Circulez (bis)

Publié par 10lunes le 27 juin 2014 à 11 h 31 dans Militer, Pffffff

 

510650_1

Dans le billet précédent, j’évoquais le projet de raccourcissement des durées de séjour en maternité.
Mais il nous manquait l’éclairage de nos amis du SYNGOF.
Son président est intervenu hier, au journal de 18h de France Inter (à 3 minutes).
Je n’ai pas résisté au plaisir de vous copier intégralement ce monument d’anthologie syngofienne…

 

Il faut raccourcir les séjours en maternité dont on nous dit que les françaises y restent plus longtemps que les autres femmes des pays développés ; plus de quatre jours pour un accouchement sans complication contre trois jours ailleurs.
Alors on en parle ce soir avec Jean Marty, président du Syndicat national des gynécologues obstétriciens.

Bonsoir Mr Marty, est ce que toutes les femmes peuvent rentrer chez elles au bout de trois jours après un premier accouchement ?

Incontestablement, beaucoup peuvent le faire à partir du moment où on est sûr qu’elles sont bien capables de s’occuper de leur enfant puisque actuellement le séjour qu’elles passent à l’hôpital ou à la maternité de façon générale leur permet d’apprendre essentiellement à s’occuper de leur enfant.

Donc vous vous dites : il faut du sur mesure, peut-être que toutes les femmes ne sont pas à même de rentrer chez elle au bout de trois jours ?

Beaucoup pourront mais nous avons d’autres problèmes justement. C’est cette autorisation et la responsabilité que cela représente parce que nous ne voudrions pas non plus être secondairement ennuyés par des problèmes de responsabilité et qu’on nous dise qu’on les a laissé rentrer trop vite.
Nous savons en particulier qu’en matière d’assurance les pouvoirs publics nous laissent souvent un peu tomber vis-à-vis de ces problèmes là donc nous serons très vigilants cette fois ci.
A la fois nous pensons que c’est très bien, il faut faire des économies, la santé pose des problèmes économiques très importants au pays et y a des économies à faire. Mais ça ne peut se faire ni au détriment de la sécurité des mères et des enfants, ni au risque de se voir nous-mêmes pris dans des procès qui sont insupportables.

Donc c’est très bien mais à la fois c’est dangereux puisque vous nous dites que vous avez peur que votre responsabilité soit engagée en cas de problème ?

Et oui parce que nous avons de mauvaises expériences. Nous avons vous le savez des assurances extrêmement élevées et nous n’avons pas envie de les voir encore augmenter car ça deviendrait pour nous tout à fait insoutenable.

Mais c’est dangereux pour les femmes docteur ?

Pour les femmes, je pense que si l’environnement est bien organisé, si la concertation avec les pouvoirs publics pour mettre en place des protocoles qui leur apportent la sécurité sont bien faits, je pense que c’est quelque chose que nous devons faire. En tout cas au niveau du syndicat nous sommes prêts à soutenir cette démarche

D’accord, ça veut dire il faut que les femmes puissent rentrer chez elle mais j’imagine en étant suivies, avec un accompagnement, soutenues ?

Oui, il faut organiser ça avec les infirmières puéricultrices, avec les médecins généralistes, avec nous-mêmes en étant informés parce que nous devons, nous, assurer des soins vigilants, nous ne pouvons pas être vigilants quand les femmes sont parties donc ça doit être organisé mais organisé très sérieusement.

Merci Jean Marty, président du Syndicat national des gynécologues obstétriciens.

 

Et voilà comment le Syngof réussit le tour de force de se plaindre de ses tarifs d’assurance pourtant largement subventionnés, d’évoquer de possibles dangers sans s’en émouvoir autrement que sur le plan de sa responsabilité et de nier l’existence des sages-femmes dont pas une fois le nom n’est prononcé alors que c’est sur elles que reposent la prise en charge de ces sorties…

Encore bravo Mr Marty !!

 

Edit du 28 o6
Samra, lectrice de ce blog, soulève une nouvelle plaisanterie du Dr Marty, jamais avare de traits d’humour.

« Il faut que ce soit à la carte pour éviter lorsque c’est possible les dépenses inutiles.  Mais parfois, dans certains cas, il faut que la femme soit suivie à domicile par le médecin traitant, et la gynécologque médicale qui connaît parfaitement les besoins particuliers de la patiente. Mais aussi des sages-femmes, des infirmières puéricultrices, et des aides à domicile pour les tâches ménagères par exemple. »

Notons que le nombre impressionnant des intervenants nécessaires du point de vue du Dr Marty est parfaitement assorti à sa volonté annoncée d’éviter des dépenses inutiles…

 

Pffff

 

 

26 commentaires sur “Circulez (bis)”

  1. Solène dit :

    Alors là je suis scotchée…
    Mai pourquoi les journalistes sont si peu informé de comment ça se passe en vrai…?

