Ce fessier que nous ne saurions voir

Publié par 10lunes le 18 août 2012 à 09 h 57 dans Non catégorisé

 

387068341_3a80005c5d_z

Elle est en début de travail, virevolte, plaisante, sourit… Ses pas légers l’amènent à à la baignoire. Elle en ressort bien plus tard, se drape dans un paréo. Les contractions montent en puissance. Son souffle se force, ses mots se raréfient. Encore un peu de temps. Elle est agenouillée, appuyée sur le ballon, face au mur. Le paréo la gêne. Elle le dénoue, l’arrache presque, le lance un peu plus loin et se retourne vers nous, l’oeil malicieux, « d’habitude, je n’aime pas montrer mes fesses ».

Ce seront ses derniers mots avant la naissance. A la vague suivante, elle est seule au monde, souffle long, regard dans le vague. Nous prenons garde de ne pas la déranger. Le besoin de pousser s’impose à elle. Toujours pas de mot, elle sait, son corps sait. L’enfant apparaît rapidement sur le périnée. Un bref rappel presque murmuré pour lui demander de souffler plus doucement. Elle redresse son bassin, maintenant plus à quatre pattes qu’à genoux. Un dernier son rauque au passage des épaules. Sa main vient chercher l’enfant qui glisse hors d’elle. Je l’accompagne entre les cuisses maternelles.
Puis elle s’allonge et une grande serviette chaude vient la couvrir, protégeant la chaleur de leur peau à peau.

 

Depuis la fin de mes années d’études, je n’ai pas connu de maternité imposant une tenue aux parturientes. Les femmes choisissent de se couvrir… ou pas. Cela dépend souvent de l’évolution du travail. Plus il est avancé, plus le vêtement devient détail futile. La femme qui accouche est seule à son monde. 

Si cette nudité choisie ne dérange personne, la nudité imposée est une atteinte à la dignité. La chemise ouverte dans le dos reste pourtant un gimmick de l’hospitalisation. Une pétition dénonçant cette petite maltraitance ordinaire circule sur le net. Lancée il y a quelques jours, elle est largement relayée par les médias – un sujet de société à glisser entre les massacres syriens, la canicule et le marronnier des week-ends embouteillés – a retenu l’attention de Marisol Touraine. Succès immédiat, elle a déjà dépassé les 11000 signatures. 

C’est à votre tour !

 

PS : je suis la retardataire de service. Cette pétition lancée par Farfadoc a déjà été relayée par de nombreux blogs. Ne manquez pas les dessins du Dr Couine  qui a listé les billets parus sur ce thème.

 

©Photo

 

 

Un commentaire sur “Ce fessier que nous ne saurions voir”

  1. E dit :

    Je n’ai même pas eu le droit à cette chemise ouverte dans le dos : nue comme un ver, dépouillée de ma pudeur. Effectivement, si la nudité est assumée, pas de soucis, mais c’est une réelle violence que de se retrouver dans le plus simple appareil face à des inconnus, fussent-elles des femmes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.