La proie

Publié par 10lunes le 25 novembre 2018 à 16 h 39 dans Blessures

 

Elle raconte ce que racontent bien d’autres femmes. La rencontre, la vie commune trop vite arrivée, un enfant, trop vite arrivé lui aussi, la fatigue, les soucis, les tensions et la séparation.
Elle évoque ce que bien d’autres évoquent, une nouvelle rencontre, un nouvel espoir d’amour et un nouvel enfant.
Puis le désenchantement, encore. Mais sous une autre forme. « Il » l’accuse d’être la seule coupable, devient violent non dans ses gestes, mais dans son comportement, accumulation de paroles blessantes, d’accusations diverses, d’attitudes dédaigneuses.
Il se passe plusieurs années avant qu’elle ne parvienne à le quitter, de nombreuses années où les kilos s’accumulent, barrière dérisoire dressée entre elle et lui.

Comme souvent, ce qui la décide à le quitter sont ses enfants. La petite dernière est prise à parti, sommée de se dire du coté du père, et devant ses refus naïfs, violemment accusée de toutes les trahisons, de toutes les indignités. Alors, enfin, elle part.
Et commence à reconstruire doucement une vie avec ses enfants.
Lui rencontre une autre femme – pour laquelle d’ailleurs elle s’inquiète – et la laisse tranquille.

Libérée de son emprise, elle se libère de ses kilos, fréquente assidûment une salle de sport.
C’est à ce moment là que je la rencontre. Simple consultation de suivi car elle a décidé de prendre soin de sa santé. Fière de son corps tout neuf, elle le montre, plus ou moins déguisée en femme fatale. Elle me confie les premiers pans de son parcours, affirme sa force nouvelle. Pourtant, tout me dit sa fragilité persistante. Je m’empare d’un prétexte médical pour proposer de la revoir. Elle accepte ce rendez-vous, puis les suivants, sans être dupe.

Elle revient donc, confiant à chaque fois un peu plus de son histoire passée et présente, malmenée par tous les hommes rencontrés et pas seulement les pères de ses enfants.
Elle raconte aussi qu’un des professeurs de la salle de sport se montre plus que prévenant. Je la vois préadolescente quarantenaire prête à s’embraser pour un nouvel amour. Cette presque histoire lui donne confiance. Son ex conjoint le perçoit, espionne ses faits et gestes, questionne la petite dernière. Elle le découvre la guettant devant la salle de sport, à la sortie de son travail, suivant sa voiture…
Obligée de le croiser pour la garde partagée un week-end sur deux, elle subit à nouveau insultes et menaces et met en place des stratégies complexes pour ne pas se retrouver seule avec lui.
Mais elle est amoureuse et presque heureuse.

L’idylle sera brève. C’était prévisible. Tout ce qu’elle en disait évoquait le prédateur, apte à déceler les failles parmi sa cour d’admiratrices en justaucorps. Aussitôt séduite, aussitôt larguée, déjà reparti conquérir une autre proie.
Un détail pour lui, un gouffre pour elle. Malheureuse, totalement, convaincue de ne pas valoir mieux que ce que les hommes lui ont offert toute sa vie, violence et mépris.

Nos rendez-vous épisodiques se poursuivent. Mais elle accepte maintenant les pistes – soignants, association – que je lui propose.
Elle va un peu mieux, soutenue par de plus compétents que moi, relève la tête.

Puis elle arrive à nouveau défaite, hésite à dire ce qui se passe, doutant de son interprétation des faits.

Son médecin généraliste, celui qui la suit depuis de nombreuses années.
Son médecin, à la fin de la consultation programmée en fin de journée, l’a invitée à aller boire un verre.

« En tout bien tout honneur »
a-t-il cru bon d’ajouter.

 

 

___________________________________

 

 

 

3 commentaires sur “La proie”

  1. Sabine dit :

    Hélas, tellement banale, mais au moins elle a eu la chance de vous rencontrer …

  2. Adeline dit :

    Ce généraliste est une honte. C’est totalement hors déontologie. Les autres n’ont pas d’excuse, lui a carrément une circonstance aggravante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.