Temps mort

Publié par 10lunes le 2 avril 2018 à 11 h 25 dans Blessures, Militer, Petites phrases

 

3 mois de silence…
Faut y aller se dit-elle, sinon ce minusculissime caillou du net passera à la trappe

Et j’y perdrais le plaisir de partager ici mes coups de cœur et mes coups de gueule.

Mais trois mois de silence, c’est justement parce que les coups de gueules abondent ces derniers temps sur les réseaux sociaux.
Les tranchées se creusent, chaque jour plus profondes, chacun brandissant sa banderole, chacun s’essayant à la petite phrase assassine censée emporter la victoire.
On n’avance pas, on se braque.

Pourtant il y a faire, beaucoup, alors je vous balance en vrac quelques épisodes récents, juste pour affirmer ici aussi que oui faut balayer devant notre porte, que oui, on peut faire mieux et que ce qui déconne c’est pas toujours de la faute à… mais aussi de notre faute à chacun.
En vrac j’ai dit, ce qui me donne un alibi pour vous présenter un écrit mal ficelé.


VO + Cabinet de collègue sage-femme

Coup de fil d’une autre sage-femme lui réadressant une patiente qui déménage sur son secteur. Ladite consoeur lui résume le dossier par téléphone tout en confirmant qu’elle en transmettra la copie intégrale.
Du lien, des transmissions, une apparente attention aux besoins de la femme dont elle parle. Tout cela serait idéal si à un moment de la conversation on n’avait entendu …
« Oui Madame, vous pouvez remettre votre culotte »
Espérons au nom du secret médical que la dame « sans culotte » était bien celle qui déménageait.

VO + Journée de mises à jour en gynéco obstétrique
Le programme est dense ; parmi les interventions prévues, celle du Ciane sur les violences obstétricales.
Le public – majoritairement composé de médecins spécialistes en gynéco-obstétrique – interagit lors des communications, questionne, argumente, démontrant sa réelle volonté d’apporter les meilleurs soins.
Vient le tour du Ciane. Le discours est posé ; il ne s’agit pas de désigner des coupables mais de pointer des dysfonctionnements et d’en rechercher conjointement les solutions. Pourtant, cette intervention suscite les soupirs énervés de la salle. Les apartés se multiplient, plus ou moins discrets, « On sauve la vie de femmes et d’enfants –  les gestes ne sont pas fait par plaisir – pas le temps du consentement en urgence – on connait notre boulot… »
Une seule fois, la salle semble approuver une phrase de la représentante du Ciane. Elle expose la nécessité d’un suivi psychologique pour certaines femmes les ayant contacté après des situations mal vécues.
Le public respire et se félicite ; oser confondre soins et violences, ça relève donc bien de la folie douce.

VO – Cabinet, premier RDV du matin
Ils ont traversé de très sales moments, avec un nouveau-né menacé de séquelles irréversibles. Le parcours a été long et difficile mais les derniers examens sont finalement rassurants. Le petit bonhomme qui tète pendant la consultation est tiré d’affaire.
Leur récit à deux voix des jours passés à l’hôpital mêle stress majeur vécu pendant cette longue attente et humanité sans faille de tous les soignants rencontrés dans ce grand CHU. Ils décrivent une réelle écoute de leurs besoins, soulignent l’honnêteté de l’obstétricien ré-analysant avec eux le déroulé de l’accouchement, s’interrogeant sur certaines de ses décisions. Ils saluent l’attention chaleureuse des équipes, les nouvelles bonnes ou mauvaises mais toujours données et expliquées, remercient ceux qui les ont soignés et qui ont pris soin d’eux.

Il n’y aura pas de conclusion à ce billet, si ce n’est l’invitation à s’abstenir de tout jugement tranché et définitif sur les soignants et les patients, les sages-femmes et les gynécos, les petites maternités et les grands CHU voire les femmes et les hommes…

 

 

2 commentaires sur “Temps mort”

  1. Gwen dit :

    Tellement d’accord avec vous ! Respect, deontologie, ethique, non jugement sont des mots au quels je crois et pour tous !
    Merci de vos mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *