Mauvais jours

Publié par 10lunes le 17 janvier 2015 à 09 h 26 dans Rencontre

 

4544348916_4cfcecefec_b

Voilà. Comme beaucoup, le ciel m’est tombé sur la tête un mercredi de janvier. Non que j’étais une ardente lectrice de Charlie Hebdo, je le feuilletais rare-ment et leur provoc m’amusait moyen.

Mais comme je l’ai entendu dire lors d’une des émissions qui leur était consacrée, je ne savais pas que je les aimais autant et si je l’avais su, je les aurais aimés plus avant.

J’ai manifesté un samedi pluvieux de province. Dans le cortège, j’ai retrouvé d’anciens militants de la naissance respectée et des parents me désignant du doigt à leurs enfants, c‘est Lola, celle qui s’était occupé de vous quand vous étiez dans le ventre de maman.

La vie a continué. J’ai reçu des femmes, des familles, des couples. La plupart se sont autorisés quelques allusions, gage de connivence dans cette unité inattendue, mais évocations le plus souvent discrètes parce que nous sentions que ça faisait mal à tout le monde.

Et puis, je suis allée chez ces parents que je ne connaissais pas encore. Cette petite fille de quelques jours, le sourire lumineux et fatigué de sa mère. Le récit de la naissance, les questions sur le sommeil et les tétées, l’examen rassurant, la pesée confirmant que la nuit agitée avait bien boosté la courbe de poids.

L’appartement croulait sous les décorations orientales, les étoffes brodées, les coussins. Au mur, des textes en arabe, richement encadrés.

Je suis restée encore un peu, on a parlé de la vie, de leurs projets, de leurs espoirs.

Tout le temps de ma visite, la télé est restée allumée. A l’écran, les obsèques de Charb et les nombreux témoignages de ses amis.

Ce n’était pas un hasard. Ils ont juste baissé un peu le son quand je suis arrivée.
De la connivence encore, de l’unité encore, de la solidarité encore.

De l’espoir encore.

 

Crédit photo

 

3 commentaires sur “Mauvais jours”

  1. Hermine dit :

    Oui, de l’espoir, toujours..

  2. Thomas dit :

    J’en ai lu des hommages aux événements mais celui-ci est magnifique. Être touché par la mort alors que l’on donne la vie est un peu paradoxale…

  3. Nours dit :

    La difficulté maintenant, c’est de rester Charlie.
    Joli message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *