Paternité (2)

Publié par 10lunes le 22 décembre 2014 à 09 h 30 dans Naissance

 

baby-200760_640

La maternité qui verra naître leur bébé impose un enregistrement permanent du rythme cardiaque fœtal. La contrainte s’avère plutôt incompatible avec les postures proposées en préparation pour améliorer le confort maternel et favoriser la progression de l’enfant.

La sage-femme qui anime ces séances propose donc aux pères de tenir eux-même le capteur. Cela permet de préserver la continuité attendue de l’enregistrement sans entraver les changements de positions.

Ce père là est plus qu’attentif aux conseils donnés. Tout au long du travail, il s’applique à déplacer le capteur de quelques millimètres, à l’orienter de quelques degrés, guidé par les battements cardiaques qui résonnent dans la salle de naissance.

Lorsque vient le moment de la poussée, il poursuit sa tâche. Main posée à plat sur le capteur, il l’oriente et suit la progression fœtale dans le bassin.

Et c’est avec cette main qu’il perçoit ce qu’il n’aurait jamais imaginé sentir.
L’épaule de son enfant, glissant progressivement pour disparaître derrière le pubis quelques secondes avant d’apparaître à la lumière.

Réelle sensation ? Simple illusion ?
Qu’importe. Ce souvenir tactile l’émerveille.

 

 

4 commentaires sur “Paternité (2)”

  1. Marine dit :

    C’est typiquement le genre de chose qui a manqué à mon compagnon le jour de la naissance de notre loulou.
    Lui qui voulait être présent et m’aider autant que possible n’a pu « que » me tenir la main (ce qui est déjà énorme, et exactement ce dont j’avais besoin), mais il s’est senti très passif et perdu, surtout quand la situation s’est compliquée, pour le petit comme pour moi, et que les gestes techniques ont pris le pas sur l’accompagnement…
    Quelques mois plus tard tout le monde va bien, et maintenant qu’on « sait », on fera mieux la prochaine fois!
    Merci pour ces beaux moments partagés!

  2. Koa dit :

    J’en ai eu des frissons…
    Un homme fort, axé, attentif, présent, au cours d’un accouchement, c’est magnifique.

  3. Mimi dit :

    Haha. Mon mec avait tenté la même chose alors que je me mouvais dans tous les sens, cette fois sans l’aval de la maternité. Ca a donné un tracé totalement discontinu que je percevais en bougeant. Mais lui était si motivé qu’il ne s’en rendait pas du tout compte et continuait vaille que vaille. C’était hyper mignon. Nos efforts ont fini par convaincre le personnel et ils sont passé au monitoring intermittent.

  4. Un homme fort, axé, attentif, présent, au cours d’un accouchement, c’est légendaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.