Soutenante (1)

Publié par 10lunes le 17 décembre 2014 à 10 h 00 dans Après

 

christmas-eve-436138_640

Sa température est élevée, beaucoup, bien trop pour une jeune accouchée ; elle se retrouve aux urgences.
Le diagnostic tombe, infection utérine avec son corollaire imposé, hospitalisation.

Mais elle ne relève plus de la maternité – les joies de l’organisation des soins – et le service qui la prend en charge ne peut accueillir son bébé.

C’est donc seule et frissonnante qu’elle est hospitalisée. Dans son brouillard fiévreux, un seul objectif, préserver sa lactation, ne pas répéter sa première expérience, mal vécue, d’un arrêt précoce de l’allaitement au prétexte qu’elle n’aurait pas de lait.

Mais le service n’est pas une maternité, et à cette heure tardive, le lactarium est fermé et les consultantes en lactation absentes…
La priorité est de traiter rapidement son infection. Le reste apparaît bien secondaire.

Pourtant, l’aide soignante à qui elle a confié ses craintes ne veut pas en rester là. Elle se démène, déniche un tire-lait puis reste avec elle parce que tremblante et épuisée, elle ne parvient pas à maintenir seule l’appareil contre son sein.

Durant sa brève hospitalisation, c’est cette même aide soignante qui l’encourage, la guide et la rassure.

A sa sortie, c’est encore elle qui lui prodigue d’autres conseils pour redémarrer au mieux son allaitement.

Et c’est le prénom de cette aide-soignante qu’elle prononce quand elle revient quelques semaines plus tard, réclamant SA soignante parce qu’elle nourrit toujours son enfant au sein et veut l’en remercier.

 

 

6 commentaires sur “Soutenante (1)”

  1. emotiti dit :

    Une jolie histoire qui fait chaud au coeur 🙂

  2. Lia dit :

    A., B., A., S., V., C., L. … des prénoms que je n’oublierai jamais, des personnes qui ont marqué ma vie de future maman et de maman, des personnes dont je continuerai à parler à mes enfants <3

  3. Blandine dit :

    Merci pour cette jolie histoire !

  4. Flo dit :

    Tiens, j’ai presque vécu la même chose. Sauf que j’ai quasiment arrêté de faire du lait avant l’hospitalisation d’épuisement, et que la lactation a repris à ma sortie de l’hôpital. Les aides soignantes ont été tellement serviables. Elles m’ont expliqué pour le tire-lait, pour le tirage manuel quand on n’a pas réussi avec le tire-lait.

  5. Hermine dit :

    🙂
    Oui, juste 🙂

  6. LiloMiska dit :

    J’adore ce billet. Il me donne presque les larmes aux yeux, je sais pas trop pourquoi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *