Court circuit

Publié par 10lunes le 16 septembre 2014 à 10 h 41 dans 9 mois, Pffffff, Profession sage-femme

 

Samedi 13h30. Je viens de brancher le répondeur donnant les coordonnées de l’astreinte quand le téléphone sonne. J’hésite deux secondes, lâchement… parce qu’à cette heure-là, peu de chance que ce soit une banale prise de rendez-vous. 
Ma mauvaise conscience a vite fait de trancher ; je décroche. J’entends les mots d’une femme inquiète. Enceinte de sept mois, elle vient de recevoir une grosse décharge électrique. Comme elle est suivie par ma collègue, son premier réflexe a été de nous appeler.

Le risque électrique, j’y connais rien.

Je l’interroge rapidement. Elle sent son enfant bouger, pas de douleurs, pas de contractions, rien ne lui parait anormal. Je tente de la rassurer mais lui demande aussi d’appeler le 15 parce qu’eux seront en mesure de lui répondre précisément.

Mon ignorance m’irrite. Je cherche des infos sur le net, demande l’avis d’autres praticiens (vive les réseaux sociaux). Leurs réponses sont multiples, divergentes, pas forcément rassurantes. Je rappelle la jeune femme pour vérifier qu’elle a bien contacté le 15. Sur leurs conseils, elle est en route pour la maison médicale de garde.
Ma bonne conscience s’en réjouit.

Dès l’ouverture du cabinet, elle rappelle. Elle ne sent pas très bien. La consultation du samedi lui a semblé rapide et son inquiétude persiste. 
Je lui propose de passer faire le point. Coté obstétrical, tout va bien. Mais elle se plaint de divers symptômes et douleurs que je ne sais expliquer. Faut-il les attribuer à l’incident ? Au contre-coup du stress subi ? Je contacte son médecin traitant qui prend le temps de réfléchir avec moi et conclut qu’il ne sait pas trop non plus. Faute de certitudes, il me conseille d’appeler les urgences pour avoir un avis.
Comme le 15 a déjà été appelé, j’opte pour les urgences obstétricales du CHU qui me semblent plus à même de prendre en compte sa grossesse.

Je me présente, demande à qui je parle… une sage-femme est-il sèchement répondu à ma question répétée deux fois parce qu’ostensiblement ignorée.

J’explique la situation. De profonds soupirs soulignent la lassitude de l’autre côté du fil.
A la fin de mon bref exposé, mon interlocutrice lance un laconique :

– Et alors ?
Je tente de résumer ce que j’ai déjà dit. Mon incompétence en choc électrique et mon souhait, appuyé par son médecin traitant, que quelqu’un de plus expérimenté puisse donner un avis.
– Mais y a rien de grave là… si elle avait de la tension faudrait nous l’envoyer mais là …

Mes correspondants des réseaux sociaux, médecins généralistes, urgentistes, anesthésistes, avaient envisagé entre autres options la réalisation d’un ECG voire la possibilité d’une hospitalisation. Bien sur, leurs réponses concernaient les suites immédiates de l’incident mais …
Comme je doute d’être tombée sur une sage-femme exceptionnellement calée en gestion de choc électrique, j’insiste encore.
Elle semble céder
– Vous voulez un avis de l’interne ?
– Oui. 
Je souhaite que ma patiente soit reçue et examinée et espère en convaincre l’interne.
Mon soulagement sera bref

– Il est à côté, il est d’accord avec moi.

Et elle a raccroché.

 

_________________________

Si vous avez vu la jolie affiche placardée quelque part, venez le dire ici. A vos commentaires (que j’espère nombreux pour le coup ; suis une incorrigible optimiste !!)

 

 

9 commentaires sur “Court circuit”

  1. pluchette dit :

    j’avoue avoir pris une bonne décharge enceinte de 6 ou 7 mois… je me souviens juste avoir donné le tournevis à mon mari en lui demandant de finir et être allée me coucher plus tôt que prévu… je réalise à l’instant qu’il ne m’est pas venu à l’esprit qu’il puisse il y avoir le moindre risque pour mon bébé… c’était il y a pas mal d’années… l’enfant va bien…
    et vive la communication entre hospitaliers et libéraux !! #tentatived’optimisme#

  2. Caroline dit :

    J’ai moi aussi reçu une grosse décharge électrique vers 16SA, j’ai appelé le SAMU pour me rassurer, ils m’ont hospitalisée 48h en cardio pour surveillance, car il existerait un risque de défaillance cardiaque. Pendant ces 48h, j’ai aussi fait un petit tour aux urg obstétricales pour une écho. Personne n’a eu l’air de prendre ça a la légère… Le cœur de mon bébé aurait pû s’arrêter… (Il va bien, il a 7 ans 😉

  3. ella dit :

    ce que vaut la vie d’une femme… pffff

  4. taromit dit :

    Ma mère a touché une clôture à vache enceinte de 4 mois. C’était il y a 37 ans, a l’époque elle n’avait pas encore passé d’échographie, les examens étaient bien plus légers, elle ne c’est pas inquiété malgré la sensation que tout c’était retourné dans son ventre. Un mois plus tard elle faisais une fausse couche de 2 petites jumelles décédées depuis au moins un mois… Elle a eu la chance de ne pas avoir d’infections.

  5. magali dit :

    J’ai eu pas mal de pépins de santé dans ma vie, malheureusement. Et il y a bien une chose que j’ai compris suite à cela et que peu de gens ne semblent pas soupçonner : il y a plein de choses que les médecins ne savent pas ! Ils ignorent plein de trucs ! C’est clairement le cas ici. C’est génant, bien sur, mais il y a plus grave encore, c’est leur attitude, parce qu’il y a une phrase que j’ai rarement entendu de leur part : « je ne sais pas ». Ca leur arrache la bouche d’avouer leur ignorance. Et il préfere une attitude jemenfoutiste ou méprisante plutôt qu’avouer leur ignorance. C’est ainsi qu’il faut comprendre ton anecdote qui en dit long sur l’arrogance de la médecine française.

  6. palermo dit :

    Bonjour,

    Tout d’abors bravo à votre petite équipe ; votre projet montre que sans moyen on peut aussi faire avancer les choses.
    Comme l’éducation est aussi un de mes combats quotidien, j’ai proposé l’affiche à l’infirmière de mon lycée. Je mise sur la nouvelle génération de femmes et hommes.

  7. Clo dit :

    J’ai aussi pris une bonne décharge (je ne sais plus à combien de mois de grossesse j’étais) j’étais un peu inquiète mais j’avais aussi trop peur de me retrouver coincée à l’hopital pour « rien » avec des jumeaux de 2 ans à la maison… Du coup j’ai bien surveillé si je sentais mon bébé bouger et je n’ai pas été plus loin.
    Petit3 va bien (très bien même, est ce pour ça qu’il est un peu survolté cet enfant?) il a presque 2 ans et demi 🙂

  8. speedy dit :

    A propos de l’affiche…
    Je la trouve très bien, claire et simple, pas directive, elle donne le choix. Je n’ai pas l’occasion de l’afficher, alors je me contente de passer l’information par le bouche à oreille. Malheureusement, je suis obligée d’y ajouter pas mal de « si » car les sage-femme de ma communes n’ont pas désiré ajouter de compétences à celles du suivi de grossesse et de la rééduc post natale. Trop de travail comme cela, pas envie de se rajouter une responsabilité, m’a t on répondu 😉 Je testerai peut être un jour du côté de ma généraliste.

  9. Tiphaine dit :

    Hé bien…. si elle répond de la même façon aux inquiètudes d’une maman, fondées ou non, c’est bien dommage pour la maternité ou elle travaille et pour les femmes auxquelles elle peut avoir à faire….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.