elle l’évoque, elle parle de « sa » sage-femme car il ne peut y en avoir d’autres.

 


Et oui, je retente finalement un Avent 2016… pas du tout sure de tenir le rythme, ni d’avoir assez de récits en réserve (à vot’bon coeur…)
Ma seule certitude, c’est de ne pas me limiter à la bientraitance comme annoncé. J’ai juste envie de vous relater de jolies histoires.

 

 

Mots-clés : , , , | 9 commentaires