Bataille !

Publié par 10lunes le 28 juin 2016 à 23 h 45 dans Blessures, Militer, Pffffff, Profession sage-femme

 

René_d'Anjou_Livre_des_tournois_France_Provence_XVe_siècle_Barthélemy_d'Eyck

Non, je ne me fendrai pas d’un énième billet sur #NosAmisduSyngof. Je dirais même que là ce soir, je n’ai plus du tout envie d’en sourire. L’immensité de leur mépris, leurs approximations  volontaires, leurs accusations sans fondement… Trop c’est trop.

Ce ne sont que les représentants d’une profession et j’ose espérer qu’ils ne représentent qu’eux-même. 
Mais comme ils sont toujours en place, je vais finir par en douter.

Je vous invite à vous faire votre propre opinion en lisant leur dernier torchon communiqué de presse.

A vous de bosser : le débat est ouvert et les commentaires aussi.
Je les espère nombreux, parce que cette bataille d’un autre âge est à la fois dérisoire et déprimante.

 

NB  : ils ont une page facebook aussi, rendue célèbre par leur avant-dernière polémique. Vous aurez peut-être envie de copier là-bas ce que vous écrirez ici…

 

24 commentaires sur “Bataille !”

  1. DocDBR dit :

    Je vais parler de mon expérience personnelle
    En tant que patiente d’abord: j’ai 29ans, j’en suis à ma 2ème grossesse. J’ai décidé de changer mon suivi gynéco pour une SF depuis maintenant 2ans. Avant je ne connaissais mal (pour ne pas dire pas: j’en était restée au rôle de l’accouchement à la mater), en fait j’ai découvert cette profession avec ma 1ère grossesse et son suivi par 1 SF. J’ai tout de même fait le test de 4 gynécologues (féminines) depuis mes 18ans, et c’est bien simple leur suivi ne tient pas la comparaison: paternalisme, archaisme de prise en charge (frottis tous les ans, contraception pour 3mois seulement, engueulade sur mon cholestérol parfait, contact absolument pas empathique, pilule et rien d’autre). Sans parler de la surmédicalisation qui va avec quand enceinte. Bref plus jamais j’y retourne. SF je vous aime!
    En tant que soignante, jeune MG: le constat est le même. Un cabinet de SF libérales proche du cabinet ou je travaille, je sais que quand j’adresse une patiente là bas elle sera bien prise en charge. Elles complètent ce que je n’ai pas pu faire par manque de temps, manque de matériel adéquat,… Elles sont disponibles, à l’écoute, ouverte à des prises en charges adaptées aux souhaits des patientes. Pas une fois j’ai eu un retour en me disant que c’était une perte de chance pour la patiente (bin après celles que je cotoie sont peut être tout simplement géniales). Les gynécos… Je peux pas faire le même constat malheureusement (bien sur ils ne sont pas tous mauvais).
    Bref il y a de la place pour tout le monde travaillons ensemble pour offrir les meilleurs soins aux patientes (moi bisounours?)

  2. Laure dit :

    Je ne commente jamais mais là je me sens obligée. Comment prendre en charge u e pathologie quand on donne six à neuf mois de délais aux patientes pour un rdv gynéco ? Comment la patiente peut avoir le sentiment d’être une patiente plutôt qu’un portefeuille quand elle a maxi 15 min de consultation, qu’on lui laisse un spéculum à l’intérieur du vagin pour répondre à sa fille au.telephone pendant 10 min ( vécu) ou qu’on utilise un ton paternaliste en infantilisant la patiente ? Qu’on lui fait remarquer qu’elle est tellement grosse que la table d’auscultation n’est pas adaptée, qu’on lui répond que si elle veut qu’on prenne en charge sa douleur elle doit arrêter d’allaiter, que son enfant à plus de six mois et que c’est malsain, que nononon, si elle a une mst c’est qu’elle a fait des choses qu’elle ne veut pas dire … la liste est longue.. pour toutes ces raisons et malgré un sopk je suis ravie d’être suivie par ma sf hors grossesse et un médecin homéopathe. Le jour où les gynecos seront respectueux, aimables et disponibles, j’y repenserai à les consulter

  3. Dr MG dit :

    Bonjour

    Je suis avec intérêt vos billets.
    Le Syngof et ses membres sont « pitoyables ».
    C’est une caricature de la toute puissance médicale à l’œuvre.

    La question que je me pose : « En quoi est-ce important pour eux d’attaquer ainsi la profession de Sage-Femme ? »
    Ont-ils peur de vous ?
    Leur faites vous de l’ombre ?
    Empêchez vous leur « business » ?

    Ils ne seraient pas violents si vous ne les « gêniez » pas .

