Captives

Publié par 10lunes le 8 juin 2010 à 08 h 30 dans Pffffff

Un arrêté listant les contraceptifs oraux pouvant être renouvelés par prescription d’un infirmier ou délivrés par les pharmaciens sur présentation d’une ordonnance à la validité expirée vient de paraître.
Pardon pour cette peu élégante introduction mais je souhaite être précise. En terme plus clairs, les femmes se retrouvant à court de pilule pourront être dépannées de quelques plaquettes, le temps de prendre rendez-vous et d’obtenir l’ordonnance ad hoc.
Même si l’on ne peut nier une certaine imprévoyance – quoi de plus prévisible en effet que la fin d’une plaquette de 21 ou 28 comprimés – permettre aux distraites de ne pas interrompre leur contraception ne se discute pas.

Le vertueux Ordre des médecins s’en indigne pourtant ! Dans son communiqué, les termes choisis « risque », « prise en charge dégradée » fustigent sans nuance cette nouvelle disposition. Voici à nouveau brandi l’étendard de la mauvaise qualité des soins. Le risque principal pour les femmes ne serait-il pas de devoir recourir à l’IVG ?

« Le texte réglementaire ne prévoit aucune obligation pour le pharmacien ou l’infirmier d’inscrire sur l’original de l’ordonnance la date et la durée du renouvellement ainsi que de le signer». La formulation laisse à penser qu’une femme pourrait se voir éternellement délivrer ses plaquettes à condition d’avoir disposé, un jour, d’un premier laissez-passer.

Pourtant un texte, cité dans l’arrêté, encadrant le renouvellement d’un traitement chronique par les pharmaciens a été publié en 2008. Il y est clairement précisé que ce renouvellement ne peut avoir lieu qu’une seule fois, au vu de l’ordonnance, en le mentionnant sur celle-ci et avec le plus petit conditionnement disponible. Les femmes ne peuvent donc espérer prolonger leur prescription que de un à trois mois. Il ne s’agit pas là de les détourner d’une consultation mais de leur laisser le temps d’obtenir un rendez-vous.

Heureuse surprise, ce même communiqué cite les sages-femmes, pour une fois associées aux médecins comme garantes d’une prescription de qualité. J’aurais aimé qu’il fasse preuve d’une pareille exigence lorsque les députés nous ont refusé la surveillance biologique de cette même contraception. Cet accès soudain de solidarité vise sans doute à ce que leur indignation paraisse moins corporatiste…

Pour finir, sous prétexte de s’assurer de l’innocuité du traitement, l’Ordre propose de noter la mention « non renouvelable » sur l’ordonnance afin de s’assurer de la bonne captivité de sa clientèle. Devons nous comprendre qu’il s’attache plus à la santé des cabinets médicaux qu’à celle des femmes ?

Heureusement, nombre de médecins ne se reconnaissent pas dans cette position et continueront à délivrer des ordonnances sans mention restrictive. Pour les femmes suivies par des praticiens moins conciliants, je rappelle que les sages-femmes assurent également le suivi gynécologique et la prescription contraceptive…

Les communiqués et autres articles concernant la santé des femmes ou l’exercice des sages-femmes se bousculent actuellement. Pas le temps de commenter l’un qu’il faut déjà se préoccuper du suivant. Situation intéressante mais qui m’éloigne de la rédaction d’autres textes témoignant de l’expérience quotidienne. Promis, j’y reviens dès que
possible…

Un commentaire sur “Captives”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.