Poche ventrale

Publié par 10lunes le 19 décembre 2017 à 22 h 48 dans Après

 

L’accouchement date d’à peine un mois quand une infection impose d’hospitaliser la mère, sans son enfant.

Le jeune père est un peu perdu. Il quitte le service avec son bébé dans les bras, ce fils qui n’a jamais tété que le sein.

Pas d’alternative, lui qui s’appuie sur sa compagne depuis la naissance, se sentant moins à l’aise, moins confiant, pâle copie d’un original inatteignable… il va devoir assurer.

Ce qu’il lui démontre dès le lendemain, gérant préparation des biberons de main de maître mais surtout, arborant fièrement lors de sa visite à l’hôpital une écharpe de portage et son tout-petit lové dedans.

Depuis, elle est rentrée à la maison, a repris l’allaitement et tout va pour le mieux.
Lui garde de ces quelques jours une confiance accrue dans ses compétences paternelles
et un nouveau plaisir.
Il porte son bébé, pour l’endormir, pour le câliner, ou simplement assurer les taches incontournables du quotidien.
A longueur de journée.

D’ailleurs, c’est bien simple, il s’est rebaptisé « papa hippocampe ».

 

2 commentaires sur “Poche ventrale”

  1. Elryn dit :

    Et oui j’ai vécu la même situation avec notre premier enfant. Je pense au final que cette étape est limite indispensable pour que le papa se sente vraiment en confiance et puisse édite prendre les choses en main lui aussi.

  2. Kyeenai dit :

    Je trouve ça très beau! J’adore le surnom. Merci d’avoir partager cette histoire et toutes les autres aussi d’ailleurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.