    Bien à vous

  4. Mariannne dit :

    De quoi ont-ils peur ????
    De perdre leurs patientèles ?
    Que les femmes n’attendent plus 3 mois pour avoir un RDV et ne mesure plus leur chance d’avoir vu « DIEU » ?
    Des RDV où les patientes seraient plus écouté. Elles pourraient donc comparer voire juger et en tirer les mauvaises coonclusions ?
    Un RDV trop tardif implique une prise en charge tardive et d’éventuelles complications !

    Mais parle t-on de l’intéret des patientes ou des gygys ? Là est donc la question mon cher Watson car moi ce « communiqué de presse » me la coupe 🙁

  5. Elisa Boulard dit :

    Mais quel mépris dans ce communiqué! Et pourquoi les sages-femmes feraient elles potentiellement plus d’erreurs que les médecins? Elles savent tout à fait rediriger vers un médecin quand il faut, au pire! Et le cas inverse ou ce sont elles qui doivent rattraper les erreurs des médecins on en parle? Ils reprochent au ministère de monter les professions les unes contre les autres mais on dirait plutôt que c’est eux qui le font, c’en est même pathétique en fait. Vouloir écraser une profession pour se mettre en avant « oui mais on a fait plus d’années d’études nous quand même :'(« . Get over it les gars. Pfff.

  6. krys du var dit :

    quand on fait peur au tiroir caisse, la réaction ne se fait point attendre…

  7. patron dit :

    Soit je n’ai rien compris, soit les directives européennes correspondent juste à la place que le gouvernement redonne enfin aux sages-femmes… Ce qui est un atout pour la santé des femmes vu que ça leur permet de choisir la perrsonne et l’approche qu’elles souhaitent et donc d’y aller plus volontier… Et donc d’être mieux suivi.
    Dommage qu’il soit plus tentant pour ces élus du syngof de denigrer les sages femmes que de se remettre en question…

  8. Brunette dit :

    Je suis révoltée par ces communiqués tous plus méprisants et méprisables que les autres. Mais je vais apporter ma pierre à l’édifice: Non, le syngof ne représente pas les gynécos. A part une 1ère expérience avec une gynéco un peu trop dirigiste (Diane 35 prescrite en guise de pilule lors que j’ai la chance de n’avoir jamais eu d’acnée, ou à peine, parce que « ça enlève les boutons »), j’ai ensuite connu un gynéco adorable, mais très pris car responsable de la PMA dans la structure où il fait ses consultations. Il m’a posé mon stérilet cuivre, sans aucune réticence (je suis nullipart), plutôt même des encouragements, car « je serai tranquille un moment ». Il a été d’une humanité indescriptible lors de ma GEU, d’une compréhension sans bornes et m’a laissé pleuré tout mon soûle sur son épaule. Mais le délai pour le voir était trop long, j’en ai vu un autre dans la même structure, plutôt cool aussi.

    Ensuite j’ai vu une SF pour mon suivi, simplement pour des raisons logistiques, elle est à côté de chez moi. Et je continue à la voir. Entre-temps je suis retournée dans cette même structure mais pour qqchose de bien différent (j’ai entamé une procédure de dons d’ovocytes) et là encore que des gens ultra sympas (bémol, la SF qui s’occupe des donneuses a été la moins sympa de tous, un peu agressive et agacée parfois! Mais je ne tiens rigueur à personne pour si peu, c’est juste qu’elle détonnait un peu dans l’ensemble du personnel). La gynéco en particulier, qui habite la même ville que moi et connait la SF qui me suit, m’a dit oh mais vous avez tellement raison! Elle est géniale, et tant que vous n’avez aucune pathologie, vous serez très bien avec elle!

    Bref, autant le Syngof me file une gerbe indescriptible, autant, dans mon quotidien de patiente, je ne les « vois » pas. Et j’espère que ça continuera!

  9. Marie dit :

    Mon suivi gynéco a été quasi inexistant entre mes 20ans et ma grossesse actuelle. La raison, aucun gynéco de ma ville ne prennent de nouvelles patientes. Pour mon projet de grossesse, j’ai eu un rdv car une amie est gynéco, mais il a fallu quand même 4 mois d’attente, sur une plage horaire réservée. J’ai d’autres amies qui renoncent à être suivi, au détriment de leur santé.
    J’aime ma gynéco car c’est une amie et qu’elle est super à l’écoute et explique très bien les choses. J’y suis bien 30 min dans son cabinet, mais elle prend des dépassements d’honoraires pour faire correctement son job.
    J’ai rencontré une super sage-femme pendant ma grossesse, et je pense que je vais faire mon suivi régulier avec elle. Au moins je n’aurais plus à attendre 4 mois et je sais qu’elle fera le lien avec ma gynéco pour le moindre problème.
    Quel est l’intérêt du Syngof à vouloir détruire les bons liens de travail existant entre ces 2 métiers complémentaires ? Il n’y a pas de compétition à avoir, il n’y a pas assez de gynéco en France pour qu’ils fassent correctement leur métier ! ils devraient plutôt demander des places dans les écoles…

  10. plume rouillée dit :

    Mais quel mépris ! Qu’ils tremblent, les femmes commencent à être informées et à faire leur choix, on verra bien là il se porte!