  2. Miette dit :

    « Incontestablement, beaucoup peuvent le faire à partir du moment où on est sûr qu’elles sont bien capables de s’occuper de leur enfant puisque actuellement le séjour qu’elles passent à l’hôpital ou à la maternité de façon générale leur permet d’apprendre essentiellement à s’occuper de leur enfant. »

    Faut-il en rire ou en pleurer ??

  3. Philomenne dit :

    Un bel exercice d’auto-contradictions : c’est bien mais c’est pas bien…
    Je note que la seule réflexion qui lui vient c’est « Oui mais NOUS on risque d’avoir des problèmes ». C’est la seule chose que ce projet lui inspire. Moi, je et moi-même, en d’autres termes… L’intérêt des femmes et des nouveaux-nés ne semble guère le préoccuper. J’en ai froid dans le dos.

  4. Moineau dit :

    « Ce n’est pas dangereux pour les femmes, enfin j’espère parce que je voudrais pas avoir un procès au c** ». Comment un type comme ça peut-il être médecin ???
    Et parler du suivi à domicile comme si ça n’existait pas déjà et que tout était à organiser – sans les sage-femmes », c’est vraiment très fort…

    1. Zab dit :

      Moineau, une gynéconne a refusé de me prescrire du cytotec pour déclencher une fausse couche sur grossesse arrêtée parce que, je cite, « si vous faites une hémorragie j’aurai des ennuis ». Est-il besoin de commenter ?

      1. Moineau dit :

        Ah oui bonjour l’empathie…

      2. Zab dit :

        C’est surtout le même raisonnement que notre cher Marty : si JE faisais une hémorragie, c’était embêtant… Pour ELLE.

  5. reinemère dit :

    Pfiou,je suis véritablement charmée d’entendre de la bouche de monseigneur Marty la bonne parole selon Saint Gof.Décidément,le mot sage-femme a du disparaître de son vocabulaire !
    Et quid de l’attention et de la sollicitude que ce charmant personnage est censé prodiguer aux patientes ? Il réduit les problèmes qui les dérangent à des arguties financières lorsqu’il est face aux SF,et juridiques lorsqu’il est interrogé sur les avantages et les inconvénients de cette mesure prévue

  6. Carole Leprunier dit :

    Les sages femmes! Eh monsieur , vous oubliez le rôle essentiels des sf libérales! Mais non d’un chien ! On parle pourtant assez de notre boulot auprès des femmes et de leur suivi poste natal…..ce mot …sage femme …vous étrangle t il à ce point?? Qu’il est devenu si tabou dans votre bouche ????

  7. j’veux bien voir le jour où Saint dr Marty fera une visite à domicile vérifier un périnée et s’assurer que la FEMME (pas le couple non) est CAPABLE de s’occuper de son bébé… pfff mais pffffff

  8. Marinette dit :

    On a l’impression qu’il le fait exprès, qu’il pourrait être le méchant caricatural d’un dessin animé. Mais non, il existe réellement, et il pense comme ça ! Ca fait peur !
    Même pas envie de commenter le fond du sujet, tellement j’ai l’impression de ne pas vivre dans le même monde que ce monsieur…

  9. Samra dit :

    « Il faut que ce soit à la carte pour éviter lorsque c’est possible les dépenses inutiles. Mais parfois, dans certains cas, il faut que la femme soit suivie à domicile par le médecin traitant, et la gynécologue médicale qui connaît parfaitement les besoins particuliers de la patiente. Mais aussi des sages-femmes, des infirmières puéricultrices, et des aides à domicile pour les tâches ménagères par exemple. »

    Tu as oublié les aides ménagères!!! Il nous met au même plan!!! C’est un truc de dingue!!!!!!!!

    1. 10lunes dit :

      Samra, je ne comprends pas ce que tu cites. Marty ne cause pas d’aide ménagère hélas.
      J’aurais bien aimé qu’il en cause ! Associer sage-femme et aide-familiale (plutôt que ménagère) serait une façon d’accompagner correctement les femmes lors du retour à domicile.

      1. Samra dit :

        Si si, il cause des aides à domicile!!!! Dans cet article http://www.pourquoidocteur.fr/Sejours-en-maternite-raccourcis—les-medecins-posent-des-conditions-7007.html
        L’extrait que j’ai cité plus haut est tiré de cet article… Donc selon lui, les médecins traitants et gynécos médicaux (GROS LOL) seraient au 1er plan pour passer au domicile après la sortie.. Et puis ensuite il y a les sages-femmes et les aides à domicile!!!!

      2. 10lunes dit :

        Merci Samra d’avoir précisé et donné le lien. J’avais raté de joli délire que je vais de ce pas relayer ! Il mérité d’être largement connu…

      3. Samra dit :

        Je suis vraiment scandalisée outrée et tout ce qui va avec!!! Il nous provoque!!!!!!!!!!!!!!!!! C’est pire qu’un délire !!!!! Il est à côté de la plaque ce type!!!!!
        Hâte de lire la suite de tes articles 🙂

  10. La sorcière dit :

    Juste magique. Je me disais, il va le dire, hein, il va le dire que les sages femmes font le suivi. Ah bah non.

  11. zaza dit :

    Mais suis-je la seule a avoir détesté mon séjour à la maternité? Pour moi c’était une prison! Une chambre double insalubre, où on ne pouvait même pas ouvrir la fenêtre, une équipe qui voulait visiblement « m’apprendre » à m’occuper de mon bébé au point que je devais appeler pour chaque mise au sein, des nuits passées à marcher dans le couloir pour bercer mon bébé qui pleurait pour ne pas déranger ma voisine de chambre, et lorsque, au petit matin, tous les deux épuisés, nous nous endormions enfin, c’était un réveil en fanfare pour la prise de tension! Et pour couronner le tout, un refus de sortie avec des menaces au complément pour mon bébé… Il a fallut le passage miracle d’une SF consultante en lactation qui a pu valider ma sortie et enfin me libérer! Elle m’a permis de sortir avec une ordonnance de tire-lait et le nom d’une SF.

    C’était un premier bébé, je n’avais aucune expérience, mais la vraie rencontre, je n’ai pu la faire que chez moi, quand les gestes sont enfin devenus instinctifs et si simples, tout s’est mis à fonctionner. Chez moi j’étais la mère de mon bébé, à la maternité j’étais une élève.

    Enfin je vois bien que mon cas est certainement un peu atypique, mais est ce une si mauvaise idée que les femmes restent moins longtemps à la maternité si elles ont un suivi à la maison? Est ce qu’il n’est pas mieux d’avoir une seule et même SF que l’on voit tous les jours et qui prend le temps de vous écouter, plutôt qu’une équipe qui tourne et n’a pas toujours le temps? C’est une question ouverte…

    1. 10lunes dit :

      La sortie précoce n’est pas une mauvaise idée !
      Je me méfie juste qu’elle puisse être imposée, comme il était regrettable qu’on t’ait imposé de rester à la maternité. De façon générale, le choix des femmes devrait pouvoir être respecté et accompagné, quel qu’il soit.

  12. Anna dit :

    Le pire, c’est que ce genre de propos peut sembler rassurant pour certaines femmes. Il parle sécurité, ça rassure. Il affirme que le séjour sert à faire de nous de bonnes mères et comme nous le voulons toutes et sommes habituées à être niées dans nos instincts et culpabilisées et même infantilisées, ça rassure. La maternité est la seule question sur laquelle un nombre assez important de patientes (et leur entourage, nota. le compagnon) veulent partir du pire qui puisse arriver pour définir la prise en charge adaptée à toutes. Alors que dans des pathologies, les hospit sont limitées le plus possible en tenant compte des stats de risques, et non du plus grand risque possible même si rare. Et personne ne râle. Quand on subit certaines chir, qu’il y a un risque de soucis post op parfois à distance et parfois importants, les précautions et recommandations suffisent à rentrer à la maison le plus tôt possible (dès que les indicateurs généraux sont au vert). Pourtant il y a bien des cas de complications… mais on choisit de considérer le patient en adulte (et il se considère en adulte) et de constater que le bénéfice est plus grand à être chez soi par rapport au risque de soucis. Mais après accouchement normal, il faut montrer son intimité à six blouses blanches tous les jours et rester a l’hôpital même si tout est au vert… AU CAS OÙ. Sait-on jamais. C’est ahurissant. On oublie qu’accoucher c’est juste normal, la plupart du temps (puisque personne ne nie la nécessaire surveillance si complications).

    Que ces gynécologues acceptent qu’ils ne sont pas de dieux, qu’ils n’ont pas à nous garder sous la main si rien ne le justifie (et surtout pas par la culture de la peur !), qu’ils n’ont pas raison de voir de la pathologie dans tout et n’importe quoi, qu’ils revoient un peu ce que fait correctement la nature pour la plupart des gens…

    Après, je souris quand je lis qu’il faudrait défendre le sur mesure et qu’on s’oppose par principe à un retour plus précoce (pour moi J2 ou 3 c’est pas précoce). Le sur mesure oui, mais faire entendre raison aussi. Une SF à domicile, c’est un meilleur suivi qu’hospitalier si les voyants sont au vert. Il faut informer et pas se contenter de dire que c’est à la discrétion de chaque femme, le conditionnement accouchement = hospitalisation est trop grand pour ça. L’hôpital c’est pour surveiller les gens qui ONT des soucis ou signes/facteurs de risques qui imposent une immédiateté. Pas ceux qui vont bien mais POURRAIENT éventuellement en avoir, selon un faible pourcentage de risques.

  13. Kia dit :

    @ zaza : Ici aussi le séjour à la maternité est un mauvais souvenir, même si tous les soignants faisaient de leur mieux, c’est juste relou l’organisation hospitalière, le démarrage en fanfare et l’ouverture des volets à 7h du mat’ alors que maman et bébé dorment enfin, les passages multiples, etc…

    Toujours le même problème, permettre à celles qui le veulent de sortir plus tôt, et à celles qui le souhaitent ou en ont besoin de rester… C’est drôle de lire ce texte alors qu’il y a peu, j’ai parlé de sortie précoce dans une petite mater IHAB et j’ai senti beaucoup de réticences : la SF m’a dit « oui à partir de J3… » moui, et le gynéco m’a fait tout un laïus sur l’accouchement, qui est considéré comme normal uniquement une fois que c’est fini, qu’il y a toujours le risque d’HDD… Quel rapport avec la sortie précoce ?!!!

    Quand écoutera t’on les femmes au lieu de décider pour elles ?!

    1. zab dit :

      Tout à fait. En ce qui me concerne sans être un cauchemar les séjours en maternité ne m’ont pas laissé de très bons souvenirs (la fête au TV, conseils extrêmement contradictoires concernant l’allaitement, organisation forcément rigide et non adaptée aux besoins individuels) mais je comprends tout à fait que pour certaines femmes ce soit sécurisant, et aussi une façon de ne pas retourner trop tôt à leurs tâches quotidiennes. Au moins là-bas on est nourri et le ménage est fait !

  14. barranger-Adam dit :

    C’est précisément la spécialité médicale des sages-femmes se suivre les femmes dans leur maternité, les femmes et leurs enfant, les accompagner dans la globalité de leur ex^périence, physique, psychique, familiale sociale. Nous avons ( ans d’études médicalres spécialisées pour cela.
    Mais le syngf nous voit en tous petits caractères entre l’infimière puéricultrice et l’aide familiale.
    Ils ont vraiment très peur de perdre leur pouvoir!!!

  15. Philomenne dit :

    L’absence totale du père de l’enfant dans les propos de ce monsieur en dit long sur son propre machisme…

    Hep, on lui dit, qu’un homme est capable de faire la cuisine et le ménage ? Qu’il existe aujourd’hui un truc qui s’appelle le congé paternité, certes imparfait mais qui a le mérite d’exister ? Il apprendrait quelque chose sur son époque et se coucherait moins stupide…

  16. lastef dit :

    merci Lola pour ce billet ! une fois de plus tu trouves les mots justes et le bon ton !! tu es notre porte parole !!
    à quand un article sur les pervers narcissiques ? pour répondre à Marty !!! pour mieux comprendre les fils de la manipulation: il a provoqué les SF en nous humiliant, bien sure sans en avoir l’air, très poliment ! tout d’abord en nous ignorant, puis (dans un jeu de tournure de phrase, à la virgule près, ça prend un autre sens la seule phrase où ils nous citent!) en nous méprisant !
    il est très fort !
    et nous, comme prévu, on a eu des envies de meurtres !!!!!!!!
    moi je dis: bravo Mr Marty !!

  17. docteursachs dit :

    Caricature d’égocentrisme. Ça reste un mystère pour moi qu’autant de gynécologues puissent mépriser les femmes à ce point, et nier la réalité des intervenants adaptés (vue la disponibilité des gynéco de ville, ce ne sont pas eu qui vont gérer le post partum, et les sages femmes sont bien plus aptes à le faire que les généralistes, moi le premier, enfin le dernier, enfin tu as compris…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.