    Je vais à mon tour partager mon expérience. Ma grossesse a été suivi en maison de naissance, en accompagnement global, par une sage-femme. J’ai été la reine du signe-clinique-limite-bizarre-pas-clair. A chaque consultation, ma sage-femme me répétait : « tu sais que tu n’as pas le droit de compliqué ta grossesse ? » Alors, elle a pris sa boule de cristal de sage-femme et a déclaré « bof, ça doit être physio »… Non, en fait, ça ne s’est pas passé comme ça. Elle a employé toutes ses compétence de sage-femme et m’a prescris des examens complémentaires, qui sont toujours revenu parfaits. Sur la base de ces examens, on a tous été rassuré, et le suivi a continué sereinement. Le jour où elle a eu un doute (menace d’accouchement prématuré), elle a demandé un avis gynécologique. Le gynécologue a été rassurant, ils ont déterminé ensemble que le suivi pouvait continuer uniquement avec une sage-femme. Et c’est avec son accompagnement bienveillant et compétent que j’ai donné naissance quelques mois plus tard à un bébé à terme, en parfaite santé, au terlme d’un accouchement physiologique et respecté.
    Voilà un exemple de la grande compétence des SF à veiller sur la physiologie, à détecter la pathologie, et à travailler en bonne intelligence avec les gynécologues quand nécessaire, dans l’intérêt des patientes. ça, cher Syngof et autre, c’est ce qui se passe tout les jours quand les pro mettent leur égo dans leurs poches : un travail collaboratif efficace au bénéfice des patientes. Ça vous défrise à ce point que les femmes sont bien prises en charge quand tout le monde coopèrent ? Ça vous étouffe de reconnaitre la compétence des SF au coté de qui vous travaillez ?

  11. toinnette dit :

    Oh combien je comprends la fatigue, le désespoir de ce post… comment peut on commencer un communiqué en affirmant que les sages femmes et les gynécos travaillent ensemble, pour ensuite autant dénigrer vos compétences, jusqu’a parler de risques, et de « perte de chance’? C’est des crétins, y’a pas d’autres mots… savoir qu’on est dirigés (j’entends juste par la leur role de conseil et de prise de position hein…) par des crétins fait mal, savoir que tout le monde s’en fout est bien pire! Combien de gynécos pour s’insurger contre ces absurdités? 2 ou 3 courageux, qui n’exercent plus en France? Humpf… je compatis, et je partage votre morosité

  12. toinnette dit :

    La réponse sur le site facebook du syngof est postée, et nous sommes déja 40 avoir réagis, toutes négativement, a ces absurdités. L’appel au soulèvement de mes contacts possédant un vagin est également lancé… j’espère que la bataille sera mémorable!

  13. Kwak dit :

    Passons l’attaque directe, pathétique et injustifiée contre vos compétences et votre professionnalisme et une fois de plus, remarquons que le Syngof sait mieux que les femmes ce qui est bon pour elles. Pardonnez-leur, elles ne savent pas ce qu’elles font… Les sages-femmes appâtent leurs patientes à l’aide de granules d’homéopathie et de chants mayas, c’est bien connu.

  14. Caroline dit :

    Que je comprenne bien ce qu’ils disent… En gros, ils disent qu’un suivi par une sf c’est bien joli quand tout va bien et que c’est facile, mais que quand une grossesse se corse, les difficultés sont pour leur pomme et que les sf sont trop idiotes ou trop orgueilleuses pour leur passer le relais à temps, c’est ça ? Et que rien ne garantit que les femmes consulteront des sf à la place des gynécos là où et quand elles n’en trouvent pas, des gynécos ? Parce qu’on est trop idiotes pour prendre la solution qui se présente à nous ? J’aimerais bien qu’on me démontre où est la « perte de chances » pour nous quand on nous offre PLUS de soins par PLUS de sources ! Et qu’on cesse de nous prendre pour des quiches, au passage, mais là je rêve, sans doute.

  15. Caroline dit :

    J’oubliais : « ce gouvernement suggère que de consulter une sage-femme est identique en termes d’accès aux soins à consulter un médecin, alors que le niveau de formation et de compétence sont loin d’être les mêmes. »
    Là ils ont raison, aller chez un gynéco et consulter une sage-femme, c’est pas pareil, mais pas dans le sens qui les arrange…

  16. Emmanuelle dit :

    Le mépris de ces gens est effarant.. heureusement, la plupart des femmes écoutent plus leures amies qu’elles ne lisent les communiqués du syngof. De plus en plus de femmes connaissent le champ d’action des sages femmes et choisissent d’être suivies par l’une d’entre elle. Toutes celles que je connais qui ont fait ce choix en sont ravies.. j’espère que la gratitude et la confiance de vos patientes, bien suivies, écoutées, respectées dans vos cabinets vous aide à digérer ces propos sans fondement.

  17. Vervaine dit :

    C’est vraiment fatigant…
    J’ai eu une « discussion » sur twitter avec l’autre syndicat, on mesure bien l’étendue de l’incompréhension. Une petite perle parmi d’autres: « un accht ne peut être considéré comme physiologique qu’a posteriori ».

    Et après on se fait rembarrer en tant que patiente car on ose émettre des souhaits (et qu’on n’y connait rien, nous, on a pas fait 10 ans d’études, blablabla).

  18. Louis dit :

    Ha ouais, quand-même !

    Que de telles positions soient le fruit d’une concertation, ça craint, vraiment. Ce serait tolérable s’il n’y avait pas de précédent et si ça sortait d’une personne, mais là c’est sans appel, c’est bel et bien représentatif de la corporation. C’est des billes qu’il faut leur laisser pour jouer, pas des êtres humains pour travailler.

  19. Amélie dit :

    Ils sont ridicules…
    Si les femmes se détournent des gynécologues au profit des sages-femmes, c’est parce qu’elles y trouvent l’écoute, le soutien inexistants avec un « médecin ».
    Ils ne comprennent pas et ne comprendront jamais cela, trop bornés à garder leur petite place de « médecin ». Avec toujours cette qualification, ces années d’études avancées pour justifier leur « supériorité ».
    Bande de charlots, un diplôme ne fait pas tout…
    Lors de mon dernier accouchement, le gynéco de garde a été odieux. J’ai mal vécu mon accouchement (césa en urgence après un long travail). Zéro empathie, zéro soutien. Que des réflexions qui blessent.

    1. Amélie dit :

      Leur « réponse » à la polémique suscitée par leur communiqué sur l’IVG. La fin est désolante http://syngof.fr/communiques-presse/ivg-medicamenteuse/

  20. Lou dit :

    Au passage, avez-vous lu la réponse à notre « polémique » en lien à l’arrêt maladie pour une IVG médicamenteuse (article du syngof du 21/06)?
    Je trouve la fin royale : »Faut-il prévoir un arrêt de travail pour l’accompagnant dans ce cas ? »
    J’attends avec impatience la réponse à la nouvelle « polémique » que les « quiches françaises prenant le risque de consulter une SF » sont en train de lancer suite à ce nouvel article!!!!!

  21. Lou dit :

    Amélie est sur le même rythme que moi!! Lol!!

  22. Vervaine dit :

    Déjà 73 commentaires sur la page FB du Syngof, en réaction à leur dernier CP. Tous négatifs. Le community manager va avoir du boulot…

    Au milieu de toute cette polémique nauséabonde, je suis heureuse de constater que le « public » (femmes ET hommes pas professionnels) réagisse de cette manière.

  23. Iriecool dit :

    Heureuse de lire ces commentaires ! 33 ans, 2 grossesses, dont une gémellaire et l’autre en cours. J’ai vécu un véritable parcours du combattant pour trouver un gynéco avec qui je sois en confiance (pourtant j’habite paris). Entre les discours moralisateurs à l’adolescence, cette femme qui m’a un jour dit froidement lors de notre premier rdv alors qu on avait à peine parlé avant qu elle me demande d enlever le bas « non mais faut arreter là, allez rhabillez vous et rentrez chez vous, j’arriverai jamais à vous ausculter, vous êtes trop tendue » au bout de 2 minutes, celle qui m’a dit que j’étais une « chochotte » parceque je revenais la voir pour qu’elle me retire un sterilet que je ne supportais pas, les petites phrases à la maternité du style « non mais madame si vous ne voulez pas, on va pas y arriver »(comment « vouloir »un speculum ? »), je desespérais de trouver… Et puis là pour ma grossesse actuelle, je suis suivi par un sage femme sympathique, avec qui je discute et plaisante avant de mettre les pieds dans les etriers, avec qui je me sens en confiance, qui ne m’a jamais fait mal et qui reussit à m’ausculter sans problème. Je viens d’apprendre qu’il pourra me suivre meme après ma grossesse pour les contrôles de routine et la prescription d’une contraception adaptée. C’est une évidence pour moi, sauf si je n’ai pas le choix, je ne retournerai jamais chez un gynéco !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *